Le dessus du panier


Si j'étais allé à Périgueux, ce n'était pas seulement pour lire l'heure au clocher de la cathédrale Saint-Front. Mais puisque l'occasion m'était donnée, j'en profitais. Il était 11h14. Ça m'avait étonné parce que la dernière fois que j'avais de la sorte saisi l'opportunité d'avoir l'heure gratuitement, c'était exactement la même heure à quelques minutes presque. Oui. J'ai conscience de ce que l'on ne peut pas dire que c'était exactement la même heure. Mais bon, je ne suis pas à quelques minutes près. Disons que c'était sensiblement la même heure. A quelques minutes près. Enfin bref, ça m'avait étonné. J'ai l'étonnement facile, on me l'a souvent répété. C'est, à mon avis, parce que je suis enthousiaste de nature. Je suis du genre à découvrir, chaque fois avec la même joie, que les spaghetti soient tous de la même longueur. S'en viennent des questions qui peuvent me poursuivre pour toute la journée. Qui a décidé de la bonne longueur de ces pâtes ? Il y a-t-il une raison qui fait que ces spaghetti soient de cette longueur précisément ? Cela marche aussi avec la courbure des coquillettes ou le diamètre des macaroni. Je suis curieux et avide de savoir. J'aime comprendre, découvrir, imaginer. Je suis ce que l'on peut appeler un esprit ouvert.
En remontant la rue Denfert-Rochereau (j'allais vers la rue Taillefer), je m'arrêtais sur la place de la Clautre pour reprendre mon souffle. C'est qu'à mon âge, on n'a plus le cœur et les poumons de nos vingt ans. Je mettais à profit cette courte halte pour regarder l'heure de nouveau. C'est gratuit, il n'y a pas de raison de ne pas en profiter. Cinq minutes avaient passé. Je me fis la réflexion que je n'avais pas progressé bien rapidement. C'est vrai que je ne portais pas de chaussures de sport. Sur la place, il y avait trois voitures blanches, une rouge, trois bleues, deux noires et une gris foncé. Il y avait deux Renault. J'ai tendance à remarquer plus facilement les Renault, c'est la marque de mes automobiles depuis plus de trente ans. Personnellement, j'ai une Clio gris clair. Je me disais que j'aimerais assez avoir une Megane comme la bleue qui était là. Bien sûr, je la choisirais plutôt grise mais pour la ligne, je la trouve épatante, la Megane. Par contre, Diesel ou essence ? Mon beau-frère, le mari de ma sœur, me disait qu'il fallait faire plus de 25000 kilomètres par an pour que le Diesel soit rentable. J'en suis bien loin.
J'étais à Périgueux pour acheter des médicaments. J'en ai besoin pour ma santé. Il y a deux pharmacies dans la rue Taillefer. Avant, j'allais à celle qui est la plus proche de la place de la Clautre mais, un jour, il y a une dizaines d'années, j'y avais été plutôt mal reçu. Bien qu'il m'en coûte, je vais désormais à l'autre, distante de 89 mètres exactement. Et là, c'est précis. D'accord, je ne compte pas les décimètres. Vous pinaillez. Pour ma santé, j'ai besoin de préparations homéopathiques. Ça me fait du bien. On dit que ce n'est pas la panacée et même que c'est du placebo mais moi, ça me fait du bien. Après, je me sens nettement mieux.
11h38 ! Houla ! Le temps passe ! Je me remettais en marche. Ah mince. Je m'étais promis de ne plus utiliser cette expression. Je n'ai pas envie que l'on sache pour qui je vote. J'aime conserver une certaine discrétion quant à mes choix politiques. N'empêche que, à mon avis, il faut bien le moderniser, notre pays ! Il faut en finir avec les régimes spéciaux et les règles du siècle dernier. Il faut remettre l'économie en marche. D'ailleurs, en parlant de marcher, il faudrait que je m'y mette. Déjà 11h42 !
En passant devant sa vitrine, je m'arrête en me demandant si ce caviste aurait ce vin que j'ai bu chez ma sœur mardi dernier. C'était un vin très correct et pourtant pas cher, avait précisé Jean-Luc, mon beau-frère. C'était un vin du genre Bordeaux. Je ne me souvenais plus de la marque. Un château quelque chose. Sur l'étiquette, on voyait un dessin avec des rangs de vigne et un bâtiment dans le fond. C'était écrit "Château" suivi d'un nom. Lequel ? Mince, j'aurais dû le noter. J'essayais de reconnaître la bouteille parmi celles exposées. C'était du vin rouge. Dommage que je n'aie pas le temps. Je demanderai à Jean-Luc et je repasserai le mois prochain.
J'arrivais à la pharmacie sans plus me laisser distraire par les vitrines. Ça allait mieux parce que maintenant la rue est légèrement en descente. Je n'avais pas à me presser, la pharmacie ferme à 12h30. J'entrais et sortais la liste des médicaments nécessaires. La pharmacienne me rassembla tous les petits tubes dans un sac en papier. Je payais, saluais et sortais. Pour revenir, je changeais de trottoir et, sans me presser, revenais vers la cathédrale. Je regardais l'heure encore deux ou trois fois. Sur la place de la Clautre, la Megane était partie. D'un côté, ça n'était pas plus mal, je pouvais rejoindre ma Clio sans perdre de temps.
Après, bien sûr, je suis rentré chez moi et je me suis préparé à manger (des pâtes avec du poulet froid). J'ai fait la vaisselle et j'ai fait une petite sieste. Ce soir je mange chez ma sœur, je demanderai à Jean-Luc comment s'appelle son vin.

