Dessin et intelligence

Une étude américaine de 2015 montre la relation entre intelligence et compréhension de l'art pictural. Les chercheurs ont observé que plus les facultés intellectuelles étaient développées et plus l'aptitude à comprendre ou apprécier une œuvre abstraite était grande. Ainsi, une personne d'intelligence basse ou moyenne saura reconnaître un portrait académique ou un paysage simple quand il faudra une intelligence plus développée pour décrypter un dessin de type bande dessinée, une intelligence supérieure pour du dessin de type "dessin de presse" ou un dessin en noir et blanc humoristique. Les créations abstraites ne seraient accessibles qu'aux plus brillants cerveaux.
L'étude démontre que l'ajout de couleurs à un dessin facilite son accessibilité au plus grand monde et, plus étonnant, que le choix d'utiliser ou non la couleur renseigne sur les facultés mentales à l'abstraction de l'artiste ou du créateur. Toutefois, et faute d'avoir accès à une étude montrant l'intelligence de ces artistes, les auteurs de l'étude restent prudents quant à la question de juger de l'intelligence des artistes figuratifs académiques d'avant l'émergence de l'art abstrait au vingtième siècle.
Selon les chercheurs, l'importance de la culture populaire et de la confrontation à cette culture dans l'apprentissage des codes des arts graphiques des "comics" et l'habituation à ce mode d'expression depuis le plus jeune âge depuis la fin des années 1920 aux États-Unis d'Amérique et en Europe occidentale est à prendre en compte et doit servir à pondérer les résultats de l'étude. Néanmoins, une corrélation claire peut être faite entre intelligence et l'appétence pour l'expression picturale proche de l'abstraction.
L'analyse des résultats des tests réalisés sur une cohorte de plusieurs milliers de personnes des deux sexes de cinq ans et plus entre 2010 et 2014 tend à prouver un accord entre l'artiste et son public. Plus la peinture ou le dessin est proche de la réalité perçue et moins le niveau d'intelligence est élevé. Plus ce niveau d'intelligence est bas et plus la demande de ressemblance est grande. Là où les esprits brillants sauront apprécier une vision fantaisiste de la réalité voire, pour les mieux dotés, une absence totale de référentiel avec cette réalité, les autres réclameront de la précision, de l'accord avec le monde réel.

La suite plus tard…


Et sinon, pour faire peur à l'occasion de l'Halloween, un cyclope unijambiste.

Haut de page