Les oiseaux y laissent des plumes


Est-ce dû aux pratiques agricoles, à l'utilisation d'intrants chimiques à outrance ? Les insecticides sont bien responsables de la raréfaction des insectes, c'est même leur fonction première. Or, il se trouve que les oiseaux ont un goût particulier pour les insectes. Surtout les oiseaux insectivores, du reste. Pour ceux-ci c'est l'heure de la famine. Ils ne trouvent plus assez de nourriture alors ils n'ont rien de mieux à faire que mourir ou moins se reproduire. Le résultat, c'est un tiers d'oiseaux de moins de volatiles dans nos campagnes. Des études dont une menée par le CNRS dans les Deux-Sèvres sur un territoire de 10 hectares montrent que le phénomène de raréfaction des populations aviaires s'accélère depuis deux ans. Faut-il s'en alarmer ?
D'un côté, l'homme a tendance à regarder la faune, la flore, la planète, selon l'utilité que toute chose peut avoir pour lui. Il s'inquiète de la disparition des abeilles parce qu'elles sont des agents pollinisateurs nécessaires à l'agriculture et, accessoirement, de bonnes productrices de miel. Il s'émeut de la chute de population chez les lombrics depuis qu'il a compris leur rôle fondamental dans le travail des terres arables en permettant l'aération et le drainage des sols cultivés. Il veut protéger certaines espèces végétales, certaines espèces animales, certaines ressources minérales parce qu'elles sont utiles à sa survie, son expansion. En quoi les oiseaux lui sont utiles ? Si on ne se pose pas la question pour les poules pondeuses, les canards mulards à gaver, les grives plaisantes à chasser et les autruches rigolotes à regarder, ils chassent sans vergogne le pigeon des villes, l'oiseau voleur de cerises ou de récoltes diverses.
On reconnaît aux oiseaux leur capacité à disséminer certaines graines ou encore leur aide dans la lutte contre la prolifération d'insectes "nuisibles" mais à part ça ? A quoi sert donc le moineau, le merle, la pie, la mésange ou le rouge-gorge ? On se le demande bien. Et puis, après tout, des espèces d'oiseaux ont déjà disparu sans que ça semble remettre en cause la survie du genre humain. D'autre part, on sait à présent que les oiseaux sont les derniers descendants des dinosaures. Peut-être ont-il fait leur temps, non ? Qui va aujourd'hui regretter la disparition de leurs lointains ancêtres ?
Alors, sans doute faudrait-il cesser de regarder tout ce qui nous entoure sous l'œil de l'utilité. La biodiversité est sans doute garante d'un équilibre subtil dont nous avons bien du mal à cerner toutes les implications. Si l'homme est passé maître dans l'art de faire disparaître ce qui ne l'arrange pas, de façonner son monde à son idée, rien ne dit qu'il a compris ce qu'il faisait réellement en agissant. Personnellement, ça me fait un peu chier de ne plus voir d'hirondelles, de verdiers, de faucons crécerelle.

Commentaires

1. Le jeudi 22 mars 2018, 07:32 par Liaan

Sans l'aide des gros cons de chasseurs et la revue du Chasseur Français, lue par gros cons, l'appeau n'aurait jamais été inventé, et André Franquin aurait été fort gêné pour réaliser de nombreux gags avec Gaston.
Voilà une des utilités de l'oiseau.

(entre parenthèses : Loiseau (L) nous pond (!) un billet sur l'oiseau (ailes)

2. Le jeudi 22 mars 2018, 07:33 par Tournesol

Oui,on essaye bien,les hommes politiques du moins,d’augmenter le nombre des vautours et autres charognards,mais ça ne compense pas.
Après,je regrette la disparition du dronte,mais je ne suis pas sûr que cela aie eaucoup perturbé l’écosystème mauricien.
Toute disparition est triste et nous jouons trop aux apprentis sorciers,mais nous sommes joueurs par nature.

3. Le jeudi 22 mars 2018, 07:34 par Michel

@Liaan : (entre parenthèses : Loiseau (L) nous pond (!) un billet sur l'oiseau (ailes)
J'imaginais bien qu'un esprit éveillé allait relever cette subtilité ! Bravo !

4. Le jeudi 22 mars 2018, 07:35 par Michel

@Tournesol : La disparition du dronte ne nous empêche pas de faire dodo.

5. Le jeudi 22 mars 2018, 08:54 par Le prof Turbled

Hello hello, le soleil brille! Positivons mes frères!
Les zoziaux servent à nous rappeler la beauté du monde! Michel, j'ai un frangin qui est photographe animalier amateur. Vous seriez surpris de toutes les sortes d'oiseaux qu'il parvient à saisir dans son objectif camouflé. Même le Cincle pêcheur nourrissant sa couvée, le Loriot ou bien la Huppe fasciée en plein ravitaillement de ses rejetons, le Faucon pèlerin itou, et plein d'autres encore.
Dernière en date, une cigogne noire, à saisir sur votre mail dans un moment.
Et tout ça dans la campagne limousine.
Les mésanges bleues et charbonnières, pour le jardinier sont de précieux auxiliaires ainsi que le Rouge-gorge. Pour les hirondelles, vous avez raison.
Elles nous manquent, tant pour le spectacle de leurs acrobaties aériennes que pour leur boulimie de moustiques et autres moucherons.

