mars 2017 (31)

vendredi 31 mars 2017

La faim justifie les médiocres

Qui veut le pouvoir ? Et pourquoi ? Dans cette campagne électorale d'anthologie[1] nous allons de surprise en révélations, d'affaires en mise en examen, sans jamais trop écouter les programmes, idées, propositions et discours. Et pourtant, il y a le choix, ce ne sont pas les candidats qui manquent. Mais on s'en fout, on s'en bat les gonades. On fait mine de plus s'intéresser aux déboires judiciaires, à l'argent mal acquis, aux revirements, aux tournages de veste, aux ralliements et aux désertions. Les programmes, ce n'est pas notre préoccupation. Ce que l'on aimerait, ce serait que ces élections présidentielles se déroulent non plus par le vote citoyen mais à la manière d'un jeu de télé-réalité avec des évictions de candidats multiples jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un ou qu'une candidat-e- et, de par là même, un-e- vainqueur-e-.
Ce jeu pourrait s'appeler "Mensonge et intégrité". Le vote du public viendrait éliminer les postulants en fonction de ce qu'il pourrait considérer comme encore acceptable. Le but du jeu serait de parvenir à gagner en mentant juste ce qu'il faut. Ni trop pour ne pas se faire écarter ni trop peu pour ne pas paraître dépourvu d'imagination et de soif du pouvoir. En gros, ça reviendrait à désigner le meilleur arnaqueur, l'escroc idéal.
Remarquez, si nous nous retrouvons avec pour seule perspective à avoir à choisir entre une candidate d'extrême-droite et un libéral ni de gauche ni de... gauche, c'est bien fait pour notre gueule. Ça fait maintenant des décennies que nous jouons à ne plus voter qu'en fonction d'algorithmes prétendument scientifiques et en jouant à une sorte de bonneteau hasardeux. On désigne machin pour contrer truc, on accepte le principe des primaires pour mettre en avant qui saura le mieux battre celui du camp d'en-face. On ne vote plus pour des idées mais contre des personnes.
Il y a quinze ans, nous avons été nombreux à voter Chirac contre le père le Pen. On veut nous faire rejouer la pièce et dès à présent on nous brandit l'épouvantail de l'insupportable, de l'inacceptable, pour faire élire un candidat qui, logiquement, ne devrait plaire à personne. Ce qui fait sa force, à Macron, c'est bien de n'avoir pas de programme précis, de naviguer dans une sorte de centre à la godille, un coup à droite, un coup à gauche, sans faire de vagues, sans avancer réellement.
Je me demande si, en 2002, il n'aurait pas été finalement intéressant de laisser le Pen remporter les élections présidentielles. C'est un pari un peu osé mais on peut supposer qu'il n'aurait pas eu de réel pouvoir, qu'il n'aurait pas eu de majorité au parlement, qu'il aurait été incapable de faire quoi que ce soit. Alors, évidemment, avec un personnage pareil, on peut se faire peur à penser à un coup d'état et à l'arrivée d'une dictature. Le discours vaut aussi pour ce qui est aujourd'hui possible. La question est : "le moins pire est-il préférable au pire ?"
Evidemment, si l'affaire Fillon n'était pas survenue, tout serait différent. Mais comment est-il arrivé là, le Fillon ? Normalement, ce devait être Sarkozy ou Juppé qui devait être désigné par la droite. Pas Fillon ! Jamais personne n'avait pensé à ça. Peut-être pas même Fillon lui-même. Pareil pour Hamon. Dans ce cas, bien entendu, c'était plus compliqué parce que, logiquement, plus personne ne pouvait croire en une victoire des socialistes.
Si le premier tour des présidentielles, les analystes nous le disent, est joué[2] la seule question qui devrait nous préoccuper est de savoir si nous devons voter et pour qui. On peut aussi avoir l'idée farfelue de voter pour qui on se sent le plus proche au premier tour mais si c'est plié, à quoi bon ? La probabilité pour que la gauche soit présente au deuxième tour est extrêmement faible. Celles et ceux qui en appellent à un ralliement des candidats de gauche sont gentils mais mathématiquement, en ajoutant les voix envisagées de Arthaud, Poutou, Mélenchon et Hamon plus celles des écolos et quelques autres qui traînent, il n'y a aucune chance pour que la gauche soit présente au deuxième tour.
Ce qui n'est pas totalement exclu, bien sûr, c'est que Fillon dépasse Macron. Le cas le Pen est compliqué. Tout le monde la dit présente au deuxième tour mais les experts se sont déjà trompé à plusieurs reprises ou n'ont rien vu venir. Bref, on navigue dans le brouillard et le mieux que nous avons à faire, c'est d'agir en conscience, sans calcul, sans vote utile, sans plan sur la comète.

