Sarkozy et autres choses pas graves

lundi 22 octobre 2018

Robert Faurisson n'a jamais existé

Le titre du billet n'est pas de moi (malheureusement). J'aurais aimé trouver cette merveilleuse épitaphe. Je l'ai entendue sur France Inter, dans l'émission "Par Jupiter". Il y a des gens de talent sur la radio publique d'état.
Tiens, parlons-en de cette radio d'état. Loin de moi l'idée de défendre la corporation des journalistes. Il en est dans celle-ci comme dans celle des plombiers-coiffeurs ou des charcutiers-zingueurs, il y en a des biens. Jean-Luc Mélenchon, lui, préfère les mettre tous dans le même sac, bien en ficeler l'entrée et mettre le tout à la flotte. Plouf et bon débarras.
Loin de moi l'idée de défendre Jean-Luc Mélenchon. D'abord, il n'a besoin de personne et il parle bien plus fort que moi avec beaucoup plus de talent. Là, il force le respect. Juste en quelques mots judicieusement assénés, il s'est mis à dos toute une corporation, donc. Moi qui ai voté pour lui à l'occasion, je ne peux que me dire qu'il a bien fait et qu'il a raison de haïr ces salopards de journalistes aux ordres de la Macronie. Après, on ne peut pas non plus en vouloir aux journalistes de le mal prendre et de chercher des poux sur la tête des Insoumis. Vivement la Révolution !

vendredi 19 octobre 2018

La colère de dieu

Jean-Luc Mélenchon s'est mis en colère. Je me demande s'il n'a pas perdu un peu plus de crédibilité dans cette affaire. C'est le problème avec Mélenchon, il est impulsif, vitupérant, vindicatif. Il ne se maîtrise pas toujours bien comme il le faudrait. Je ne me prononce pas sur le fond de l'affaire. A-t-il quelque chose à se reprocher ? Je n'en sais rien. On verra. Mais là, le mieux que je trouve à faire face à la colère de ce dieu autoproclamé, c'est de me fendre la gueule.

samedi 13 octobre 2018

Vu de l'intérieur

D'après ce qu'on dit, ça ne se bouscule pas au portillon pour prendre le portefeuille de ministre à la place Beauvau. Il paraît qu'il n'y a aucun problème, que c'est juste que l'on veut faire les choses bien, en prenant le temps de les faire comme il le faut, au mieux. Etonnant de la part d'un président qui, jusque là, a mené ses réformes au pied cadencé, à marche forcée. Alors quoi ? Serait-ce qu'il y aurait du mou dans la corde à nœuds de La République En Marche ? Serait-ce que l'on se débinerait ? Que l'on refuserait de prendre des postes tellement ça sent le roussi ? La France est-elle une coque de noix perdue dans la tempête et qui erre au gré des vents mauvais ? Va-t-il falloir compter sur le secours d'un Aquarius ? Ce serait tout de même un peu fort de café !
Si jamais on doit se résoudre à lancer un appel à candidature, promis, je postule. Va y avoir du changement ! Port du tutu rose pour tous les fonctionnaires en uniforme, pour commencer. Je vais commencer à dresser la liste des bonnes idées que je peux trouver, on ne sait jamais.

samedi 6 octobre 2018

Cublac donne de la voix contre le Ramassis NaZional

Samedi prochain, le 13 octobre, le Ramassis NaZional sera aux portes de la Dordogne, à Cublac, Corrèze. En 2017, cette petite commune amenait la Peine au premier rang avec 25,91% des voix au premier tour. C'est, paraît-il, l'une des raisons qui auraient conduit les cadres du Ramassis d'extrême droite à vouloir organiser leur "fête du drapeau", resucée de la fête "bleu blanc rouge" du papa fasciste. Six-cents personnes, cadres du parti raciste sont attendues pour la soterie, le pince-fesse naziforme et pestilentiel.

