Le contre-humour

Je suis en pleine période de ce que j'appelle le contre-humour.

Dessiner pour le secteur de la carte postale humoristique, c'est faire l'impasse sur l'humour. Pour qu'une carte se vende, il faut qu'elle soit le plus consensuel possible. Ne heurter personne, rester dans le très politiquement correct, pas un mot plus haut que l'autre. Très lisse, quoi.
Là, j'arrive presque à la fin des deux collections que je suis en train de construire. J'avoue que je commence à en avoir un peu ras-le-bol de cette vache. Je n'ai plus d'idée exploitable. Des idées pas exploitables, j'en ai plein. Je devrais les noter. Beaucoup d'idées avec de l'humour noir. Et ça, l'humour noir, il paraît que ça ne fonctionne pas avec la carte postale. Tant pis.
Pour moi, un bon humour est souvent un humour méchant ou cruel et là, ce n'est possible d'en mettre, dans mes dessins de vache, qu'en utilisant un second degré bien maquillé. J'en glisse un peu par-ci par-là. Le souci, c'est que je serai probablement le seul à le comprendre. Ce n'est pas grave.

Mais avec tout ça, j'ai fait trois dessins et pas un seul pour ce blog. Ce n'est pas grave non plus. On fera mieux une prochaine fois.

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page