Savoir refuser

Notes

[1] peut-être ?

[2] J'adore les experts

jeudi 30 mars 2017

Vente et réparation

Atelier motocyclettiste d'époque épique à Pâques

mercredi 29 mars 2017

Valls rejoint Macron et Fillon le néant

Voyez-vous, ce matin je me suis réveillé avec une idée stupide en tête. Pour la plupart d'entre vous qui n'avez pas la chance d'en avoir jamais la moindre, une stupide serait déjà comme un don de dieu. Or, il se trouve que dans le cadre de cette mienne démarche par moi entreprise visant à vous élever intellectuellement (et la tâche n'est pas aisée), je me dois de vous instruire sans plus attendre de comment fonctionne une idée.
L'idée naît de la rencontre d'une maman idée et d'un papa idée. Ils se plaisent, apprennent à se connaître, dansent la rumba et finissent par baiser comme des bêtes. La gestation est particulièrement brève et quelques secondes plus tard, dans d'atroces souffrances, la parturiente met au monde un bébé idée tout frais, tout neuf, tout rose. Seuls les bébés idée mâles sont à la source de bonnes idées. Les bébés idée femelles, elles, ne pensent qu'à rencontrer un futur époux idée et à danser la rumba avant de baiser. C'est ainsi.
L'enfant idée suit une scolarité rapide et tombe tout de suite après dans une adolescence ingrate et boutonneuse qui, heureusement ne dure pas. A peine deux minutes après sa naissance, le bébé idée est déjà un solide gaillard et il va consacrer sa vie à deux activités majeures. La première consistera à faire jaillir une seule et unique pensée dans le cerveau hôte où, à la manière d'un virus parasite, il s'est installé confortablement. La seconde sera tout entièrement consacrée à dénicher une madame idée afin de procréer. Une fois tout cela fait et bien fait, il chaussera ses pantoufles et fumera la pipe dans son fauteuil en goûtant les joies de la vie de retraité et d'un bon cognac tout en attendant la mort qui ne saurait tarder.

S'il y a des bonnes et des mauvaises idées, la plupart sont tout simplement "con comme un balai". Celle de ce matin m'enjoignait à m'engager à défendre une cause perdue, quasiment à rejoindre une mission humanitaire. Il me fallait défendre le faible, le persécuté, la victime, l'écouté et qui mieux que François Fillon pour incarner l'opprimé ? J'aurais pu me pencher et m'intéresser sur le cas de Manuel Valls mais en l'espèce on ne peut plus parler de cause perdue. Il s'agirait plutôt et au choix, de trahison, de lâcheté, de saloperie ou de connerie. Il m'aurait pourtant plu de défendre Manuel Valls. Mais hélas, à l'impossible nul n'est tenu. Donc, je me rabats (joie) sur Fillon. Fillon bafoué, Fillon volé, Fillon spolié, Fillon dénoncé mais Fillon en colère, prêt à en découdre, prêt à tout pour défendre son honneur et celui de sa Pénélope et de ses enfants, prêt à se battre avec ses petits poings serrés pour son argent et le droit de porter de beaux costumes offerts par ses amis. L'acharnement dont est victime François Fillon est contraire avec l'idée que l'on peut se faire de la démocratie et du droit aux gens de droite d'avoir leur président à eux par eux élu. Pensons à toutes ces personnes qui ont désigné leur poulain lors des primaires de la droite pour supprimer des centaines de milliers de fonctionnaires, pour obliger les chômeurs à travailler pour rien ou mourir pour pas cher. On (le cabinet noir) leur vole leur rêve de France forte et belle et catholique. C'est honteux et dégueulasse. C'est même contraire à la convention de Genève, si ça se trouve. Peut-être même que c'est anticonstitutionnel, allez savoir.
Et alors moi, avec mon idée instillée à l'insu de mon plein gré, je me suis essayé à l'exercice pour lequel je ne suis pourtant pas réputé, la caricature. C'est un exercice difficile pour moi. C'est peut-être que je ne sais pas observer les gens, peut-être aussi, plus simplement, que je ne suis pas doué pour cela. Mais bon, n'écoutant pas mon habituelle propension à trop vite baisser les bras je pose une feuille de papier devant moi et attrape un crayon. Cette première feuille part vite à la corbeille et est bientôt accompagnée de la deuxième. Mais à la troisième, il me semble "tenir" quelque chose. Finalement, je pense être parvenu à quelque chose de raisonnablement acceptable. Fasse que cela aidera M. Fillon à conquérir le pouvoir pour le plus grand bonheur de la France éternelle et de son rayonnement à travers l'univers.