Pollution
Jean-Marc Brut, maire de cette commune d'un peu plus de 1700 habitants explique qu'il a accepté de louer la salle polyvalente par esprit démocratique. « La démocratie s’applique partout, y compris dans notre commune. Dans ces conditions, il est difficile de dire non », explique-t-il à France Bleu Limousin. C'est bien dommage de brandir l'étendard de la démocratie en l'occurrence. Ce que les membres du Comité de citoyens indignés reprochent au maire, c'est d'avoir accepté de louer la salle municipale en n'en référant pas à l'ensemble du conseil municipal. Seuls le maire et ses adjoints sont responsables de cela.
Ce samedi, plusieurs dizaines de personnes sont venues manifester leur désaccord et dire qu'elles ne tiennent pas à voir la Peine souiller leur commune. Plusieurs prises de paroles sont venues rappeler le caractère éminemment raciste et fasciste du Ramassis NaZional. Des témoignages aussi comme le fils de ce communiste arrêté lors de la rafle effectuée le 14 mars 1944 par les SS au village de la Rochette.

La parole de NPA
Le PCF, la France Insoumise et le NPA étaient venus avec leurs banderoles et leurs sympathisants et on pouvait aussi apercevoir Mme Régine Anglard, conseillère départementale du canton de Terrasson. Quelques figures de gauche voire d'extrême gauche étaient présentes elles aussi mais on pouvait aussi croiser des anciens combattants et leurs médailles venus dire leur refus du racisme, du fascisme et de la médiocrité crasse.

Régine Anglard
Des médaillés contre le Pen
Les organisateurs tiennent à préciser qu'elles n'appellent pas à manifester le 13 octobre. Les issues à Cublac seront certainement verrouillées et gardées par les forces de l'ordre et les nervis du parti crypto-nazi. Toutefois, si jamais des personnes pouvaient ou voulaient se réunir aux alentours de 13 heures le long de la route menant de Terrasson à Cublac, ils n'y voient pas non plus d'inconvénient majeur. Qu'on se le dise !

Anticapitaliste et antifasciste

mercredi 26 septembre 2018

Bon poids

Le souci, c'est qu'il y a des camions qui traversent notre pays sans bourse délier, qui détruisent nos routes et nos campagnes, qui crachent des particules fines et nuisent sans vergogne. Il faut leur faire rendre gorge, à ces camions indésirables ou, tout du moins, les faire payer. Et c'est là que l'on reparle d'écotaxe. On ne sait pas trop ce que signifie cet "éco". Economie ? Ecologie ? Ecotartufe ? Peu importe, l'important c'est qu'il permette de faire rentrer des sous.
Alors, quel est le problème ? On nous dit que des camions pénètrent le territoire national avec les réservoirs pleins et assez de nourriture pour la traversée. Il paraît même que les cabines sont parfaitement étanches et qu'elles permettent d'assurer l'alimentation en air respirable pour les chauffeurs. Donc, ces camions piétinent notre beau pays sans lâcher le moindre centime tout en mettant à mal le revêtement du réseau routier, les diverses infrastructures, les ouvrages d'art. C'est insupportable.
Et notre beau gouvernement a l'idée et la solution. On va faire payer les camions étrangers qui ne font que passer. Je reconnais ne pas avoir d'avis bien arrêté sur cette idée. Je ne sais même pas si cette situation est un vrai problème. Il me semble avoir compris que les problèmes seraient l'usure du réseau routier et la pollution générée par ces camions. Sans doute aussi la sécurité routière. J'ai entendu dire que des pays avaient déjà mis en place des systèmes de péage pour les transporteurs. Ce que je me demande, c'est comment on détermine qu'un camion traverse le pays pour en rejoindre un autre ? Comment on sait qu'il n'achètera rien en France ? Est-ce que l'on va installer des barrières douanières avec des agents qui pigeront les réservoirs, qui demanderont la destination des marchandises ? Ou alors, parce que nous sommes une nation moderne, est-ce que l'on rendra obligatoire la mise en place d'un système de géolocalisation qui permettra de suivre la progression des véhicules ? Je ne sais pas.
Bien sûr, on pourrait préférer que les marchandises qui ne font que transiter par la France soient mises sur des trains voire sur des péniches. L'idée n'est pas nouvelle, elle apporte certainement quelques avantages, mais elle est aussi certainement moins souple que celle utilisée pour l'heure. S'il était mis en place une vraie politique des transports, on pourrait imaginer que les trains pourraient être une solution valable. Je peux comprendre que l'on ait privilégié les lignes à grande vitesse mais ces lignes ne sont pas là pour faire rouler des trains de marchandise. La question que je me pose c'est de savoir si l'idée n'est pas tout simplement de faire payer les transporteurs (qui répercuteront le surcoût) et de faire rentrer de l'argent dans les caisses. De fait, je me dis que les solutions alternatives ne sont pas en place et qu'il est facile d'en appeler à l'écologie pour faire passer la pilule. On commence par pointer du doigt les camions, on les accuse de mille maux, on dit les problèmes liés à ces camions et on annonce la solution : le péage, la taxe. Peut-être le projet explique-t-il clairement que l'argent de ces taxes sera utilisé pour l'environnement et la réfection des routes.

