mercredi 1 mars 2017

Ce n'est pas très clair

Récapitulons. Si je comprends bien ce qui est en train de se passer, il est très clair que le Parti Socialiste n'est absolument plus à gauche. Du côté de la rue de Solférino on écarte plus d'aborder le sujet du ralliement à Emmanuel Macron qui, c'est lui qui le dit, n'est ni à gauche ni à droite. Donc, pas à gauche, bien au contraire !
On aurait dû se méfier, c'est vrai, avec les propos tenus par Manuel Valls. Il ne cachait pas, lorsqu'il était au gouvernement et avant lors des primaires de la gauche de 2012, sa vision très libérale du monde tel qu'il devrait être. Mais, candide comme je le suis, je me disais que le PS allait suivre son candidat élu bon gré mal gré. Ça aurait fait, au moins, bon joueur. Il ne semble pas que l'on se dirige vers cette option et tout donne à penser qu'un bon nombre de membres du PS va rejoindre Macron et son mouvement "en marche".
Au point où l'on en est, je me demande si Hamon ne devrait pas abandonner pour rejoindre Mélenchon. C'est certainement une décision difficile à prendre mais, par honnêteté, si Hamon est si à gauche qu'il semble le laisser penser, il ne doit pas rester dans cette pétaudière qu'est le PS. Et puisqu'il est hors de question que Mélenchon abandonne, il n'y a guère d'autre solution pour regrouper la gauche.
Les voix de Mélenchon, de Hamon et de Jadot ne permettront sans doute pas à la gauche de gagner les élections présidentielles mais au moins ils auront essayé. De toutes les façons, on peut considérer le PS en état de mort cérébrale et c'est bien fait pour sa gueule et je ne déposerai pas de couronne sur sa tombe. C'est comme ça, chaque chose a une vie et une mort. Le PS peut mourir sans mettre en péril les idées du Socialisme. D'ailleurs, le PS ne les porte plus, ces idées.
Pour les prochaines élections, je suis dans l'expectative. D'un côté, il y a ce vociférant Mélenchon qui continue à m'agacer avec ses propos trop taillés à la hache, de l'autre il y a ce Hamon que je ne connais pas, qui est moins habile que Mélenchon, mais qui tient des propos qui ne sont pas dénués d'intérêt. Je n'ai pas d'autre candidat en vue et il faudra bien choisir à un moment ou à un autre. Déjà, j'ai abandonné l'idée du vote blanc ou de l'abstention. Ce sera l'un de ces deux là. Du moins pour le premier tour parce que pour le deuxième tour (s'il y en a un)...
On sait désormais qu'il est urgent de ne pas écouter les organismes de sondage. Ils se trompent, ils ne savent plus mesurer le peuple. Ce n'est pas de leur faute mais il faut bien en tenir compte. Enfin bon. Pour le moment, les pronostics sont pour un match entre l'extrême-droite de la Peine et le n'importe quoi libéral de Macron. Et là, par contre, c'est abstention ou vote blanc. L'intérêt de l'abstention, c'est bien que l'on ne pourra pas alors me suspecter d'avoir voter pour l'un ou l'autre.


Hier soir, je me suis amusé à cuisiner dans la cheminée. Pourquoi ? Parce que j'avais allumé un feu ! J'ai commencé à faire cuire des haricots lingots à l'eau sur la cuisinière et après je suis passé à la cheminée et à la cocotte en fonte. Des oignons, de l'ail, une carotte, du sel et du poivre, un peu de piment aussi, un talon de jambon cru et du lard fumé en plus d'une boîte de tomates au jus. C'est parti pour deux ou trois heures de cuisson tranquille. Ça ne peut pas être mauvais

Ça mijote

Haut de page