A son train de sénateur, en marche et sans auto


L'affaire a fait son petit bruit dans le Landerneau périgordin. Bernard Cazeau, ci-devant sénateur de la République, ancien conseiller général de la Dordogne et président du conseil général du même département, socialiste qui a soutenu le candidat LREM lors des dernières élections présidentielles, a eu un accident de la circulation au volant de sa flambant neuve automobile de luxe. Que ce sera-t-il passé, on ne le sait pas. Le journal Sud Ouest qui nous informe de l'infortune nous explique que le sénateur âgé de 78 ans aurait déjà dû repasser son permis de conduire après avoir perdu ses derniers points. Il repasse et obtient donc un nouveau permis tout beau tout neuf et fête l'affaire en achetant une belle automobile digne de son rang. Il porte son choix sur une marque allemande réputée pour la qualité de finition et le prestige qui en découle. C'est son choix, c'est son projet.
Or, voilà qu'il songe à rejoindre son fief ribéracois au volant de sa petite auto et que, paf, pas de bol, il s'y prend tellement mal qu'il "ratiboise" un terre-plein central tant et si bien que le véhicule est tout cassé. C'est un accident bien bête et bien regrettable. Un accident, c'est toujours bête. On peut même ajouter sans trop craindre de se tromper qu'un accident survient toujours d'une manière accidentelle en cela qu'il est rarement désiré ou voulu. D'un point de vue très factuel, ce fait divers n'est rien d'autre qu'un accident de la circulation qui n'a pas fait de victime. Le sénateur s'en sort bien, l'automobile moins, les aménagements de la voie publique devront être réparés. Je le répète, on ne sait rien des circonstances et conditions de cet accident. Je ne vais même pas m'avancer à supputer.
Mais alors, pourquoi parle-je de cela ? Par pure méchanceté ? Je ne peux pas le nier, il est toujours réjouissant d'apprendre que des personnalités publiques peuvent, elles aussi, avoir à subir les aléa de la vie de tous les jours. Ça nous les rend un peu plus proches, un peu plus humains, un peu plus comme nous. Le traitement de l'information est intéressant. Ici, il n'est question ni de "chauffard" ni de "vitesse excessive". Si l'articulet use bien d'une légère ironie, il ne fait que relater les faits sans rien suggérer. S'il pouvait en être ainsi dans tous les cas !
Ah oui, un dernier point. Cette affaire est survenue samedi dernier, il y a une semaine. J'en ai entendu parler mercredi pour la première fois. Ce n'est pas très important mais c'est juste histoire de dire que ce n'est pas à proprement parler une informations récente, quoi.

08A

Commentaires

1. Le samedi 20 janvier 2018, 13:31 par waldo7624

La voiture d'un soutient d'En Marche ! est donc à l'arrêt.
Nous v'là bien.

2. Le samedi 20 janvier 2018, 13:40 par Michel

@waldo7624 : Je savais bien que l'on nous avait menti.

3. Le samedi 20 janvier 2018, 14:10 par Tournesol

Il vote des lois ce type?

4. Le samedi 20 janvier 2018, 14:13 par Michel

@Tournesol : C'est bien la moindre des choses.

5. Le samedi 20 janvier 2018, 14:23 par Liaan

Audi... Âa-ôdi...
C'est devenu vraiment la frime.
Rappelons qu'auparavant, c'était des Auto-Union avec des moteurs 3 cylindres deux-temps, identiques à ces saloperies d'autos est-allemande comme les Wartburg, dont Monsieur le Sénateur n'aurait surtout pas voulu.

6. Le samedi 20 janvier 2018, 15:45 par Liaan

Pauvre Michel.
Réduit à commenter les faits divers...

7. Le samedi 20 janvier 2018, 16:53 par Sax/Cat

@Liaan :
Beh oui c'est un peu tôt pour les faits d'été.

8. Le samedi 20 janvier 2018, 18:02 par fifi

@Liaan : Peut être, en tous cas, il me fait bien plaisir cet article, ce qui est dommage, c'est que cette bagnole trop chère a été payés par le populo.

Faut pas couper les nouilles au sécateur.

9. Le samedi 20 janvier 2018, 18:04 par Michel

@fifi : ce qui est dommage, c'est que cette bagnole trop chère a été payés par le populo
Vous tenez ça d'où ?
Faut pas couper les nouilles au sécateur
Bien sûr que non !

10. Le samedi 20 janvier 2018, 18:07 par Le prof Turbled

@Liaan :
à l'époque, il aurait roulé français sans avoir peur d'être déclassé. Une DS Citroën, c'est autre chose qu'une coccinelle ou une voiture-panzer de gitan.
On avait encore un brin de dignité, aussi. Le gross malheur 39-45 n'était pas si loin!
Cette affaire remet en cause l'expression un train de sénateur, disqualifie les nombreuses aides à la conduite du prestigieux véhicule, éclaire les clients potentiels sur la prétendue solidité de l'onéreuse voiture, valide la très grande pertinence des urbanistes qui parsèment nos rues de nombreux terre-pleins en guise de chicanes-tremplins, et redonne le sourire à l'office de tourisme de Ribérac, dont-on avait plus parlé depuis des lustres.

11. Le samedi 20 janvier 2018, 18:33 par Sax/Cat

@Michel :
ce qui est dommage, c'est que cette bagnole trop chère a été payés par le populo
Vous tenez ça d'où ?
Disons qu'elle a été payée par l'indemnité de sénateur qui est payée par nous.
Comme la Twingo de l'instituteur.