side-car

Commentaires

1. Le mercredi 4 juillet 2018, 11:25 par arielle

C'est de la bonne on dirait ! Ou/et le soleil cogne trop !

2. Le mercredi 4 juillet 2018, 11:28 par nono

Votre histoire est réellement captivante, vous avez bien de la chance de pouvoir vivre de si belles aventures.
Cependant, elle me semble irréelle, pensez donc, une Mégane Renault bleu, mais qui peut croire en une telle fable.

3. Le mercredi 4 juillet 2018, 11:35 par nono

je viens de remarquer maintenant la marque du panier, tant j'étais captivé par la richesse du texte
...ça va plaire à Liaan, c'est du verlan et c'est un GRONDA ha ha

4. Le mercredi 4 juillet 2018, 11:50 par Sax/Cat

Oui il paraît qu'il faut faire 25000 km par an pour que le diesel soit rentable.
J'en suis aussi bien loin maintenant. Alors j'ai le choix entre perdre de l'argent en revendant mon diesel et en dépenser pour acheter une essence, ou attendre que mon diesel soit en fin de vie dans quelques dizaines d'années.
Je crois que je vais attendre.
Avec tout ça il est maintenant 11h48.

5. Le mercredi 4 juillet 2018, 11:59 par Liaan

@nono : La marque sur le sidecar n'est pas du verlan, si c'en était, nous aurions dû lire Dagron. Ce n'est pas le cas. C'est un genre d'anagramme, toutes les lettres ne sont pas à leur place. Mais dans le cas qui nous occupe (vous n'avez rien de plus urgent à faire, Liaan ?) les lettres obéissent à un schéma bien arrêté : elles sont juste dans l'ordre inverse. Cela porte un nom, je suis sûr, mais je ne le sais pas, j'ai la flemme de chercher (d'autres connaissent la formulation pour le type de placement des lettres, c'est sûr) je dirais que c'est de la zorglangue dans notre cas.

6. Le mercredi 4 juillet 2018, 12:00 par Le prof Turbled

Classe! La journée d'un beauf moyen, je présume? Si ce n'est pas ça, c'est bien imité. Gare aux procès en diffamation, la moitié du pays va se reconnaître, mais l'ironie leur échappera peut-être.

7. Le mercredi 4 juillet 2018, 12:07 par Tournesol

Michel: subitement tenté par une greffe de cerveau?

8. Le mercredi 4 juillet 2018, 12:11 par Michel

@arielle : Orage en cette heure.
@nono : Elle était bleue !
@nono : Pas du verlan.
@Sax/Cat : Attendez.
@Liaan : anacyclique ?
@Le prof Turbled : Pourquoi un beauf serait moyen ?
@Tournesol : Ce serait une bonne solution. Las, la technique ne semble pas être au point.

9. Le mercredi 4 juillet 2018, 12:52 par nono

@Liaan : c'est pas du verlan, certes !
mais c'est du GRONDA

10. Le mercredi 4 juillet 2018, 12:53 par Tournesol

@Liaan : écriture en miroir,non?

