Lorsque je suis arrivé dans cette merveilleuse entreprise, j'étais un simple dessinateur humoristique. Je n'avais pas demandé un emploi salarié, j'étais arrivé pour vendre des dessins. Mais bon, on m'a proposé un boulot, plutôt pas mal payé, et j'ai accepté.
Au début, on m'a demandé de faire des encrages de dessins crayonnés par un autre dessinateur qui avait proposé une idée de collection. J'ai fait les encrages pendant quelques semaines et puis on m'a demandé de réfléchir à un personnage qui pourrait être décliné en cartes postales humoristiques, un bébé.
Moi, les bébés, je n'en avais jamais fait. Pas plus en dessin que d'une autre manière. J'ai pris du papier et un crayon et j'ai commencé à chercher comment j'allais faire pour dessiner des bébés plutôt que des motos ou des punks. J'ai pas mal peiné sur l'exercice et puis voilà qu'à un moment j'ai cru que j'étais arrivé à dessiner un bébé crédible. Quelques années plus tard, lorsque je regarde ce que je faisais à ce moment là, j'ai réellement honte. Néanmoins, ça a suffisamment plu pour que l'on me dise de dessiner mes trucs. J'en ai dessinés assez pour faire une première collection et puis elle a été éditée et puis voilà.
A cette époque, l'entreprise était toute récente. Elle n'avait même pas un an. J'avais des collègues tous plus vieux que moi dans la boîte et je ne la ramenais pas trop. Je me contentais de faire ce que l'on me demandait de faire et d'être un peu poli avec tout le monde. J'étais presque normal, quoi.
J'étais dessinateur, je dessinais. On m'avait acheté un Apple Macintosh G4 tout neuf, un 667 MHz. Parce que je pressentais un peu que je n'allais pas trop en avoir l'utilité et aussi parce que je trouvais plus normal qu'il aille à l'une de mes collègues qui faisait beaucoup plus de travaux d'infographie, j'ai proposé de prendre un des "vieux" G4 400 MHz. Je vous le dis, j'étais presque normal et presque gentil et bienveillant. C'est fou, quand j'y repense.
Moi, ce vieux G4, vu ce que j'en faisais, ça m'allait bien. J'avais un ordinateur à disposition et, bien sûr, je l'utilisais un peu tout de même. Pour aller sur Internet mais aussi pour faire quelques travaux avec Photoshop, Illustrator ou InDesign. Et parce que nous étions encore au temps de Mac OS 9, il arrivait parfois que le Mac plante. Alors, comme je m'y connaissais déjà un peu en matière de Macintosh, j'ai commencé à me sortir par moi-même de ces quelques ennuis passagers.
En ce temps-là, il y avait une collègue qui avait le statut de responsable du studio de création. Elle se targuait d'avoir de bonnes connaissances en informatique et moi, j'acceptais cela parce que je n'avais pas de raison de douter. Au début, du moins. Parce que, assez rapidement, j'ai compris que je m'y connaissais un peu plus qu'elle. Avec beaucoup de tact, j'ai commencé à l'aider à se dépatouiller de problèmes informatiques qui me semblaient bien peu de chose mais sur lesquels elle bloquait. Assez rapidement, ça s'est su que je m'y connaissais. Forcément. Et c'est comme ça que mes ennuis ont commencé. Implicitement, j'étais devenu responsable de la bonne marche du parc informatique Macintosh de l'entreprise. Je devais faire en sorte que les cinq ou six Macintosh fonctionnent aussi correctement que possible.

A suivre !