Corneille et tête de veau

Dans la vie quotidienne de tous les jours, on est amené à faire des choix.

Parce que mon grand-frère nous avait invités, mon petit-frère et moi, à manger une succulente tête de veau accompagnée d'un excellent Beaujolais ; parce que j'adore la tête de veau ; j'ai fait le choix de ne pas travailler aujourd'hui. Pas de dessin, pas de site Internet. Je suis allé manger et je ne regrette pas mon choix.
Je n'ai même pas la plus petite once de mauvaise conscience pour me titiller. Je suis parfaitement serein. J'ai préféré la gourmandise et le plaisir simple à une journée de travail. Ça me va très bien. Je n'ai pas de problème avec ça.
En vérité, le choix entre le blog (et ses fidèles visiteurs) et une tête de veau ne se pose même pas. De là à dire que vous êtes moins importants pour moi qu'une tête de veau, il n'y a qu'un pas...

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page