fillon.gif

Vers la victoire

mardi 28 mars 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — 31

Feuiileton collaboratif du mardi

lundi 27 mars 2017

Fillon voit des oreilles partout

Dans le creux de l'oreille

dimanche 26 mars 2017

Se marrer

Essai de test

samedi 25 mars 2017

Pour passer dans la trappe

Westvleteren

vendredi 24 mars 2017

Les vécés sombres du palais

Ainsi donc, il y aurait un cabinet noir à l'Elysée. C'est le très innocent[1] François Fillon lui-même en personne qui l'affirme. Ce très estimable (et bien habillé) candidat à la présidence de la République française pour le compte de Laids Républicains dévoile la sa vérité et il accuse[2] et on tremble au sommet de l'État. L'autre François, celui en poste actuellement, est nommément mis en cause. Il serait à la tête d'un sombre aréopage de barbouzes évoluant au sein d'un cabinet noir et distillant aux journalistes de la planète entière des rumeurs pestilentielles et des allégations mensongères à son propos. Et il est en colère, le François prétendant, le possible futur hypothétique impétrant Fillon. Et on le comprend et on le serait à moins.
Que l'on accuse son épouse de n'avoir rien foutu et d'avoir été payée pour cela, c'était gros. Que l'on l'accuse lui, comme s'il y était pour quelque chose, de recevoir des cadeaux de ses amis, c'est grotesque ! Que ses enfants soient rémunérés en contrepartie d'une lourde charge de travail, quoi de plus normal ? Que ces enfants se sentent redevables envers leurs parents et qu'ils remboursent les frais de mariage par eux avancés, c'est signe d'une bonne éducation. "Et alors ?" se questionne fort justement le François de l'histoire.

Et alors, et ce n'est pas pour défendre le marigot où se vautrent les journalistes, c'est manquer de respect à ces journalistes, justement, que penser un instant qu'ils sont incapables d'enquêter par eux-mêmes et de dévoiler ce qu'ils ont découvert. Ont-ils besoin d'un cabinet noir ? Je ne le sais pas. Il n'est pas totalement impossible, bien sûr, que des "gentils informateurs" se fassent un malin plaisir en informant la presse. Ce n'est pas impossible mais rien ne dit que ces informateurs soient tous à chercher du côté de l'Élysée, après tout. Il y a quelque temps, le directeur du Canard Enchaîné s'offusquait à l'idée que l'on puisse douter du travail des journalistes.
Très certainement présumé innocent, n'hésitant pas un instant à battre sa coulpe et à reconnaître les erreurs qu'il a pu commettre, François Fillon passe à l'attaque et dénonce les agissements assez moches du président de la République actuel. Que n'apporte-t-il pas les preuves claires qui montreront au peuple la véracité du travail de sa Pénélope d'épouse ? Des fiches de paie (pas des fausses éditées avec un logiciel de traitement de texte à la va-vite), des talons de chèque ou des preuves de virements bancaires, par exemple. Il lui serait alors facile de montrer à la face du monde que l'on cherche à lui nuire. Au lieu de cela, il reconnaît avoir commis une faute en employant son épouse, il s'en excuse... mais ne prouve rien de rien. Il dénonce l'existence d'un cabinet noir, il dévoile l'existence d'un complot mais ne prouve pas grand chose non plus. Par contre, il prétend avoir restitué ses costumes. C'est déjà ça. Pas sûr que ça suffise mais c'est un premier pas vers sa totale rédemption.

