Séance de dessinage

Ce matin, en faisant un peu de rangement, je trouve un dessin que j'avais commencé je ne sais plus quand.

Ce sont des choses qui arrivent. Vous faites un dessin, vous avez une idée en tête, et puis voilà que ça ne marche plus. Alors, vous l'abandonnez et, peut-être, vous finissez par le retrouver quelque temps après. Là, soit vous décidez de l'abandonner de nouveau ou bien vous vous dites qu'il mérite que l'on s'intéresse à lui. Il n'y a pas de règle, je pense.
C'est juste un dessin. Un crayonné. Ni bon ni mauvais. C'est juste ce que j'appelle un dessin creux. Il est possible que j'ai eu une idée de dessin lorsque je l'ai entrepris. Seulement, je l'ai oubliée, cette idée originale. Du coup, je suis face à un crayonné presque abouti qui ne me parle pas. Je vois un personnage quelconque sur sa moto ancienne. Il y a déjà une bulle dessinée mais aucune indication quant à ce que j'avais prévu de lui faire dire. Je ne vois pas ce que je cherchais à illustrer lorsque j'ai commencé ce dessin. Il est possible que je l'ai oublié en cours de route lorsque je l'ai commencé, du reste. Ça expliquerait l'abandon.
Des fois, je commence un dessin avec une idée bien en tête et puis je m'agace. Je n'arrive pas à faire ce que je veux, je butte sur quelque chose, une expression ou une posture. Parfois, je commence un dessin sans la moindre petite idée. Je laisse aller la main et les idées viennent au fur et à mesure. Souvent, je ne fais rien de tout cela. Ce dessin que j'ai repris ce matin, je ne connais pas son histoire. Peu importe, au fond. Ce n'est pas un bon dessin, ça je le sais. Pourtant, il n'est pas assez mauvais pour que je le laisse tomber tout à fait. Ce matin, lorsque je l'ai retrouvé entre des factures et d'autres gribouillis, je n'ai pas hésité longtemps. J'ai pris de l'encre de chine et un pinceau et je me suis mis au travail, comme vous le pouvez voir sur la photo qui suit.

Moi au travail

L'encrage, j'aime bien. C'est un peu stressant parce que j'aime travailler sans filet. J'encre directement le crayonné. Lorsqu'il est propre, le crayonné, c'est facile. Je laisse le pinceau suivre les traits de crayon. Lorsqu'il est plus "sale", il m'arrive de ne plus bien savoir où je dois mener ce pinceau. Je lève la tête, tente de comprendre mon dessin et repars. Je ne sais pas combien de temps je peux passer sur un encrage. Je ne regarde pas l'heure. Et encore, je ne suis pas un très bon encreur (pas plus qu'un très bon dessinateur, du reste). Je suis du genre fainéant. Je fais tout avec un seul et unique outil. Sauf à de très rares exceptions. J'ai abandonné la plume depuis que la dernière que j'avais qui me plaisait beaucoup m'a lâché et que je ne suis pas parvenu à en trouver d'autres semblables. En gros, le principe est simple. Je prends de l'encre de chine, j'en mets un peu dans un récipient, je trempe les poils du pinceau et j'y vais. Point. Lorsque je considère que c'est fini, je vais laver le pinceau. C'est tout.
Une fois le dessin encré, si je suis assez satisfait, je peux aller le scanner. Une fois affiché à l'écran, je fais un nettoyage rapide pour éliminer les traits de crayon qui auraient échappé à la gomme et les poussières. Je n'aime pas beaucoup coloriser mes dessins à l'ordinateur et j'ai vraiment la flemme de sortir les aquarelles pour le faire sur l'original. Et puis là, pour le coup, j'ai bien un peu peur de foutre en l'air le dessin. Les professionnels ont plein de trucs pour protéger le dessin encré avant de passer à la colorisation. Faudra que je me penche là-dessus un de ces quatres.

Enfin bon, bref, voilà le dessin encré.

Dessin encré

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page