La deuxième plus grande colonie de manchots empereurs a presque disparu

La meilleure attitude à adopter, finalement, c'est sans doute de s'en foutre. Les manchots disparaissent comme d'autres oiseaux, comme des insectes, comme des mammifères et nous-mêmes finiront par disparaître à notre tour. Nous sommes face à l'inéluctable et nous avons bien conscience de ce caractère. Ça nous renvoie à notre brève condition de mortels. Nous savons que notre vie aura un terme, nous savons que nous sommes des sursitaires, mais nous faisons comme si nous allions parvenir à conjurer le sort et nous en sortir. Dans le fond, à moins d'être parfaitement idiots, nous ne nous faisons guère d'illusion quant à la fin de l'histoire. Nous allons mourir, comme un manchot, comme un papillon, comme un lombric.
Et pourtant, on gesticule, on fait mine de croire que la vie est importante et qu'il faut perpétuer l'espèce, en préserver d'autres. On s'illusionne en pensant qu'il est important de maintenir un certain ordre des choses sur cette planète comme si elle avait toujours habité la vie sous la forme que l'on connaît. On agite les bras pour conserver des cathédrales ou des sites remarquables comme si le genre humain était appelé à vivre jusqu'après la fin du monde. Si ça se trouve, l'humain est con. Il refuse sa finitude comme une grande injustice et il se berce de l'illusion qu'il vivra encore à travers sa descendance. C'est peut-être la condition pour accepter de continuer ce jeu cruel aux buts mal définis.
Les manchots empereurs disparaissent, leur fin est programmée. On accuse le réchauffement climatique, on dit que ce réchauffement climatique est dû à l'activité humaine et je ne pense plus aujourd'hui que l'on puisse sérieusement douter de cela. Ainsi, nous allons réussir à nous exterminer et à entraîner des êtres vivants qui ne nous ont rien demandé dans notre macabre sillon. Moi, je ne me fais pas de souci pour la planète ou pour la "vie" qu'elle abrite. Cette vie prendra encore de nouvelles formes, l'évolution n'est pas terminée. Parce qu'il est sans doute bien présomptueux de croire que l'Homme serait l'aboutissement de quoi que ce soit. L'animal le plus intelligent qu'a jamais accueilli cette planète ? Sans doute. Nous sommes le fruit d'une longue lignée, nous ne sommes pas le but qui aurait été écrit par un dieu ou une puissance extérieure ou supérieure. Du moins, je ne le pense pas et je considère qu'il n'y a pas de preuve crédible du contraire.
D'ici quelques décennies, on estime que jusqu'à 70% de la population humaine aura disparu. Un peu partout, on s'inquiète sérieusement de ce que les bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques connus. Les épidémies conjuguées aux famines, aux guerres, au manque d'eau potable, au rétrécissement des terres habitables vont être mis en œuvre pour faire le ménage dans cette population d'êtres grouillants et verbeux. Avec un peu de chance, je serai mort à l'heure de ce grand coup de balai. Dans vingt ans, je n'en doute pas, je ne serai plus là et je ne m'en porterai pas plus mal. Je crèverai sans trop de regret, sans beaucoup de tristesse. Peut-être, juste un peu de contrariété de ne pas connaître la fin de l'histoire mais bon, on sait déjà que la fin ne sera pas envieuse.

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page