Cabinet noir

Notes

[1] jusqu'à nouvel ordre

[2] comme l'Émile avant lui

jeudi 23 mars 2017

On n'a pas tous les jours vingt ans

C'est pas de chance, il pleuvait. Et aussi, il ne faisait pas très chaud. Et puis, il y avait du vent, aussi. Un vent désagréable, froid, qui agissait par bourrasques soudaines et malvenues. C'est dommage parce que la fête promettait d'être belle. On avait bien fait les choses. Il était prévu des spectacles, Alain Baraton était présent, l'entrée était libre et gratuite.
Non vraiment, c'est pas de chance. Le 21 mars, les Jardins de Marqueyssac, à Vézac, dans le sud de la Dordogne, fêtaient leur vingtième anniversaire et tout aurait dû se présenter sous les meilleurs auspices possibles. Alors, oui, évidemment, on notera que malgré les conditions météorologiques, les visiteurs se pressaient en masse. Les parkings étaient pleins à craquer et les véhicules formaient une longue file le long de la route qui descend des jardins jusqu'à la route départementale.

Les buis de Marqueyssac
J'ai déjà dit ici le bien que je pensais de ces jardins, les plus intéressants, à mon avis, de tous ceux que l'on peut visiter en Dordogne. Ce que j'apprécie particulièrement à Marqueyssac, c'est la liberté qui est offerte aux visiteurs. S'il est possible de choisir la visite guidée, tout semble être mis en place pour que vous préfériez partir à la découverte des jardins par vous même. A vous de jouer les explorateurs et de compter sur votre curiosité et votre chance pour trouver le maximum de petits lieux cachés parmi les arbres ou au détour d'un petit chemin discret.

Jardins suspendus de Marqueyssac
L'une des nouvelles attractions des Jardins de Marqueyssac, celle qui va attirer bien des visiteurs, c'est le fossile d'allosaure qui, la presse nous l'a appris, a été acheté un million d'euros. Dans un premier temps, j'ai regretté la présence de ce fossile. Il me semblait que cela faisait trop "piège à touristes", qu'il était un peu trop simple d'utiliser la grosse ficelle de l'animal préhistorique pour attirer le touriste pour qui la Dordogne, le Périgord, est avant tout lié à la préhistoire et donc aux dinosaures. Trop simple et surtout faux. Enfin je veux dire qu'il y a quelques années entre la présence de ces animaux et celle des hommes qui ont peint ou gravé les parois des grottes et abris sous roche.

Allo ? Saurus ?
Je continue à penser cela mais je note tout de même que l'arrivée de l'allosaure ne remet pas en question l'idée selon laquelle le visiteur est invité à découvrir les jardins par lui-même, avec curiosité. Ainsi, placé au bord de la falaise au fond d'un cul-de-sac, le fossile sera vu par celles et ceux qui auront eu l'idée d'aller par là. Parce que la nouvelle a été largement relayée par la presse, beaucoup étaient là aussi pour voir l'animal fossile.
Le problème est bien que la pluie et le froid n'incitaient pas trop à aller baguenauder dans les sous-bois, à prendre les chemins de traverse et à laisser libre cours à son imagination. Les plus prévoyants étaient venus avec leur parapluie. Hélas, certains de ces parapluies n'auront pas résisté à la violence des éléments et on pouvait voir des baleines comme échouées sur un fond de tissu battant au vent. Les autres avaient préféré capuches ou bonnets. Le point commun à tous, c'était d'être chaudement emmitouflés dans de lourds vêtements plus ou moins étanches. Les pieds mouillés et le nez bleui par la froidure, le visiteur restait souvent comme hagard et c'est bien un triste spectacle que de voir le touriste perdu dans les affres de la désolation.

Les buis de Marqueyssac
Le spectacle au demeurant fort poétique qui était donné devant le château couvert de lauzes du début du XIXe siècle avait de la peine à retenir les spectateurs qui parfois préféraient jeter l'éponge et soit regagner leur voiture soit entrer dans le salon de thé pour se mettre un instant à l'abri. De là à dire que les animations prévues tombaient à l'eau, il n'y a qu'un pas. C'est vraiment pas de chance.
Quelques visiteurs, tout de même, jouaient la carte du fatalisme et feignaient de ne pas être affectés par les événements cataclysmaux. Le nez au vent, ils allaient à l'assaut des merveilles de ces jardins suspendus, tentaient d'admirer le panorama depuis le belvédère bien que le paysage ait été noyé derrière un rideau de pluie. Dans les allées, on pouvait croiser Alain Bernard, ci-devant ancien journaliste du journal Sud-Ouest, superbement déguisé pour la circonstance.

