L'église prend les mesures qui s'imposent contre la pédophilie

C'est la crise au Vatican. Une crise sur fond d'affaires de pédophilie dans l'église. Il aura fallu que les langues se délient, que la parole se libère pour que le saint siège se décide à organiser une réunion de travail pour tenter de faire croire que l'on allait faire quelque chose contre ce problème tout de même bien embarrassant. Le mieux, bien sûr, ça aurait été que ça ne sorte pas du cadre strict du non-dit mais bon, voilà, maintenant, ça se sait et même de plus en plus et ça entraîne tout un tas de scandales et ça, c'est pas très bon pour l'église et ses petites affaires. Déjà que les églises ne sont plus aussi fréquentées qu'autrefois, qu'il y a une crise des vocations et que l'autorité papale n'est plus ce qu'elle était. Tout fout le camp. Il fallait faire quelque chose, prendre des mesures et le taureau par les cornes.
Et, de ce que j'ai compris en laissant traîner mon oreille valide, c'est que ces mesures sont minimales. Une sorte de rappel à l'ordre, quelques blâmes, un avé et trois paters et n'y revenez pas. A l'issu de cette réunion de crise de quatre jours, il semble que l'on aille vers l'établissement d'un barème des peines avec une mise au monastère pour les cas les moins grave (sans pénétration ?) jusqu'à l'exclusion ou le licenciement.
Cependant, sans chercher à dédouaner l'église il me semble honnête de préciser que la pédophilie n'est pas un mal lié uniquement à elle. Selon une enquête citée par wikipedia, plus de 50% des cas recensés d'actes pédophiles mettent en cause des parents proches. Pour les personnes officiant auprès d'enfants (instituteurs, animateurs, prêtres…) il ne semble pas que l'on enregistre plus de cas au sein de l'église spécifiquement. La question n'est sans doute pas de savoir si un acte pédophile est plus ou moins grave selon le statut de la personne qui en est la cause mais il est intéressant de remarquer que si un acte pédophile commis par un instituteur ne porte pas le discrédit sur l'ensemble de l'Éducation nationale l'église, elle, est pointée du doigt dans son ensemble.

pedophilie-eglise.png
L'une des explications de cette différence de traitement pourrait être à chercher dans l'attitude des institutions. Dans le cas relevant du cadre laïc, c'est à la justice humaine que l'on fait appel pour trancher. Dans l'autre, l'église aimerait visiblement que l'on en appelle à la justice de dieu et que tout reste confiné au sein de l'église. Il y a bien eu des cas où des institutions laïques ont cherché à cacher des actes coupables en mutant les responsables ou en faisant barrage pour que ça ne se sache pas trop, la bêtise et la lâcheté sont également partagées.
Je n'ai jamais été victime d'actes pédophiles. J'ai eu cette chance. Je connais quelques personnes qui n'ont pas eu cette chance dont une qui, au moment où elle s'est décidé de cesser de se taire s'est entendue répondre que les actes étaient prescrits. Selon cette personne, elle n'aurait pas été la seule victime du salopard en question. Je ne comprends pas qu'il puisse y avoir une prescription pour ces affaires. Il me semble que ce délai de prescription a été récemment allongé et je pense, moi, qu'il ne devrait pas y avoir de limite.
En la matière, je suppose que le plus difficile — après le fait de dire — est d'apporter des preuves de ses accusations. Souvent, ce doit-être la parole de l'un contre la parole de l'autre. Un autre point bien difficile, selon moi, c'est celui qui concerne l'âge des victimes. Nous savons que cet âge est vu différemment selon les époques et les cultures. La société fixe des règles auxquelles il faut nous plier. Bon, après, je ne suis pas un spécialiste, hein.
Lorsque j'étais jeune, je traînais avec une bande de copains. On buvait de l'alcool, on consommait des stupéfiants et on écoutait du rock. C'était bien, on allait de squat en squat, on tapait la manche pour s'acheter de la bière, on s'amusait bien. A un moment, il y a eu une nana qui s'est jointe à nous. Elle était mignonne, elle était marrante, un peu punkette. Elle nous plaisait bien à nous tous, les mecs de la bande. On avait bien envie de laisser causer nos hormones. Je sais que certains d'entre les mecs sont passés à l'acte. Et puis, un jour, on a appris que cette nana avait 14 ans et qu'elle s'était barré de chez elle, qu'elle était tout de même un peu recherchée. Ça a jeté un froid, on l'a évincée du groupe. Le truc, c'est que nous ne lui avions pas demandé ses papiers et qu'elle faisait largement plus que son âge. Pour nous, honnêtement, cela ne faisait aucun doute qu'elle était majeure. Nous, les mecs, avions tous autour de vingt-deux et trente ans. Une quarantaine d'années pour le plus vieux qui se joignait à nous parfois et que l'on a retrouvé quelque années après mort par overdose sur un banc de gare, les pieds dans son vomi. N'empêche, certains d'entre-nous ont peut-être été pédophiles sans le savoir, presque malgré eux, en partie à cause de la bière. C'est con.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://blog.michel-loiseau.fr/?trackback/4292

Haut de page