6. Le jeudi 22 mars 2018, 09:22 par Christine Boutintin

Les oiseaux se cachent pour mourir
Ah, que de souvenirs vous éveillez en moi, monsieur Loiseau, en me rappelant ce chef-d'oeuvre du 7ème art et de la littérature réunis.
Souventes fois la nuit, la silhouette musclée de Richard Chamberlain vient encore hanter mes rêves érotiques et me laissent , au petit matin, moite et pantelante de désir.
Je vous laisse et cours confesser ces pensées impures à ce jeune prêtre sénégalais, dont les copines du patronage m'ont venté hier la robuste simplicité.

7. Le jeudi 22 mars 2018, 09:37 par Liaan

Sans l'oiseau,
La Fontaine aurait bien été embêté avec son calendos et son Goupil.
Le photographe ne saurait pas quoi dire aux p'tiots pour leur faire comprendre qu'ils doivent regarder l'objectif de l'appareil.
Les parents d'un rejeton mâle ne saurait pas désigner son zigouigoui.
Le dessinateur Chaval n'aurait pas pu publier un ouvrage essentiel.
Pierre Perret n'aurait pas demandé d'ouvrir la cage.
La chanteuse Édith Giovanna Gassion aurait sans doute eu moins de succès.
Henri IV n'aurait pas su quoi manger le dimanche.
Nous n'aurions pas pu dénommer facilement les flics.
Daffy, Donald, Canardo n'auraient sans doute pas existé.
Simca aurait du trouver un autre nom pour son modèle "9".
Beaucoup d'expressions bien françaises n'existeraient pas, nous serions bien ennuyé pour définir la connaissance qui vient s'installer chez soi sans gêne, entre autres.
Ekcétéra.
Et le Maître du blog s'appellerait Durand ou Martin.

Ah, comme quoi. Les oiseaux sont indispensables.

8. Le jeudi 22 mars 2018, 09:54 par Liaan

Si l'oie n'avait pas existé, nous écririons toujours avec un calame sur des tablettes d'argile ?

9. Le jeudi 22 mars 2018, 10:20 par Tournesol

@Liaan : sur du papyrus ça marche aussi:-)

10. Le jeudi 22 mars 2018, 10:46 par Liaan

Sans les oiseaux, Icare n'aurait pas existé, il se serait fait appelé Batman.

11. Le jeudi 22 mars 2018, 11:56 par Le prof Turbled

@Liaan :
Sans doute, en vivant dans un monde sans zoizeaux, aurions-nous adapté notre vocabulaire autrement. Mais admettons.
Dans ce cas, je suis au regret de vous dire que pour les keufs, il n'y aurait eu aucun problème. Des noms d'oiseaux pour les qualifier, j'en ai plein la bibliothèque. Toute façon, le poulet n'est pas un oiseau, c'est un aliment!

12. Le jeudi 22 mars 2018, 18:00 par Liaan

@Le prof Turbled :
le poulet n'est pas un oiseau, c'est un aliment!
De là, l'expression bouffer du flic...

13. Le jeudi 22 mars 2018, 18:05 par Liaan

@Le prof Turbled : (fausse manœuvre)

Lorsqu'un poulet est un petit message, vous le becquetez ?
Lorsque Monsieur dit à Madame :
- Ma caille !
Monsieur ne pense qu'à bouffer ?

14. Le jeudi 22 mars 2018, 20:22 par Le prof Turbled

@Liaan :
Ma caille? Sûr qu'il veut lui bouffer le croupion!
(oui, je me suis pris la tête pour trouver cette réponse hyper classe.)

15. Le jeudi 22 mars 2018, 20:46 par fifi

@Liaan : Et la caille sur canapé, qu'en faites vous ?

16. Le jeudi 22 mars 2018, 20:52 par fifi

Les oiseaux, parce qu'on les voit, et les poissons ! Entendu et vu dans la lucarne à blaireaux : " en 2050, il y aura plus de plastique dans les mers et océans que de poissons ", ils n'ont pas dit si c'était en nombre ou en tonnage. A mon avis, ce doit être en tonnage ... c'est lourd le mercure.

17. Le jeudi 22 mars 2018, 21:37 par Baloo

Soyons rassurés : un tribunal de m... Européen a autorisé Bayer à racheter Monsanto, ce qui évitera à ce dernier de répondre de sa responsabilité dans les nombreux procès qu'il a sur les bras afin d'indemniser tous les "dommages colatéraux". Ainsi, Bayer va peaufiner l'empoisonnement généralisé de la planète avec la bénédiction européenne, et enrichir ses actionnaires.
Les oiseaux survivants ont du souci à se faire !

18. Le jeudi 22 mars 2018, 21:40 par Bougredecongre

@Baloo : pensez à reprendre votre pseudo lorsque vous passez du plantigrade au volatile.