Un journaliste en goguette


Mais tout cela n'est que partie remise. Je retournerai visiter ces magnifiques Jardins Suspendus de Marqueyssac et j'espère juste que ce jour, il fera beau... mais pas trop chaud non plus.

mercredi 22 mars 2017

Encore Ulysse

Chut !

mardi 21 mars 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — 30

Feuiileton collaboratif du mardi

lundi 20 mars 2017

La Peste, elle rétablit les contrôles aux frontières

Le général Hiver bloqué par la Peste

dimanche 19 mars 2017

Juste ce qu'il faut, ni plus ni moins

De quoi c'est que je pourrais vous causer ce jour ? Tiens ! Je vais vous causer de ma vie. Ce matin, je me lève juste à l'heure qu'il faut et je file plein d'entrain faire juste la quantité de café nécessaire. Je bois un premier bol juste de la bonne contenance et fume une cigarette avec la quantité de tabac calculée au plus juste. Je la fume de la manière idéale et vais me débarrasser au gramme près de la matière fécale et de l'urine qui m'encombre le bas-ventre. Plus léger, je prends une douche à la température idéale et commence à glander le plus délicieusement du monde, sans la moindre once de culpabilité.
A un moment, il se trouve que j'ai envie de dessiner et parce que la vie est bien faite il me suffit de lancer la bras gauche vers l'arrière pour qu'il atteigne la ramette de feuilles vierges pendant que la main droite est déjà équipée du porte-mine que je préfère. Je n'ai aucune idée de ce que je vais dessiner mais cela ne me préoccupe pas. Quoi qu'il se passe, un dessin naîtra, c'est une certitude. Hop et hop et re-hop, des lignes apparaissent et je vois se créer un camion en mauvaise posture. La trame est là, j'ajoute les détails là où il est séant de les placer et je délaisse le porte-mine de chez Pentel pour le BrushPen de la même boutique. L'encrage va bon train et bientôt, alors que je n'ai été dérangé que par l'arrivée d'un copain qui avait envie de boire du café, le dessin est jugé terminé.
Alors, à partir de là, ça a commencé à merder un peu. D'abord, j'ai eu l'envie d'allumer un feu dans la cheminée parce que j'avais en prévision de me concocter un plat dont j'ai le secret et que je pourrais laisser mijoter au coin du feu. Le problème, c'est que le feu ne voulait pas prendre. Le bon côté, c'est que je me suis débarrassé d'un peu de ces saloperies de pubs que je conserve pour allumer le feu, le mauvais côté, c'est que ça m'a énervé, ces bûches qui refusaient de jouer leur rôle de combustible.
Et puis, comme si un motif à énervement ne suffisait pas, j'ai entrepris de tenter d'extraire des piles qui avaient gonflé dans une lampe torche. J'en ai tenté des astuces ! La pile bloquée a bougé de deux centimètres environ mais elle est toujours là. Finalement, je suis allé chercher la bombe de produit miracle et on verra bien. J'ai laissé la lampe de côté et je suis allé faire cuire mes haricots.
Les haricots, j'aime plutôt bien ça. C'est moins pratique que les pâtes, c'est peut-être un peu moins protéiforme que la pomme de terre qui se plie avec bonheur à tout un tas de préparations différentes et également délicieuses, mais j'aime bien le haricot longuement mijoté qui fond en bouche et prend mieux que personne le goût des autres ingrédients. Le haricot sait se gorger du piquant piment et du gras mouton et du sel et de la tomate. Il aspire tous ces goûts et parfums et ne les dénature jamais. Et puis, le haricot, ça fait cow-boy au bivouac avec la cafetière qui garde le café au chaud sur une pierre plate du foyer.

Arrêtons là ce panégyrique du haricot. Premièrement, je ne suis pas payé par le syndicat des producteurs de haricots et je n'ai pas de cadeau à leur faire. Je ne vais pas m'occuper de faire sa promotion sans contrepartie. Croyez-le, je paie mes haricots au prix fort, je n'ai pas de passe-droit, pas de coupon de réduction, pas de tarif préférentiel. Cela assure ma parfaite indépendance d'esprit et garantit mon impartialité honnête et libre. Ce que je dis au sujet du haricot ne regarde que moi. J'en dis ce que je veux comme je le veux. Je milite pour la liberté d'expression.
Et donc, le dessin de ce matin. Tout à l'heure j'ai démarré l'ordinateur auquel est relié le numériseur. J'ai posé le dessin sur la vitre, baissé le capot et lancé le logiciel d'acquisition. Automatiquement, grâce à un petit script que j'ai bricolé moi-même, le fichier a provoqué le lancement de Photoshop en arrivant dans le dossier où se rangent les numérisations. J'ai juste nettoyé un peu le dessin en enlevant les poussières et l'ai enregistré en jpeg pour une publication sur ce blog. A présent que j'ai jugé l'heure venue de publier un billet pour ce dimanche, je vais l'importer dans le dossier idoine sur l'espace disque loué chez mon hébergeur et vais l'intégrer dans ce billet. Si tout va bien, vous le verrez s'afficher après celle ligne.