12. Le samedi 20 janvier 2018, 18:41 par Michel

@Sax/Cat : Oui, on peut voir ça ainsi.

13. Le samedi 20 janvier 2018, 19:04 par fifi

@Michel : Pour moi, tous les politiques se font engraisser par le peuple, je me plante peut être.

14. Le samedi 20 janvier 2018, 20:13 par Tournesol

@fifi : certains étaient déjà bien gras avant de commencer leur carrière.Mais même en remontant aux hittites aucun n’a été réputé pour sa philanthropie ( un grand nous fait déjà assez de bien quand il ne nous fait pas de mal.Beaumarchais).

15. Le samedi 20 janvier 2018, 20:14 par Tournesol

Il semblerait que Bocuse n’aie pas pu vivre longtemps sans Johnny.

16. Le dimanche 21 janvier 2018, 06:25 par Le prof Turbled

En même temps, et dans un grand élan populiste, nous ne faisons rien d'autre que ce que fait le quidam moyen, on tombe à bras raccourcis sur ce type que nous ne connaissons ni de Lucy ni de Rahan (merci Darwin), et adoptons le discours de base: "Tous pourris"! . Pas chevaleresques, pas bien malins, pas trop compatissants. Si ça se trouve, il a fait un malaise. Si ça se trouve il a une fortune personnelle qu'il tient de ses aïeux, et si ça se trouve, c'est un bon gars.
C'est une probabilité parmis d'autres. Lynchons le d'abord, on vérifiera après!
Tiens, j'aurais de la tune, je me verrais bien dans une Mustang.
Quand à la philantropie...Ah si j'étais riche! diguedadedadedadedadedahh!

17. Le dimanche 21 janvier 2018, 07:26 par Liaan

Où l'on se rend compte que faire de la politique n'est pas donné à tout le monde. Quelle drôle d'idée, d'ailleurs. Qui, parmi nous, voudrait faire ce métier ? Je repense toujours au roman Clochemerle de Gabriel Chevallier, où une dame, ne sachant pas ce que son fils, un peu cucul, pourrait faire, veut qu'il fasse un politique... Comme le disait si bien Coluche :
- Rigolez pas, c'est avec notre pognon...

18. Le dimanche 21 janvier 2018, 08:47 par Tournesol

@Le prof Turbled : le bon peuple a peut être quelques siècles d’experience de prévarications qui le rendent méfiant?
Déjà nos amis les Athéniens avaient inventé l’ostracisme pour éloigner les hommes politiques suspectés d’ambitions personnelles.
Vieille question( ou vieux débat): des hommes politiques,mal nécessaire,ou l’anarchie ?

19. Le dimanche 21 janvier 2018, 08:50 par Le prof Turbled

@Liaan :
Vrai! Faut pas avoir beaucoup d'amour propre. Ce sont souvent des grandes gueules, qui s'arrogent le droit de parler à la place des autres, sans vraie légitimité, sauf si un plan de carrière pouvait tenir lieu de légitimité. Ceux qui l'auraient, la légitimité, n'ont pas volontiers cette outrecuidance, ou sont trop modestes, ou timorés, ou sages. Forcément.
Du coup, on ramasse un fort pourcentage de pistachiers culottés, aux ratiches surdimensionnées, qui osent monter au front la cartouchière vide. Y qu'à voir les troupes du F-haine.
Voyez Trump, c'est un cas d'école.
Heureusement, y en a des compétents et honnêtes, forcément.

20. Le dimanche 21 janvier 2018, 08:54 par Le prof Turbled

@Tournesol :
Le bon peuple? Une vue de l'esprit?
"Dés qu'on est plus de quatre, on est une bande de cons" chantait le bon Georges.

21. Le dimanche 21 janvier 2018, 09:11 par Tournesol

@Le prof Turbled : si Brassens a raison,il n’y a plus de démocratie possible ni souhaitable.Pour la clarté du discours nous distinguerons le peuple ( démos) de la foule ( conos).

22. Le dimanche 21 janvier 2018, 11:48 par Liaan

@Tournesol : Excellent.
La foule, la pire des calamités.
(voir cette pauvre Édith qui a perdu son homme dans le ballotement)

23. Le dimanche 21 janvier 2018, 16:30 par waldo7624

@Tournesol : Ça me rappelle un prof d’histoire-géo au collège qui disait "Untel ! Vous êtes frappé d’ostracisme !" Ce qui signifiait à Untel qu’il devait aller faire un tour dans le couloir, en attendant la fin du cours, ou un geste de magnanimité.

24. Le dimanche 21 janvier 2018, 16:32 par fifi

@Tournesol : Le rêve du grand Georges Brassens était de rouler en SM ( la Citroën ), mais il se serait senti mal à l'aise , Ferré roulait en Rolls.
Je n'en veut nullement aux patrons, aux riches ni à la crème de la société, dès l'instant qu'ils respectent les pauvres qui les engraissent.

25. Le dimanche 21 janvier 2018, 17:29 par Tournesol

@fifi : pareil!
en grèce antique,pays de marins et de marchands,la pire incongruité était de se vanter de sa fortune,car elle est fille du hasard et non de l'habileté.

26. Le dimanche 21 janvier 2018, 18:10 par Le prof Turbled

@Tournesol :
Ouais! Jolie rhétorique qui ne change rien à l'affaire. Alors disons que le bon peuple ricain a élu Trump, et le bon peuple franchouillard a mené la blonde cavale au deuxième round du pugilat quinquénal. Effectivement, en quantité, on dépasse largement la notion de bande de cons.