11. Le mercredi 4 juillet 2018, 13:05 par Le prof Turbled

@Michel :
Beauf moyen: dans la moyenne, représentatif, ni trop beauf, ni trop peu.
Plus beauf, il aurait eu une Golf, moins beauf, il ne trouverait pas la Mégane "épatante" mais juste correcte.
Comme si vous aviez besoin de cette explication. Escroc!

12. Le mercredi 4 juillet 2018, 13:06 par Brob Dingnag

@Tournesol : Certainement pas. L'écriture en miroir, c'est écrire de droite à gauche (enfin pour nous) en inversant le sens d'écriture des caractères. Comme Leonard.

13. Le mercredi 4 juillet 2018, 13:09 par Michel

@Le prof Turbled : Ah mais j'm'excuse de vous d'mander pardon. Un beauf, c'est un beauf. Ce serait comme dire qu'il y aurait des imbéciles moyens.

14. Le mercredi 4 juillet 2018, 13:19 par Le prof Turbled

@Sax/Cat :
Oubliez un peu cette foutue histoire de rentabilité. Tout ça se joue sur quelques centaines d'euros, pour des kilométrages de cet ordre. Faites vous plaisir. Tout ça c'est des couillonnades d'essayeur auto. En achetant pas leur torchon, vous économisez déjà 2 l de carburant. Même si vous ne faites que 12000 km par an, votre diesel ne va ni vous ruiner, ni tomber en morceaux.

15. Le mercredi 4 juillet 2018, 13:39 par Sax/Cat

@Le prof Turbled :
Je ne fais même pas 12000 par an maintenant.
Et sachez que j'ai beaucoup de mal à associer la bagnole à la notion de plaisir.

16. Le mercredi 4 juillet 2018, 14:31 par Liaan

@Michel : (imbécile moyen)
Comme pour le Français moyen, on vise le pléonasme.

@Michel : D'accord pour anacyclique, même si le mot lu à l'envers ne veut rien dire dans notre cas. D'ailleurs, Gronda ne veut strictement rien dire si ce n'est qu'une marque de motos désastreuses, bien loin de mériter son anagramme qui serait Dragon.

17. Le mercredi 4 juillet 2018, 14:34 par Liaan

@Liaan : Ah zut.
Lorsqu'on visualise mon commentaire (n°16), on a comme qui dirait l'impression que Michel est un imbécile moyen. Voilà une forme d'humour involontaire dont la presse écrite est coutumière du fait, et dont nous sommes friands.

18. Le mercredi 4 juillet 2018, 14:37 par Liaan

Gronda n'a jamais vendu de sidecar construit en série contrairement à Raoul.

19. Le mercredi 4 juillet 2018, 15:24 par Le prof Turbled

@Liaan : Raoul Jawa-Velorex, ou Raoul Haimezède?
Vous connaissant, c'est sûrement Raoul Cauvin.

20. Le mercredi 4 juillet 2018, 15:30 par Le prof Turbled

@Sax/Cat :
Ah mais par "faites vous plaisir", j'entendais "ne vous prenez pas le chou".
Se faire plaisir en éludant un problème. Non?

21. Le mercredi 4 juillet 2018, 17:34 par Michel

@Liaan : Que l'on puisse me prendre pour un imbécile moyen moi qui, en la matière, frise l'excellence, oui, je le reconnais, ça me blesse. Je fais dans l'imbécilité haut de gamme, de qualité supérieure !

22. Le mercredi 4 juillet 2018, 17:42 par Liaan

@Michel : Nous voilà rassurés.

@Le prof Turbled : Raoul pour l'anagramme d'Oural.
Ha ha ha !
(je repense à un dessin de J.(F)Vivant, publié en son temps dans un MJ, lors de l'essai d'une R75 attelée, datant de la seconde guerre mondiale. Le passager du panier avait une mitrailleuse et venait de canarder un panneau de limitation de vitesse en faisant un grand Hahaha !
Ce dessin est visible, je crois, dans le hors-série Mémoire d'un bouche-trou)

23. Le mercredi 4 juillet 2018, 18:42 par Liaan

En somme, le texte écrit dans ce billet du jour, nous pourrions tout simplement nous en passer. Seul est important le dessin de l'attelage motorisé : le titre du billet en est la preuve flagrante.
Amis internautes, tombés par hasard sur ce blog, ne vous occupez pas d'un texte comme celui-ci, digne de certains articles des journaux quotidiens régionaux, type Ouest-Transe, c'est-à-dire des articles destinés à remplir le journal (que vous le lisiez ou que vous ne lisiez pas, cela n'a aucune importance)

24. Le mercredi 4 juillet 2018, 18:45 par Michel

@Liaan : En somme, le texte écrit dans ce billet du jour, nous pourrions tout simplement nous en passer.
Vous ne découvrez le fonctionnement de ce blog qu'aujourd'hui ? Y a pas à dire, y en a qu'ont pas l'esprit bien vif.

