Ça donne envie, tout de même

Aujourd'hui, j'ai installé un iMac tout neuf, au boulot. C'est vraiment une belle machine, il n'y a pas à dire.

J'ouvre le carton. Comme à l'habitude, on sent que Apple a bien fait les choses. Tout est bien rangé, propre. On a presque envie de laisser l'ordinateur en place dans son carton de peur de perturber ce bel agencement. On se fait une raison et on commence par enlever le carton contenant le fin clavier (avec fil et pavé numérique) et la souris sans fil[1].
On extirpe l'ordinateur par lui-même. C'est beau, tout simplement. C'est magnifique. Quelle belle machine ! On enlève les films de protection et on commence les branchements. Très rapidement, on peut appuyer sur le bouton de démarrage situé à l'arrière gauche de l'ordinateur. Le iMac démarre et bientôt nous avons l'animation d'accueil. On passe à la configuration et voilà, le iMac est connecté sur Internet et prêt à recevoir les quelques logiciels que j'ai à lui installer.

iMac

Avant toute chose, je vais voir s'il n'y aurait pas des mises à jour à faire. Il y en a quelques unes. En attendant qu'elles s'installent, je vais récupérer le classeur contenant les CD-rom d'installation des logiciels dans le coffre-fort. Lorsque je reviens, les mises à jour sont faites. Je vais pouvoir commencer à installer la suite Adobe CS2. Je me suis renseigné avant d'acheter la machine et il semble bien que cette déjà vieille version de la suite Adobe puisse s'installer sur un Mac récent sous Snow Leopard. J'espère avoir bien compris et je lance l'installation. On m'avertit qu'il faut télécharger et installer Rosetta. J'accepte et laisse l'installation se poursuivre. Premier CD, deuxième CD, troisième CD, tout semble bien se passer. Très bien. Je teste, ça fonctionne. Je laisse les mises à jour de chez Adobe s'installer sur le iMac et je vais télécharger le pilote pour la tablette graphique Wacom que j'installe dans la foulée. Ça commence à prendre tournure.
Je télécharge encore quelques logiciels bien utiles et voilà, la machine est prête. Enfin pas tout à fait encore. Il va falloir que je paramètre quelques logiciels, que je déclare quelques imprimantes et d'autres choses follement amusantes. Je ne vais pas aller trop vite, faut bien que j'occupe ma journée. Dire qu'il me faut plusieurs jours pour en faire moins sur un PC/Windows !

Alors sinon, j'en pense quoi, de cette machine ? Evidemment, ce qui me chagrine un peu, c'est de passer à un Macintosh à base de processeur Intel. Mais faut s'y faire, on peut douter qu'un jour prochain Apple revienne au PowerPC. Est-ce que c'est seulement plus rapide que le Macmini que cet iMac est appelé à remplacer ? Je n'ai pas encore vraiment fait de tests mais tout de même, cela semble assez évident. Le iMac est pourvu de 4Go de RAM et d'un processeur cadencé à 3,06 GHz. Ce serait tout de même dommage qu'il ne fasse pas mieux qu'un G4 à 1,25 GHz avec 1Go de RAM. Le clavier fin livré avec le iMac, je l'adore. Il a la douceur d'un clavier de portable, il n'accroche pas, il est très agréable. La souris est facile à adopter. On comprend vite, d'une manière intuitive, comment utiliser ce périphérique lisse comme un galet. Pas de bouton, pas de petite bille qui se coince [2], elle est précise et agréable. Le seul point négatif, selon moi, c'est bien qu'elle n'existe pas en version filaire ou, tout du moins, qu'elle ne soit pas livrée avec des accumulateurs et un socle où la poser pour la recharger.
Alors, pour un peu moins de 1100 euros, je pense que c'est une très bonne machine. Pour ce prix, vous avez un ordinateur d'une esthétique vraiment parfaite, un écran de bonne qualité et suffisamment grand même pour le modèle 21,5 pouces, un graveur de CD et de DVD, un système d'exploitation qui pourrait bien être le meilleur du monde, un clavier et une souris agréables, quelques applications intéressantes pour qui voudra s'en servir et un joli petit chiffon noir pour nettoyer tout ça. Si j'avais ces 1100 euros en trop, je pense qu'il me serait bien difficile de ne pas craquer.

Si vous avez envie d'en savoir plus, vous pouvez toujours aller vous informer plus amplement sur le site Apple.

Notes

[1] Je n'aime pas les accessoires sans fil et c'est pour cela que j'ai fait le choix d'un clavier filaire à la commande. D'un autre côté, j'avais envie de voir ce que valait la Magic Mouse©

[2] Contrairement à la Mighty Mouse prometteuse, pourtant

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page