On a beaucoup critiqué le gouvernement pour la canicule. Cette équipe gouvernementale, véritable ramassis d'incapables malfaisants, n'a rien pu faire contre la hausse insupportable des températures mais, comme si cela ne suffisait pas à faire monter la colère en moi, elle a mis en œuvre sa capacité de nuisance en faisant tomber en panne ce réfrigérateur qui m'accompagnait depuis de nombreuses années, au bas mot un quart de siècle. Je m'y étais attaché, c'est compréhensible.
Après bien des tergiversations dont j'ai le secret et encore plus d'hésitations, j'ai fini par trouver et commander un nouvel appareil. Nous étions alors le 15 juillet et on me promettait que la livraison serait effective sous huitaine au pire. Il m'a fallu attendre ce 31 juillet pour qu'enfin l'on finisse par trouver la route qui mène à Azerat. Je note que ceci m'a fait faire de substantielles économies d'énergie et d'électricité. Ma prochaine facture devrait s'en ressentir. D'un autre côté, ça m'a aussi fait perdre des aliments qui ont profité de l'aubaine pour pourrir, moisir, dépérir. L'un dans l'autre, les économies n'auront sans doute pas été à la hauteur des espérances légitimes.
J'ai un réfrigérateur neuf et c'est la première fois que cela m'arrive. Je l'ai choisi d'abord pour son prix, ensuite pour sa disponibilité. Je l'ai choisi aussi avec une partie congélateur et, si je ne sais pas encore ce que je vais en faire, je me promets de l'utiliser dès que l'occasion se présentera. Après tout, il pourra m'être utile pour conserver des plats préparés en grande quantité ou pour rafraîchir comme il convient une bouteille de vodka ou d'aquavit.

Pour exprimer ma joie, je vous ai préparé une petite image que l'on peut qualifier d'informatico-numérique. Je ne sais pas si vous y serez sensible et si vous vous extasierez autant que moi je l'ai fait.