Lucky Peterson

Hier soir, Lucky Peterson donnait un concert au Réservoir, à Périgueux.

Parler musique, ce n'est pas mon truc. Je peux parler des heures d'un Petit Camion Rouge, dire des conneries interminables à propos de n'importe quoi, mais parler musique, je ne sais pas bien faire.
Le fait est que, premier handicap, je ne suis pas musicien. Pas question de compter sur moi pour dire la différence entre un do dièse et un la mineur. Second handicap, je suis totalement sourd. Avouez que ça n'aide pas. En gros, pour moi, aller à un concert se résume grosso-modo à voir un film muet pour un aveugle. Oui... Parce que je n'ai pas une vue excellente non plus. Faut faire avec.

Non, j'déconne !

S'il est vrai que je ne suis pas musicien, je ne suis ni sourd ni aveugle. Maintenant, parler d'un concert ou d'un disque, ce n'est pas mon domaine de compétence de prédilection. Je n'ai sans doute pas une culture musicale suffisante pour pouvoir faire des analyses circonstanciées et tout le bazar. Bon. En vérité, je pense surtout que je ne suis pas assez passionné par la musique (les musiques) pour pouvoir en parler avec assez de talent. Ce n'est pas grave, certains le font très bien pour moi.
Toujours est-il que ce concert de Lucky Peterson a été une bonne surprise. De ce musicien, je ne connaissais pas grand chose. Quelques morceaux entendus çà et là, un disque prêté par M. Boumbah!, quelques pages Internet visitées pour me faire une idée. Bonne surprise, donc, même si je m'attendais à plus de blues et à moins de groove. Et pour autant, j'ai été conquis par le dynamisme et la foi des quatres membres de la formation. Voilà...

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page