Camion au fossé

samedi 18 mars 2017

Chaude bielle

Hot-Rod

vendredi 17 mars 2017

Ondes de choc

Pour un projet que je préfère garder secret pour le moment, j'ai besoin d'un poste de radio ancien. Et ça tombe bien puisque j'en ai un. Ce matin, je vais le quérir au garage. Il est raisonnablement poussiéreux. Je le monte à l'étage et commence à l'inspecter. Il n'y a pas de prise et le câble d'alimentation est en bien piteux état. Je vais chercher quelques outils afin de poursuivre l'inspection plus intimement. Je vois les lampes, le haut-parleur, un gros bloc qui doit être un transformateur. Le câble arrive à ce bloc auquel il est soudé sur des pattes de cuivre. Que fais-je ? Change-je le fil entièrement ou me contente-je de visser une prise au câble présent ?
On va faire simple, je me contente de placer une prise. On va jouer la sécurité. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance mais il convient de se montrer prudent. Je branche la prise sur une multiprise équipée d'un interrupteur. Je bascule ce dernier et ça déclenche le disjoncteur différentiel. Ce n'est pas bon signe. J'arrête là. Je doute que le souci vienne simplement de ce fil en mauvais état.
Après tout, il n'est pas absolument nécessaire que le poste de radio fonctionne pour mon projet. Ce qui serait bien, en contrepartie, c'est qu'il produise un peu de lumière. Alors, j'ai une idée, je bricole un bazar et la lumière apparaît. Il va me falloir peaufiner la chose et je pourrai faire les premiers essais. Pour mener à bien ce projet, il va me falloir faire preuve d'ingéniosité et me pencher sur quelque outil informatique. Si le résultat est à la hauteur de mes espérances, ce sera parfait.

Radio actif

jeudi 16 mars 2017

Fumée rouge

Rouges volutes

mercredi 15 mars 2017

Peut-on penser comme on veut ?

