Au nom de l'art

La FIAC s'est ouverte jeudi dernier. La FIAC, c'est la Foire internationale d'art contemporain. Je précise pour les obtus de la cervelle. Je n'y suis pas invité, je n'y expose pas et c'est bien regrettable, ça m'aurait amusé beaucoup. Mais peut-être ne suis-je ni assez artiste ni assez contemporain. International, ça, je ne me pose pas la question, je ne le suis pas. Reste la foire et là, forcément, je me sens concerné, moi qui foire tellement souvent ce que j'entreprends. Heureusement, j'entreprends relativement peu souvent.


Il n'empêche que je ne sais pas pourquoi je serais moins artiste qu'un autre, après tout. En toute modestie, j'en connais des pires. J'ai fait le dessin que je vous présente aujourd'hui sans aucune raison apparente. Il s'est imposé à moi comme un message à donner à l'humanité dans son entièreté. D'ailleurs, l'original est à vendre. Pas trop cher mais aussi je n'expose pas à la FIAC. 80 euros, garanti fait à la main sur du vrai papier, encré au pinceau et à l'encre de chine. C'est une affaire. Ça prendra de la valeur. Disons plus sûrement qu'il ne peut pas en perdre. L'un dans l'autre, vous ferez un bon placement potentiel. Enfin je dis ça, je ne veux pas vous forcer la main, hein.
Non mais je sais que vous n'êtes pas tous très riches. J'en connais pour qui, financièrement, ça ne va pas trop mal parmi vous. Je ne donnerai pas de nom pour ne pas les mettre en porte-à-faux, je sais me montrer humain malgré tout. Je sais aussi que vous n'êtes pas tous très sensible à l'art, que certains, pire encore, n'ont aucun goût et ne saurait pas reconnaître une flaque de boue d'une toile de maître. Je ne vous en veux pas spécialement, je suis presque convaincu que vous avez d'autres qualités insoupçonnées. En grattant bien.
Moi, en tant qu'artiste non validé, j'ai tendance à fermer ma gueule lorsque l'on me met en présence d'œuvres d'art. Je ne sais pas vraiment ce qu'il sied de dire ou de taire. J'essaie de prendre cet air inspiré ou dégoûté que j'ai vu faire et passe d'une œuvre à l'autre en affectant l'air de celui qui est en train de beaucoup analyser ce qu'il voit. L'air mystérieux et profond de l'intellectuel, vous voyez le genre ?
Pour tout vous dire, j'ai fait deux dessins d'art aujourd'hui. Je vous montrerai l'autre une autre fois, je vais vous laisser digérer celui-ci, bien y réfléchir, bien l'admirer et bien vous extasier.

Haut de page