Taxons les camions étrangers

dimanche 12 août 2018

Devenez riche, bouffez du glyphosate !

Un jury populaire américain condamne Bayer à verser 289,2 millions de dollars à Dewayne Johnson. Bayer/Monsanto déclare faire appel et assure que les jurés ont eu tort. Quelle est l'affaire ? C'est celle d'un homme, Dewayne Johnson, qui, dans le cadre de son travail, a pulvérisé du Roundup© et du Ranger Pro©® dans des écoles californiennes de 2012 à 2014. Par la suite, on lui a diagnostiqué un cancer. Pour Dewayne Johnson, ce cancer est dû au glyphosate, principe actif des herbicides cités plus haut.
Les jurés du tribunal de San Francisco, après avoir entendu l'accusation et la défense, ont donc déclaré Bayer/Monsanto comme coupables et responsables. Je suppose que beaucoup d'experts et de scientifiques, des deux côtés, ont apporté leur avis sur la question de la dangerosité du glyphosate et que c'est à la lumière de ces avis que les jurés ont pris leur décision.

Comme je ne suis pas plus juré californien qu'expert en quoi que ce soit, je ne me risque pas à juger de la nocivité de ce glyphosate. Un fond de ce que l'on pourrait prendre pour du bon sens pourrait me faire dire que, bien entendu, ça ne peut pas être bon pour la santé. Mais il faut savoir se méfier de ce bon sens et de son avis intime. Ce ne sont pas là des positions défendables. La seule chose honnête que je peux dire à propos de cette affaire, c'est bien que je n'ai aucun moyen, moi, pour déterminer du caractère inoffensif ou délétère du produit.
Et donc, je suis obligé, si je souhaite me faire mon avis, m'en remettre aux experts, à ceux qui savent. Or, il semble que parmi ceux-ci, le consensus ne se fait pas. Certains disent que le glyphosate est nocif et d'autres disent que non. Alors, on dit que les experts dédouanant le glyphosate sont payés par Monsanto/Bayer si l'on est par avance persuadé que le produit est mauvais pour la santé. Moi, je dis que tout est possible. Je n'en ai pas la preuve. Alors, on me demandera si je serais d'accord pour ingérer du Roundup© au petit-déjeuner ou m'en tartiner la figure. Bien sûr, c'est très sot. Jamais, me semble-t-il, on a dit que le glyphosate était un aliment ou un produit de beauté. Ne soyons pas ridicule.
Ce que l'on sait, c'est que le glyphosate semble être un cancérigène "probable". Soit. La charcuterie, l'alcool, les particules fines de nos pots d'échappement et le tabac sont aussi des cancérigènes "probables" voire "plus que probables". Et est-ce que j'arrête de manger de la charcuterie, de boire de l'alcool, de fourrer mon nez dans le pot d'échappement des camions et de fumer ? Non. Si je choppe le cancer, ça sera bien fait pour ma gueule. On m'avait prévenu, faut pas que je vienne me plaindre.
Et, ça ne rate presque jamais, les opposants au glyphosate nous font un appel à la nature. Ce qui est chimique est nécessairement mauvais. Sauf que la vie, c'est de la chimie, que sans chimie, pas de vie. La chimie "naturelle" peut se révéler mortelle. Ce n'est pas l'homme qui a inventé les gaz qui peuvent le tuer comme le monoxyde de carbone ou le radon. Ce sont des gaz tout ce qu'il y a de plus naturel. Le naturel n'est pas tout rose avec des petites fleurs qui sentent bon. A contrario, combien de produits chimiques qui vont vous soigner, vous guérir, vous sauver ? Non, il ne faut pas placer le débat sur ce terrain miné. Le glyphosate est probablement un produit dont il faut se méfier, qu'il convient d'utiliser en se protégeant. Est-il utile ? Est-il nécessaire ? Peut-on s'en passer ? Je n'en sais foutre rien. J'ai entendu dire que l'on pourrait s'en passer en revenant au binage mais qu'il n'existe pas de produit "neutre" capable de remplacer le glyphosate. Se passer du glyphosate, certainement, à la condition de changer les modèles d'agriculture.

