Mouna sur France Inter

En ce moment, j'écoute l'émission de Daniel Mermet, "là-bas si j'y suis".

Aguigui Mouna ! Hi ! Hi ! Cela fait déjà dix ans qu'il est parti, l'Aguigui. Je l'ai rencontré vers le milieu des années 80. Nous avons vite sympathisé et je suis devenu membre de l'association "les Amis de la Vie". Nous ne nous sommes pas rencontrés très souvent. Quelque fois, quand je montais à Paris. J'étais au TLP Dejazet pour la fête de ses 80 ans. Par contre, nous avons longtemps correspondu par lettres.
J'ai une photo de lui que j'avais prise avec mon Zenit de l'époque. Elle n'est pas si mal. Il faudra que je la retrouve et que je la poste ici.
Mais là n'est pas le propos. Aujourd'hui, je pense à Aguigui Mouna et je me dis qu'il nous manque. Ce n'était pas seulement un farfelu qui faisait rire, Mouna. Ni optimiste ni pessimiste, Mouna se voulait lucide et disait les vérités telles qu'elles apparaissent dans leur évidence. Du coup, bien sûr, à dire à l'envie que la guerre c'est mal et que la pauvreté c'est triste, il a souvent été pris pour un philosophe à la petite semaine. Et c'est vrai qu'il y a quelque chose de cela chez Mouna. Mais plus que tout, il y a cette fraîcheur qui lui permet de s'indigner.
Enfin bref, on s'en fout et puis je n'ai pas trop le temps, là. J'essaie de retrouver cette photo pour ce soir. A demain.

Aguigui Mouna

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page