25. Le mercredi 4 juillet 2018, 20:11 par Le prof Turbled

@Liaan :
Pas d'accord! Cette matinée d'un homme ordinaire en marche, amateur de bordeaux et de Renault, légèrement souffreteux, maniaque, pique-assiette, qui pourrait-être notre beau-frère, est tout à fait captivante. Un documentaire dont les historiens du futur feront leurs choux-gras. Une tranche de vie qu'utiliseront aussi les politiques, les publicitaires et la faculté.
Pourquoi cet homme n'a-t-il pas de montre? Pourquoi craint-il d'avouer ses choix politiques? Pourquoi réagit-il positivement à l'homéopathie? Est-ce du à son métabolisme particulier, à ses idées politiques, à son addiction au bordeaux ou à son souci d'exactitude?
Un cas d'école dont l'intérêt dépasse largement celui d'un véhicule bancal et démodé qui roule en crabe tout en additionnant les inconvénients de la moto à ceux de la voiture.
Quand au titre, il ironise sur la triste condition de cet homme sans goût ni talents particuliers.

26. Le mercredi 4 juillet 2018, 20:18 par Liaan

@Michel : Sûr !

Bon, ce que vais dire ci-après n'est pas acceptable pour tout le monde :
- Dites moi, cette histoire passionnante, ce n'est pas un texte,
à la façon de Pierre Bellemare (avec ce souci du détail qui fait vrai) ?
Ben oui, quoi. Il y a une place d'écrivain qui s'est libéré récemment...
Entre parenthèses, le Gars Bellemare a eu des funérailles célébrées à
l'église Saint-Roch'n'roll, était-il plus roqu'enrolle que Jôhnny ?

Je sors.

27. Le mercredi 4 juillet 2018, 22:03 par fifi

Moi, ce texte me rassure, avec ce qu'annonçait la météo dans cette région, je m'aperçois qu'il ne faisait pas si mauvais que cela, dû moins, sur Périgueux.
Pour le dessin, le passager du side me plaît beaucoup avec ses yeux en taiji. Il est mort de peur - péri gueux .

28. Le jeudi 5 juillet 2018, 07:25 par Liaan

@fifi : Les vents n'ont pas respecté les nouvelles limitations des vitesses sur la Dordogne et dans le Sud-Ouest ( Au passage de ces orages violents, les rafales suivantes ont été mesurées :
- 121 km/h à Saint-Martin-de-Fressingeas (24)
- 116 km/h à Saint-Martial (24)
- 112 km/h à Coulounieix-Chamiers (24)
Les permis ont été aussitôt annulés et les véhicules confisqués.

29. Le jeudi 5 juillet 2018, 07:36 par Le prof Turbled

Alléluia mes frères!
Ce n'est pas en vain qu'hier j'exécutais l'épuisante danse de la pluie. Le grand Manitou, dans sa grande bonté, et soucieux de m'épargner la biquotidienne corvée d'arrosage, nous a envoyé une magnifique queue d'orage. Laquelle, après s'être épuisée en ravageant la Dordogne, courant sur son erre, est venue dispenser à mon potager 24 l d'eau bénite au mètre carré. Alléluia! Trois-quatre jours sans portage, sans arrosoirs, avec des nuits tempérées et un climat bretonnant. Yeah!

30. Le jeudi 5 juillet 2018, 07:54 par Liaan

Selon le journal L'Écho de Brive-la-Gaillarde, un arrosoir a tenté de mettre fin à ses jours dans la région. Je me suis senti inutile, nous déclare-t-il.

31. Le jeudi 5 juillet 2018, 08:04 par Le prof Turbled

@Liaan : Fake new! En réalité, il a été placé sous le carter moteur d'une moto anglaise pour étancher sa soif.

32. Le jeudi 5 juillet 2018, 22:05 par fifi

Quitte à mettre la main au panier, autant la passer dessous .
Le dessus du panier, c'est pour, Hans .