travaux z'en cours

samedi 11 août 2018

Dessinage et découpage

Réflexion

vendredi 10 août 2018

Il a même un nom

Grâce à vos encouragements, je peux continuer mes recherches graphiques. J'ai trouvé un nom pour ce personnage qui va faire les beaux jours de ce blog : Séraphin Cupidon. Ce personnage est encore tout jeune, il va sans doute évoluer, s'enrichir, s'affiner. N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et avis.

Séraphin Cupidon

vendredi 9 mars 2018

Une sorte de bug

On m'a demandé un dessin. Il doit représenter une coccinelle. Ça me pose un sacré problème. Comment peut-on désormais dessiner une coccinelle ? La coccinelle ultime existe, elle est la création de Gotlib et j'ai beau faire, au mieux je tombe sur un hommage à elle. Impossible de dessiner une coccinelle crédible après celle de Gotlib, du moins pour moi.
Je dessine une coccinelle. Elle ressemble beaucoup à celle de Gotlib mais j'essaie de ne pas la faire trop ressemblante. Je me vautre lamentablement, c'est un ratage de haut niveau. Je dessine une coccinelle et sitôt que je la montrerai, on me dira que j'ai copié sur celle de Gotlib. De fait, elle est bien installée au fond de ma mémoire et je n'en peux pas la déloger si facilement.
Faut reconnaître que la marge de manœuvre est mince et que Gotlib l'avait bien compris en créant ce personnage. Qu'est-ce qu'une coccinelle ? Assurément un coléoptère ! C'est une bestiole toute ronde, rouge avec des points noirs. Pas moyen de la faire étique ou verte à carreaux bleus. Il faut bien respecter les standards ou s'attendre aux pires lazzi d'une foule rigolarde.
La vie n'est pas simple.


samedi 27 janvier 2018

Coq en vain

jeudi 7 décembre 2017

Le super-héros à la tête dans un carton pour préserver son anonymat qui va sauver la veuve et l'orphelin partout dans le monde et plus loin dans une très très lointaine galaxie s'il a le temps de le faire

carton-man

jeudi 13 avril 2017

Vivre dans le luxe sans honte

Avoir tant de temps que l'on peut jouer à le perdre, voilà ce qu'est le luxe extrême. Du temps, j'en ai encore, je ne sais pas combien. Je vis dans l'illusion d'être à la tête d'une ressource inépuisable de temps. Une masse de secondes, de minutes, d'heures, de jours, de mois. D'années, aussi, peut-être ?
Ce qui est curieux, c'est d'être heureux d'avoir du temps et, dans le même temps, de refuser que ce temps passe trop lentement. On est vite dispendieux avec son temps. On le dilapide, on veut qu'il passe sans que l'on s'en rende compte. On voudrait qu'il s'écoule comme tombant d'une poche trouée, d'une poche trouée sans fond. Nous voulons du temps et toujours plus de temps et nous ne souhaitons pas avoir conscience de ce temps. Alors, on le perd, on le dépense sans compter, on vit dans l'illusion qu'il est sans limite alors que, tout au fond de nous, nous nous le cachons, nous le savons compté. C'est pas un peu bizarre, ça ?
Il faudrait vivre le temps au présent, sans jamais se projeter, sans jamais rien espérer. Mais alors, nous ne ferions plus rien qui ne serait pas d'une nécessité immédiate. A moins qu'il ne nous faille nier le temps, ne plus y porter le moindre intérêt. Alors, une fois cette notion éteinte, nous pourrions vivre tout à la fois au présent et au futur. Nous ne considèrerions plus le temps comme une ressource inépuisable, nous gèrerions ce temps que comme un capital nécessaire en y puisant ce dont nous avons besoin, sans jamais avoir le sentiment ni d'en gagner ni d'en perdre. La preuve du temps, c'est la vie, en fin de compte.
On m'a demandé de faire des dessins. Je n'avais pas vraiment envie de les faire parce que les idées à illustrer ne me plaisaient pas plus que ça. J'ai même tenté de me saboter, j'ai presque incité mon client à reprendre sa commande. Mais bon, peut-être bien que l'on n'a pas trouvé d'autre dessinateur et on a continué à me harceler avec cette affaire de dessins à faire. J'ai tournicoté tout ça et puis j'ai fini par trouver une approche différente qui fait que je trouve un peu de plaisir à faire ce travail. Je pars de l'idée (faible) et j'ajoute mes trucs, mes obsessions habituelles. Je fais miennes ces idées, je les malaxe avec du jus de cervelle et je les recrache sur le papier. Ça prend du temps mais j'en ai et prendre du plaisir à grignoter sa cagnotte de temps, ce n'est pas désagréable. Il me reste encore quelques dessins à faire mais j'ai déjà envoyé ceux réalisés au client qui prétend que cela convient parfaitement. Alors, je vais encore prendre de mon temps pour cette commande aujourd'hui.