Dans le cas qui nous occupe, celui de Dewayne Johnson, les jurés de San Francisco ont décidé que Monsanto/Bayer est responsable du cancer dont souffre le jardinier. Celui-ci n'en a plus que pour quelques mois à vivre. D'un côté, une multinationale, de l'autre un homme comme tout le monde. A qui les jurés vont-ils s'identifier ? Les jurés ne sont a priori pas des spécialistes. Ils se sont fait leur intime conviction en écoutant, en tentant de comprendre ce que l'on pouvait leur dire. On a nécessairement survolé les données scientifiques concernant le glyphosate parce qu'il faut être un chimiste compétent pour bien comprendre les rapports. Donc, on simplifie, on vulgarise. On en appelle peut-être plus à l'émotion qu'à la raison.


Ce qui est dérangeant, c'est bien que l'analyse des experts n'aboutit pas à une position bien arrêtée. C'est dangereux ou ça ne l'est pas ? C'est mauvais ou pas ? Encore une fois, je n'exclus pas la possibilité que les lobbies de la chimie poussent à vendre du glyphosate et qu'il puisse exister des histoires de gros sous. Comme ça, à l'intuition, je n'ai aucune sympathie pour Bayer/Monsanto. Il faut dire que l'on nous bassine avec ces histoires depuis assez longtemps pour que l'on ait sa petite idée. Mais une fois encore, je n'y connais rien en chimie, je n'ai rien lu des rapports scientifiques, des publications scientifiques. Difficile de prendre position d'une façon raisonnable.
Bref, Dewayne Johnson ne verra peut-être jamais la couleur de ses millions de dollars. Peut-être sa famille pourra-t-elle en profiter mais ça ne rendra pas le mari, le père, le frère. On se satisfait du côté des opposants au glyphosate de ce que ce jugement fera jurisprudence. Bien. Il n'empêche que l'on ne parvient pas à interdire l'usage de ce produit en Europe et en France. Peut-être bien qu'éclatera un jour un gros scandale sanitaire.

jeudi 26 juillet 2018

L'avenir, cet étrange inconnu

J'en connais un qui est né en 1957. Autant dire qu'à la mort du Général, il avait au mieux treize ans. Il était jeune, n'avait pas droit au vote, ne devait pas avoir de conscience politique bien arrêtée. Et pourtant, à l'entendre, c'était bien mieux du temps du Général. Si on le pousse un peu, il reconnaît que si rien ne vaut le Général, c'est entendu, Pompidou, Giscard d'Estaing et Chirac ne sont pas à jeter complètement. On l'aura compris, on lorgne tout de même plutôt vers la droite de l'échiquier politique.
Par contre, il n'aime pas Macron. D'abord, il vient de la gauche et puis il ne fait rien pour relever la France. S'il n'aime pas Marine, c'est surtout et avant tout parce qu'elle est femme. Le père, oui, il ne dit pas que des conneries.
Je l'ai interrogé à propos de la courante "affaire Benalla". Il est partagé. D'un côté, il est bien naturel de vouloir l'ordre et de taper sur les manifestants.

S'ils ne veulent pas qu'on leur tape dessus, ils n'ont qu'à rester chez eux !

Le fait qu'Alexandre Benalla ne soit pas policier et qu'il soit intervenu en dehors de toute structure officielle ? Il y a eu pire. Le Rainbow Warrior ! « Les Socialistes ont leurs casseroles », m'explique-t-il. Et le SAC ? Ah ! Ça il ne connait pas. J'explique, rapidement, les actions de cette police parallèle en charge de la sécurité du Général. Si c'est pour le Général, c'est bien. Bon. Ok.

