La curiosité l'aura emporté

Aujourd'hui, j'étais chez le marcheur, je l'ai aidé à faire son site. Je lui ai tout de même dit que je répugnais à faire le travail pour 250 euros. Il a transigé à 300 euros. C'est encore bien peu pour un boulot que j'estime nécessiter bien plus de 20 heures mais ce n'est pas tous les jours que l'on à l'occasion de se fendre la gueule. Toute la journée, gentiment, calmement, j'ai dénigré Macron et son équipe de malfaisants en affirmant qu'il fallait tout de même être bien sot pour le suivre encore.
Comme je le disais l'autre jour, je ne le déteste pas, ce type. Il a des vrais côtés sympathiques, j'ai passé une bonne journée en sa compagnie à l'entendre raconter les cancans de la politique périgordine, les magouilles qui se mettent en place, les candidats qui se tirent une balle dans le pied ou qui cherchent une autre niche pour les accueillir tellement ils se sentent mal partis. Entre les anciens qui tiennent à leur poste, à leur statut, à leur prestige et à leur petits avantages et les nouveaux qui ont les dents qui rayent les parquets et qui poussent les vieux sans vergogne, il y a de quoi revenir avec plein d'histoires dans la tête.
Ce type, ce client, est depuis très longtemps un intime des politiques qui comptent dans le département. Il les connaît tous, il sait leur prêter une oreille attentive, il a vu tous les parcours, toutes les bassesses, toutes les compromissions, toutes les errances et erreurs de parcours. En écoutant cet état des lieux, il n'est pas certain que l'on puisse trouver un élu qui surclasse un autre en matière de bêtise et de prétention. Un beau ramassis de crétins.
Pendant que je travaillais à construire ce site, nous parlions. Nous avons parlé de lui, aussi, de ses ambitions, de ses attentes. Il m'assure que c'est un pari qu'il se fait à lui-même, celui de passer du rôle d'observateur à celui d'observé. Je l'ai questionné sur ses idées. Elles sont minces et convenues. Creuses et attendues. Mettre des fleurs dans la commune, aider les vieux et les handicapés et les jeunes. Tisser du lien entre les concitoyens. Avec son équipe, ils se sont engagés à trouver 60 idées à proposer aux électeurs. Ils peinent à trouver les 50 dernières. Ils y parviendront, je ne me fais pas de souci.
Enfin l'important, c'est que demain, il y aura feuilleton !

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page