La Cassagne 2018

Cette année, le thème retenu pour cette grande fête de la Mobylette était "La Septième Compagnie". Je ne vais pas revenir sur cette série de trois films de Robert Lamoureux à l'humour bien franchouillard qui a fait rire la France des années 70. Il était donc demandé aux participants de cette fête organisée par "les Pétaroux à la Noix" de venir déguisés selon ce thème. Nous avions donc un étalage de militaires kakis casqués.
L'idée d'intégrer l'esprit militaire à cet événement pouvait faire tordre le nez à tout bon antimilitariste. Heureusement, l'humour permettait de faire passer la pilule. Ce même antimilitariste se réjouissait de ce que tous n'avaient pas souhaité s'associer au thème en choisissant des déguisements bien moins belliqueux. L'humour et le militaire n'ont jamais fait très bon ménage. Que peut-on faire d'autre que de ridiculiser les militaires pour faire rire avec la guerre ? Ceci dit, à la réflexion, il me semble bien que les militaires n'ont besoin de personne pour se ridiculiser.
Donc, du militaire, de l'humour… et de l'imagination. Si certains avaient choisi l'uniforme, d'autres tablaient sur l'accessoire guerrier. Ici nous avions la caisse de munitions, là le fusil accroché au cadre. Quelques participants ont eu l'idée d'ajouter une ou deux roues à leur cyclomoteur pour tracter des armes de destructions massives comme nous le montre cette photo :

Mobylette de guerre
Parfaitement dans le thème, cet engin venait de Corrèze. Bien évidemment, la machine guerrière est factice. L'ingénieux concepteur de la chose que j'ai pu rencontrer affirmait que tout était construit avec des éléments de récupération. Un vélo, quelques morceaux de tube, un bidon en plastique… L'ensemble faisait bien illusion.
Je le disais, tous n'ont pas souhaité jouer le jeu et sont venus avec leur cyclomoteur "de tous les jours" comme TAZ, venu du Lot voisin, avec sa Peugeot 103 de toute beauté. Malheureusement, la fidèle machine est tombée en panne au trentième kilomètre de la randonnée longue de quatre-vingts.
Quelques cyclomoteurs plus rares étaient présents à l'image de cette Cazenave girondine qui n'avaient rien de militaire.

Plus beau cyclomoteur
Cazenave

La fête était belle, le soleil était au rendez-vous, l'ambiance était à la bonne humeur généralisée mais on devait regretter la chute de trois cyclomoteurs survenue on ne sait comment. On supposera que nous avons là un exemple de ce que l'on appelle "l'effet domino". La première machine aura poussé la deuxième qui aura entraîné la troisième. On ne répétera jamais assez combien il est important de s'assurer de la bonne stabilité du cyclomoteur à l'arrêt. Il est vrai qu'il aurait sans doute été prudent de placer une planchette sous la béquille. Heureusement, nul blessé n'est à déplorer. Il ne semble pas que les machines aient été gravement endommagées.

Le drame
Déjà présente l'an dernier, cette Motobécane méritait bien d'être de nouveau photographiée. De toutes les machines présentes, il n'est pas impossible que ce soit celle qui me plaisait le plus.

Motobécane d'exception
Initialement strictement réservée aux cyclomoteurs d'avant 1980, la fête de la Cassagne s'ouvre chaque année un peu plus à d'autres formes de véhicules. Cette année, nous avions droit à des tracteurs anciens, à quelques camions, à des engins militaires, à quelques voitures américaines, à des automobiles plus ou moins "de collection". Parmi ces dernières, une Renault 8 S bien restaurée si ce n'est le crochet d'attelage qui, à mon avis, est en trop. Je me suis demandé si ce n'était pas là la voiture d'un participant qui aurait amené son cyclomoteur en remorque. Ce n'est pas impossible et, en ce cas, cela excuserait la petite faute de goût.

Renault 8 S

Haut de page