Que de temps perdu

mercredi 5 avril 2017

Méthode traditionnelle

J'ai une série de dessins à faire. J'ai eu l'idée de filmer une partie de l'encrage de l'un d'eux. J'aime bien encrer, c'est un exercice qui demande à ce que l'on soit détendu du gland. Faut y aller sans précipitation mais avec détermination. Faut pas trop réfléchir, juste se laisser aller, peinard, petit à petit.

Après, j'ai fait un montage rapide que j'ai accompagné de musiques puisées un peu au hasard, juste histoire qu'il y ait du son.

mercredi 13 juillet 2016

Proboscidé rose

Je n'ai jamais assez bu pour avoir ces visions. Je le regrette parce que ça doit valoir le coup, mine de rien. Sur les bouteilles de Delirium Tremens et de Delirium Nocturnum de la brasserie Huygue on peut voir ces animaux fabuleux et bien sympathiques. Après une rapide compulsion de ma documentation encyclopédique, je suis en mesure de vous assurer que ces animaux n'existent pas et n'ont jamais existé sur notre bonne vieille planète. Toutefois, le doute peut subsister pour les plus anciens ancêtres des éléphants que nous connaissons aujourd'hui. Si nous pouvons écarter le cas du mammouth dont on n'a retrouvé des spécimens conservés dans le pergélisol russe et qui ne sont pas de la bonne couleur, nous ne savons rien ou pas grand chose du teint des mastodontes et autres bestioles du genre. Cependant, nous pouvons légitimement douter que des mammifères aient pu afficher cette couleur bien que l'on prétende ici et là que si les éléphants sont parfois roses c'est par souci de mimétisme ou de camouflage et afin de pouvoir se cacher parmi les fraises des bois. Cette hypothèse est à prendre avec des pincettes.
Le dessin que je vous propose aujourd'hui est une version modifiée d'un dessin plus ancien. Il a tapé dans l'œil de la responsable d'une brasserie de Montparnasse qui m'a demandé quelques arrangements pour qu'elle puisse en faire son enseigne, son logo. Vous pensez si j'ai accepté !

elephant-after.jpg

mercredi 23 mars 2016

L'affiche dans l'affiche

Ce n'est pas terminé mais ça ressemblera à cela. L'idée est que la randonnée de cyclomoteurs de la Cassagne, mise en place initialement pour animer la fête annuelle et communale, est devenue bien plus importante que la fête traditionnelle. En clair, c'est une totale réussite qui a dépassé de loin les plus folles espérances de l'équipe organisatrice. Dès la première édition, la petite fête de la Cassagne qui n'attirait guère que les gens des alentours immédiats a connu une affluence conséquente.
Jusque là, deux affiches étaient réalisées. Une pour la Rando Mob et l'autre pour la fête annuelle. Deux affiches pour, somme toute, une même fête ! Pourquoi ne pas en faire une seule tout en distinguant les deux événements ?

Affiche rando mob la Cassagne

vendredi 11 mars 2016

Ça l'affiche mal

Affiche rando mob la Cassagne

Affiche rando mob la Cassagne

vendredi 19 février 2016

Deux rois

Louis IX, le roi un peu gland

poule au pot pour tous

lundi 8 février 2016

Période gauloise

époque gauloise

Et parce que j'ai retrouvé la gomme :

époque paléolithique

samedi 6 février 2016

Le paléolithique

Le square

Le square

vendredi 15 janvier 2016

Biquère un jour, biquère toujours

biquere.jpg

- page 1 de 12

Haut de page