Présidentielles 2012

mercredi 7 novembre 2012

Barack y reste

C'est l'avantage des insomnies. J'ai pu suivre une partie des annonces des résultats des élections américaines. A l'instant, nous apprenons que Barack Obama reste président des Etats-Unis d'Amérique.
Dans le fond, bien entendu, je ne suis pas vraiment concerné par ces élections. Pour autant et bien que je n'ai jamais vraiment compris le système des élections présidentielles aux Etats-Unis d'Amérique, je suis plutôt content que Barack Obama soit probablement réélu. Je pense que si j'avais été citoyen américain, ma voix serait allée vers lui.
Maintenant, je vais me refaire un peu de café pour fêter ça, tiens.

dimanche 6 mai 2012

On change !

Au-revoir, Sarkozy !

mardi 1 mai 2012

Défilé à Périgueux

Chance incroyable et inespérée, il faisait très beau sur Périgueux, ce matin. Le défilé des organisations syndicales s'élançait depuis le tribunal pour un tour de ville festif et revendicatif.

Il y avait du monde. Il faisait beau, très beau, chaud. Après des jours et des jours de pluie et de températures bien fraîches, on avait envie de sortir, de marcher sous le soleil et au son des slogans anti-sarkozy. La foule était assez nombreuse. De l'ordre des 2500 personnes selon les organisateurs. Ce n'est pas mal du tout.

1er mai 2012

1er mai 2012

1er mai 2012

1er mai 2012

samedi 28 avril 2012

La bêtise est de droite

Depuis quelque temps, j'ai la chance incroyable et inespérée de recevoir par courrier électronique de la propagande sarkoziste de la part d'une personne qui doit penser que je suis de son bord à moins qu'elle ne pense pouvoir me rallier à sa cause.

Sinon, j'ai remis les commentaires en mode "normal", pour voir.

A priori, les gens de droite ne sont pas plus bêtes que les gens de gauche. Objectivement, on peut comprendre que la France des votants se divise en deux clans de puissance équivalente. Les gens de gauche et les gens de droite. Par choix, j'ai plutôt tendance à fréquenter des gens de gauche et je reconnais assez mal connaître les gens de droite. Mais, tout de même, je connais certaines personnes de droite. Et bien, cela me pose un problème intellectuel.
Si, intellectuellement, je ne peux pas penser que les gens qui votent à droite sont plus bêtes que les gens qui votent à gauche, je suis confronté à l'expérience qui tend à me prouver que c'est pourtant là une vérité. Et ça pose problème. Et alors, je me demande ce que c'est que la bêtise. Il me semble que la notion de bêtise est tout simplement différente que l'on soit de gauche ou de droite. Chaque camp se croit plus intelligent que l'autre. Ce n'est pas plus difficile que ça.

