Aujourd'hui, j'allume le chauffage

Voyez comme la vie est mal faite. Le jour où je décide d'allumer le chauffage, il ne fait pas froid. C'est à vous dégoûter de planifier, d'organiser, de prévoir. C'est un appel à l'anarchie, quoi.

Je m'étais dit que si j'allumais la chaudière aujourd'hui, il me serait facile de compter le nombre de jours nécessaires à l'épuisement des quelques centaines de litres de fuel contenus dans ma cuve et, par voie de conséquence, de comparer par rapport aux années précédentes, histoire de voir si oui ou non les travaux d'isolation de cet été avait un quelconque impact sur cette consommation.
Que l'on ne se méprenne pas, j'aurais très bien pu allumer cette chaudière il y a quelques jours et noter la date quelque part. Ou même, comme je le fais en ce moment, vous le raconter ici. Il m'aurait été alors très simple de me servir de ce billet comme pense-bête. Je sais bien cela et je sais également que l'idée de décider de mettre en route la chaudière un 1er novembre n'a rien de bien intelligent. Même, ça tient presque de la superstition. Croire que le premier jour du mois a quelque chose de spécial est ridicule ! J'ai honte de moi.
Je pourrais bien vous raconter que ce n'est pas tant la date que le jour qui importe. Oui, c'est cela. Je n'ai pas décidé d'allumer la chaudière le premier jour du mois mais de l'allumer un samedi, juste pour m'assurer que tout se passe bien et qu'elle n'a pas de problème, la chaudière. Imaginez un instant que je l'ai allumée disons jeudi matin. Nous sommes jeudi matin, je me prépare à aller au travail, j'allume la chaudière et je pars pour Périgueux. Bien. Je reviens le jeudi soir et je n'ai plus de maison, la chaudière a eu un souci. J'aurais été bien attrapé. Non, ma décision d'attendre le samedi était la meilleure des solutions, je vous assure. J'ai bien réfléchi à tout ça et j'en suis arrivé à cette conclusion qu'il n'y avait pas meilleure date que le samedi 1er novembre pour allumer la chaudière.
Or, ce que je n'avais pas prévu, c'est bien qu'il y aurait eu un radoucissement des températures juste à cette date là. Hier, en rentrant du travail, j'allume un feu dans la cheminée. Un bon feu, vraiment. Trois bûches en comptant celle de la veille qui n'avait pas voulu brûler entièrement. Avant d'aller me coucher, je regarde le thermomètre et je constate, ravi, que j'atteins les 16° dans la maison. 16°, pour moi, ici, c'est chaud. Je lis quelques pages d'un bouquin que je commence après en avoir abandonné deux et je m'endors, la paix dans l'âme.
Ce matin, au réveil, je suis presque étonné qu'il ne fasse pas froid du tout. Habituellement, en cette saison, c'est toujours un peu une épreuve de sortir du lit. Je jette la couette, m'habille et vais préparer le café. Et bien, vous me croyez ou pas mais ce matin, il ne fait vraiment pas froid. Dehors, il pleut. J'appuie sur le bouton de mise en marche de la cafetière et je m'occupe de la chaudière. Il est aussi simple de lancer la chaudière que la cafetière. Un interrupteur à basculer et, normalement, ça commence à chauffer. Sauf que là, il ne se passe rien. Je m'étonne. J'éteins et rallume, toujours rien. Hum... Je presse le bouton fait exprès pour relancer la chaudière pour le cas où il y aurait eu un souci d'alimentation mais ça ne démarre pas plus. Et là, je me dis que, peut-être, tout simplement fait-il déjà assez chaud pour le régulateur de température. Je vais tourner la molette de réglage calée à 15° pour lui indiquer que j'aimerais qu'il fasse 17 ou 18° et la chaudière se lance aussitôt. Je remets la molette sur 15° aussitôt.

Là, à cet instant de la rédaction de ce billet, je me dis que ça pourrait être amusant que je vous gratifie d'un petit dessin plein d'humour sur toute cette histoire de chauffage. Seulement, je n'ai pas d'idée. On verra cela plus tard. L'inspiration peut venir à l'improviste.

Et sinon, que pourrais-je bien vous raconter d'autre au sujet de cette journée ? Aujourd'hui, je vais tenter de dessiner un peu. Et puis, je vais aller voir s'il est possible d'aller faire quelques courses. J'ai compris hier que aujourd'hui est un jour férié. J'espère un peu que le Shopi de Thenon ou le Leclerc de Trélissac seront ouverts. Remarquez, il me reste bien de quoi tenir jusqu'à lundi. Je ne mourrai pas de faim de sitôt.
Allez. Je sors du papier et un crayon, je bois un peu de café et je me mets au dessin !

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page