A partir de là, j'ai considéré qu'il devenait urgent de changer de sujet de conversation. La météo était un sujet parfait. Au moins sommes-nous parvenus à nous mettre d'accord sur un point, il fait chaud.
Buvez frais et restez à l'ombre.

vendredi 20 juillet 2018

Macron la main dans le SAC

Le SAC ! L'un des fleurons de la France gaullienne est de retour. Macron, démission ! Tandis que le président baguenaudait en Périgord, le scandale explose. "L'affaire Benalla", comme on l'appelle, est plutôt l'affaire Macron. Qu'est-ce que c'est que ce type, très proche conseiller de Macron, responsable de la sécurité du candidat Macron ? On va bien avoir du mal à nous faire croire que personne ne le connaissaist, que personne ne savait, qu'il aurait agi sans soutien. Le scandale d'état est avéré et il est gravissime. Il est difficile de croire qu'il s'agit là d'un cas isolé. Existe-t-il une cellule au sein de l'Elysée en charge de faire le coup de poing ?
Comment croire que Benalla ait pu agir sans que des ordres aient été donnés aux flics qui l'entourent ? Avec cette affaire, Macron montre sa faiblesse. Avant que l'affaire éclate, elle était connue de l'Elysée. Pour preuve, Benalla a été suspendu pour quinze jours. On nous parle de punition incroyable. On plaisante ? Un type casqué qui n'a rien à foutre là, qui se déguise en flic, frappe un manifestant déjà maîtrisé par les forces de l'ordre et il n'écope que de quinze jours de mise à pied ? C'est quoi la prochaine étape ? Deux jours de privation de dessert pour l'assassinat d'opposants ?
Ça me fait penser au SAC, le Service d'action civique de triste mémoire, qui constituait une milice privée au service de de Gaulle puis du mouvement gaulliste. Ça et d'autres événements montrent le peu de cas que Macron fait de l'idée même de la démocratie. Il réduit la voilure pour l'Assemblée Nationale, il suggère qu'il n'a pas besoin de cela pour gouverner, pour dictaturer librement. On se gausse des députés en Marche qui votent tout et n'importe quoi le petit doigt sur la couture du pantalon, qui acceptent tout, qui ne questionnent pas, qui obéissent. Macron met un terme à la démocratie, il est en Marche pour une dictature forcément éclairée. Macron démission !

dimanche 24 juin 2018

Manu veut quelqu'un au bout du fil

Pierre Cordier, ci-devant député de les Les Républicains des Ardennes, avait déposé une proposition de loi visant à réglementer le démarchage téléphonique. La proposition de loi a été adoptée mais — parce qu'il y a un "mais" de taille — les députés LaREM l'ont amendée en en ôtant tout ce qui était intéressant ou presque. Le motif ? Ah ! Le motif ! Macron veut que les entreprises puissent continuer à commercer librement, libéralement, quitte à faire chier le peuple. Un autre motif serait qu'il convient d'encourager la concurrence permise par ces démarchages téléphoniques, notamment dans les domaines du gaz et de l'énergie. Et puis, bien sûr, on n'allait pas oublier d'user de cet argument facile et lamentable, il y a la question de l'emploi. Que les centres d'appel soient majoritairement à l'étranger n'a semble-t-il pas atteint Manu qui, ces temps derniers, est plus préoccupé par le choix de sa piscine pour le fort de Brégançon.
Le démarchage téléphonique, c'est tout de même une plaie connue du monde moderne. On en arrive à ne plus décrocher voire à débrancher son téléphone pour avoir la paix. Si l'on ne veut pas craindre de louper un appel potentiellement important, on en arrive à devenir désagréable, à raccrocher au nez de l'appelant, à pester. Pour les employés de ces centres d'appel, ce ne doit pas être bien agréable non plus. Déjà que c'est un boulot de merde mal payé…
Et tout ça pour quels résultats ? Quel est le retour sur investissement ? Je suppose qu'il ne doit pas être nul. Pour ma part, on m'a proposé du vin et des panneaux solaires, une éradication des termites et de nouvelles fenêtres, des voyages et des lots à venir chercher en magasin. Parfois, je réponds patiemment, d'autres fois je me fous de la gueule de la personne qui ahane son discours, le plus souvent je me fends d'un poli "au revoir et merci" avant de raccrocher.
Les députés aux ordres ont revu le texte de loi en en enlevant tout ce qui pouvait être intéressant. Un indicatif spécifique ? Viré ! Le consentement de l'appelé ? Viré ! La possibilité d'engager des poursuites pénales ? Virée ! La loi a été adoptée après avoir été amendée de manière à la transformer en coquille vide. On va pouvoir, grâce aux députés à Manu, continuer à faire chier le bon peuple. Il y a plus grave, c'est entendu. Cependant, on ne dira jamais assez tout le mal qu'il faut penser de Macron et de ses serviteurs serviles. Pouah !