Etre intelligent, à droite, c'est principalement oser s'autoriser à passer pour un salopard décomplexé. En cela, l'intelligent de droite peut s'approcher du cynisme. Pour lui, il vaut mieux être riche que pauvre, bien portant que malade, jeune que vieux, homme que femme, patron que salarié, exploiteur qu'exploité. C'est assez basique. Parce qu'il intelligent, l'intelligent de droite, il sait qu'il ne peut être riche que s'il y a des pauvres en plus grand nombre que lui. Il sait que rouler en BMW n'a de sens que si les autres roulent en voitures plus banales. Il cherchera à rouler dans une grosse voiture, à habiter dans une grosse maison, à avoir une grosse épouse (ou un gros époux) et de gras enfants parce que ce qui est important, c'est que l'on sache que tout va bien et que la croissance est au rendez-vous.
L'intelligent de droite rigolera aux blagues racistes et aux films avec Clavier et Réno. Parce qu'il se sait intelligent, il ne fera pas beaucoup d'efforts pour l'être encore plus. Et l'important, c'est l'argent, après tout. L'argent sert à acheter l'intelligence. L'intelligent de droite sera probablement pour tout ce qui est comme lui et contre tout ce qui est différent. C'est pour cette raison qu'il n'aimera pas les étrangers. Sauf s'ils sont riches. Et encore ! Un étranger riche, c'est comme donner de la confiture aux cochons.
Le souci de l'intelligent de droite, c'est qu'il a beau faire, il ne peut pas longtemps cacher sa bêtise. Par exemple, dans l'actualité récente, il y a la question du droit de vote des étrangers. Ça, l'intelligent de droite y est opposé. Par principe. Quel que soit l'étranger et d'où qu'il vienne. Pour lui, ça va faire marcher le communautarisme et il n'aime pas ça du tout. L'intelligent de droite, il considère qu'il y a une soixantaine de millions de Français sur la planète (une moitié d'intelligents de droite) et que tout le reste de milliards d'humains ne sont que des étrangers avides de communautarisme.
L'intelligent de droite a longuement observé et étudié et il a compris. Il a vu le lion dévorer la gazelle ; l'éléphant écraser le bousier ; le cow-boy éliminer l'Indien ; le colon massacrer l'indigène ; le froid hivernal tuer la vermine. Il a analysé tout cela et il a dit que c'était bon. Le fort a raison sur le faible, c'est la marche de la nature, c'est la volonté divine et on ne peut rien contre cette volonté là.
L'intelligent de droite sait se montrer magnanime et accepte la présence du pauvre, du malade, de l'étranger et de tous les autres nuisibles à la condition qu'ils consentent à rester à leur place. Il sait bien qu'il a besoin de tous ces gens de peu pour se sentir bien à sa place à lui. L'intelligent de droite sait se montrer généreux et il fournira du travail à quelques pauvres en acceptant, le cas échéant, de le payer un peu. Il saura donner de la compassion au malade et prier pour son salut. Il comprendra la détresse de l'étranger et sera prêt à lui payer le billet de retour chez lui s'il le faut.
L'intelligent de droite vote à droite parce que c'est la droite qui défend ses idées. C'est dans sa nature d'intelligent de droite de voter ainsi. Selon le cas, il choisira l'extrême-droite ou le centre-droit mais, disons-le, la différence est subtile et sans aucune importance. L'essentiel, c'est de voter pour celui ou celle qui fera la promesse de pouvoir gagner plus. Les questions de société qui peuvent accompagner les discours des candidats de droite ne sont là que pour faire joli. L'intelligent de droite, dans le fond, n'a rien à faire de la société et de ses problèmes.
Mais l'intelligent de droite peut aussi être sacrément bête. Par exemple, l'intelligent de droite peut ne pas être riche, ne pas être bien portant, ne pas profiter pleinement des promesses du libéralisme. Alors, assez souvent, il peut aller vers l'extrême-droite. Parce qu'il est ouvrier et qu'il a peu de chances de devenir patron ; parce qu'il habite en HLM dans une banlieue pourrie ; parce qu'il roule en Renault ; parce qu'il sent bien qu'il a une vie de merde et moche, il va voter pour celle qui désigne les responsables de sa triste condition d'intelligent de droite pauvre, les coupables. L'intelligent de la droite de la droite croit que si l'on enlève les étrangers, on libère du travail et que si l'on enlève l'euro, on gagne plein de francs tout neufs. L'intelligent de la droite de la droite est très intelligent.
L'intelligent de droite est, pèle-mêle, contre : la sécurité sociale, les allocations familiales, l'ASSEDIC, le droit du sol, la naturalisation, le RMI et le RSA, la CMU, la retraite garantie, le droit au logement, la prime à l'emploi, l'APL et l'allocation pour le logement, la polygamie tolérée, la liberté de culte, le halal, les mosquées... C'est ce que je pense comprendre dans le document que l'on m'a gentiment adressé et que je vous communique à mon tour. Il est à signaler que la personne qui m'a expédié la chose est clairement militant UMP et vote Sarkozy. Ça transpire l'intelligence, ça, ma p'tite dame !

doc1

Des intelligents de droite, j'en ai connu quelques uns qui étaient convenables. Je ne suis jamais parvenu à comprendre leur engagement politique même si, sur certains points, je pouvais concevoir qu'il était de leur intérêt d'être de droite. Je ne connais pas beaucoup de personnes de gauche heureuses de payer des impôts, par exemple. Il peut y avoir des moments où l'on peut sentir que l'intérêt personnel est plus important que l'intérêt collectif. C'est humain. Dans l'ensemble, les quelques personnes de droite que j'ai pu côtoyer sont pitoyables et lamentables. L'intelligent de droite, en définitive, est bête. Très très bête. Il y a aussi des gens bêtes à gauche mais ils seront toujours moins bêtes que les intelligents de droite. Et ça, c'est dramatique pour l'intelligent de droite. Quelque part, je pense que l'intelligence de droite est à plaindre. Ne l'accablons pas trop. Ce n'est pas totalement de sa faute.
Alors, comme on dit en pareil cas : choisis ton camp, camarade !

intelligent de droite

lundi 23 avril 2012

Sur le départ

sarkozy carton

dimanche 22 avril 2012

Premier tour (de con)

1er tour

samedi 21 avril 2012

Une Mort Prochaine

sarkozy

- page 1 de 3

Haut de page