Toujours un peu d'Angoulême

Nous sommes en 1906 et Mercedes n'est pas encore Benz. L'auto présentée est une Mercedes Simplex. L'étoile n'est pas encore d'actualité, elle n'arrive qu'en 1909. Alors, le radiateur est surmonté d'une imposante tête d'aigle qui, je ne l'affirme pas, est sans doute un accessoire d'époque. C'est une automobile imposante et son moteur ne l'est pas moins.

Mercedes Simplex 1906
Moteur Mercedes 1906
Une vingtaine d'années plus tard, il y a toujours des moteurs sous les capots mais ils sont devenus plus petits et moins rustiques. Celui-ci est un moteur Lombard à compresseur Cozette qui équipe une automobile Lombard. C'est un beau moteur à double arbre à cames en tête de 1500cc. A l'époque, elle concurrençait les Salmson, Amilcar et autres Bugatti dans de nombreuses épreuves sportives.

Moteur Lombard à compresseur Cozette
Et alors, voilà les Bugatti. Il n'y a pas beaucoup de marques plus prestigieuses que celle-ci. Pour ma part, je les trouve follement élégantes et je ne suis pas loin de penser que ce serait là le véhicule qui correspondrait le mieux à mon allure, elle aussi particulièrement élégante. Entre le milieu des années 20 et le début des années 30, la Bugatti 35 et ses dérivés ont remporté un nombre important de victoires en course. La course des Remparts d'Angoulême naît en 1939. Les Bugatti qui participent à cette épreuve à cette époque ont déjà quelques années et quelques tours de roue au compteur. Pour autant, elles restent très compétitives et elles continueront encore longtemps à battre le fer, jusqu'à l'aube des années 50 et même après dans des courses de côte.

Bugatti 35
Bugatti 35
Bugatti 35 B

Haut de page