lundi 23 avril 2018

La marche immobile

mercredi 21 mars 2018

Il en faut peu pour être heureux

mercredi 28 février 2018

1938-2018

samedi 10 février 2018

Hulot nique, hola !

mardi 23 janvier 2018

Choose France

Notre président de la République investissait le château de Versailles débarrassé de ses touristes pour recevoir cent quarante "patrons" étrangers et les inciter à investir en France.
Il y avait là des représentants de firmes telles que facebook, Google, Toyota ou Novartis qu'il convenait de persuader. Le message présidentiel était somme toute assez simple : la France est un pays idéalement placé pour accueillir industries et entreprises du numérique. Cette sauterie (sôterie ?) avait donc pour but, avant le sommet de Davos, de "booster" l'économie française. Bien.
Si des entreprises étrangères parmi les plus en vue viennent s'installer dans l'Hexagone, on peut penser que cela génèrera des emplois. Pour lutter contre le chômage endémique, quoi de mieux que du travail pour tous ? L'équation posée semble éloquente : entreprises=emplois.
Oui mais. Ces grosses firmes étrangères ne sont pas sottes. On peut supposer que pour attirer les entreprises, Macron a concédé à des allègements fiscaux ou de charges sociales. Les scélérates lois de dérégulation du code du travail devraient, dans cette optique, faire venir les investisseurs. D'autre part, on peut parier que ces firmes sauront faire revenir au pays une bonne partie des bénéfices générés sur notre sol.
C'est d'ailleurs ce qui s'est passé en Grèce au début des années 2000. La Grèce était (elle l'est toujours) sous-industrialisée. Plusieurs pays dits "du nord" de l'Europe sont venus investir dans le pays et, là aussi, on a espéré que cela allait créer des emplois et des richesses. Mais voilà ce qu'il se passa. Les machines furent produites et vendues par l'Allemagne (en majorité) ou un peu par la France, le Royaume-Uni et d'autres. Ces machines furent payées et cela fit sortir des euros de la Grèce. Dans plusieurs cas, des industriels firent bâtir des usines en Grèce et rapatrièrent une bonne partie du chiffre d'affaires chez eux. Du coup, la Grèce eut bien des industries et des emplois mais aussi plein de dettes. Bon, je caricature et simplifie mais l'idée est là.
Il est sans doute bien que des entreprises viennent s'installer en France. On veut nous le faire penser. Je ne me rends pas compte de la masse d'emplois salariés que peuvent générer facebook ou Google. Pour de l'industrie comme Novartis ou Toyota, à l'heure de la robotisation, de l'automatisation, je me dis que l'on va vers des usines qui tendent vers de moins en moins de personnel. Historiquement, l'implantation d'entreprises étrangères sur le territoire national puis dans l'espace européen a été mise en place pour contourner les quotas. Suzuki rachetait l'espagnol Santana, Honda rachetait Rover, Yamaha rachetait Sanglas. Ainsi, le marché européen leur était ouvert. Avant, Ford s'installait à Bordeaux en 1916 puis, plus tard, à Poissy en Seine-et-Oise.
D'un autre côté, nous vivons à l'heure de la mondialisation et il est peut-être préférable, à tout prendre, que des entreprises s'installent en France plutôt que dans un autre pays européen.

Et sinon, une fois n'est pas coutume, je vous invite à aller voir la dernière production de Ha! Ha! Ha! Éditions, une vidéo à visée humoristique réalisée comme on a pu le faire avec les moyens du bord. Nous, nous sommes amusés. J'espère qu'il en sera de même pour vous. Ce n'est pas parfait mais nous sommes des amateurs. Vous pouvez voir la vidéo en question à cette adresse.

- page 1 de 9

Haut de page