Ma maison est bâtie sur les fondations d'un ancien château et sur un nœud tellurique particulièrement fort qui ouvre sur la porte des enfers. D'ailleurs, cette porte est gardée par des esprits que l'on ne peut pas voir parce qu'ils sont en dehors du spectre lumineux visible par l'homme. Certains animaux comme le poulpe les verraient mais il n'y en a pas dans mon garage et cette absence est bien la preuve qu'ils ne sont pas présents parce qu'ils sont effrayés par ces esprits. En outre, dans les ruines des bases de ce château, si on creuse un peu, on trouve l'entrée d'un souterrain secret qui doit conduire, si j'en crois mes recherches, juste à l'endroit où se dressaient les tours jumelles de New-York. Et c'est assez logique si l'on considère qu'en numérologie, ma maison est strictement égal à "Twin Towers" ! C'est d'ailleurs assez fou, quand on y pense. Déjà, rien que le fait que j'habite exactement là, hein ? D'abord, j'ai pensé, naïvement, que c'était dû au hasard, que j'habitais à Azerat, juste dans cette petite maison, parce que, bon, cette maison était à vendre et qu'elle était dans mes prix. Mais pas du tout ! D'une longue discussion que j'ai pu avoir avec un ancien habitant des lieux, au tournant des XVIe et XVIIe siècle de notre ère, il appert qu'un célèbre alchimiste menait là des expériences assez incroyables et qu'il avait prévu mon arrivée. D'ailleurs, un parchemin que l'on m'a malheureusement dérobé (mais il n'y a pas hasard) annonçait ma venue à Azerat peu après le début du troisième millénaire ! Evidemment, je reçois des pressions du FBI et des états à la botte des puissances supérieures. L'autre jour, on m'a même coupé l'électricité pendant dix minutes. Et ils sont malins ! Pour que je ne puisse pas prétendre être particulièrement visé, ils ont tenté de me faire croire que l'électricité avait été coupée dans tout le village. Les autres habitants d'Azerat, tous de mèche, ont bien joué le jeu en affectant un air étonné. Je sais qu'ils sont tous payés pour me surveiller. L'autre jour, je sors de chez moi et, comme par hasard, la voisine arrivait en voiture. Alors que je ne l'avais pas vue partir !
On m'a enseigné l'art et la technique du voyage astral. Grâce à ce savoir ancestral, j'ai été en mesure de voyager dans le temps et l'espace et de connaître ma vie d'avant mon arrivée dans cette dimension. J'ai alors pu comprendre que l'on m'avait effacé la mémoire à la maternité comme on le fait à tous les nouveaux nés depuis que les Puissants ont pris le pouvoir sur la planète. Je sais de source sûre — parce que je l'ai vu de mes yeux — que nous autres, les vrais hommes, venons d'une autre galaxie d'un univers lointain et que nous sommes les enfants du Vrai Dieu (et pas de celui que l'on essaie de nous imposer). C'est dingue tout ce que l'on cherche à nous incruster dans notre tête pour masquer la vérité. Ces représentations de notre planète qui serait une sorte de boule flottant dans rien et tournant autour d'une autre boule ! Ridicule ! Et tout cela juste pour nous dissuader de reprendre notre voyage dans les univers multiples comme nous l'avons fait durant des milliards d'années auparavant. Nous sommes devenus les serviteurs des Maîtres qui nous ont asservis en nous implantant des fausses idées et en effaçant nos données à la naissance. Et ça, je le sais vrai parce que ça ne peut pas s'inventer.
J'ai réussi après un gros travail sur moi à rétablir la connexion avec mes cellules originelles. Les univers sont à notre image et nos cellules sont comme des galaxies. Et chacune de nos cellule à la taille de chacune des galaxies ! C'est juste une question de point de vue et c'est parce que, mais j'ai conscience que c'est contre-intuitif, les galaxies sont plus proches de nous que le sont nos cellules propres que l'on a l'impression qu'elles sont plus grande. Mais en fait, pas du tout ! C'est juste que nous nous voyons de l'extérieur et de plus loin. D'ailleurs, je ne suis pas le seul à le savoir. Nous sommes même des millions à avoir recouvré le savoir. Mais comme toujours, on nous dénigre et on veut nous faire taire. Cette illusion d'optique est maintenue pour que nous ne rendions pas compte que nous sommes beaucoup plus grands et forts que les Maîtres qui nous ont réduits à l'esclavage. Il y a un champ d'ondes gravitationnelles électro-magnétiques qui nous brouille la vision de qui nous sommes vraiment et sous couvert de techniques de communication on a mis des antennes relais partout. Avant, on utilisait les moulins à vent ou à eau pour perturber nos connexions neuronales mais quand ils se sont aperçus que l'on avait trouvé la parade, ils ont inventé la TSF et les avions à réaction et le téléphone portable en plus des sous-marins et des sonars. Du coup, on n'entend plus la voix de la mer quand on plonge la tête dans l'eau.

complot.jpg
Être trop crédule peut être un défaut qui confine à la bêtise. Certes. Nous nous sommes tous amusés à faire croire des énormités à une personne un peu bête ou à un jeune enfant. Il y a une malice un peu méchante à cela mais bon, on n'a pas une occasion de rire tous les jours. Et puis, ça peut avoir un rôle éducatif. En racontant des bêtises, on enseigne justement qu'il ne faut pas tout prendre pour argent comptant, qu'il faut recouper les informations, qu'il faut réfléchir un peu. Le problème, c'est que certaines personnes poussent cette idée jusqu'à des sommets. Je ne sais pas bien comment ça fonctionne mais il y a des personnes qui pensent qu'elles ne doivent rien croire du tout de tout ce qui peut être avancé par la "parole officielle" et qui préfèrent échafauder des histoires issues de leur imagination et souvent dans une direction qui mène vers la thèse complotiste. Et là, c'est grave. Croire en la présence sur Terre d'extra-terrestres cachés par l'armée, le FBI, une secte étrange ou des gourvenements unis dans un but pas très précis, après tout, bon, ce n'est pas si grave. Il y a des timbrés et il faut faire avec. Ce qui m'étonne, c'est que ces personnes parviennent à s'agréger en des groupes et à partager leurs délires. Comment peut-on en arriver à mettre en commun des délires ? Si je suis persuadé qu'il y a un être jaune à points roses posé sur mon épaule et qu'il me susurre des conseils à l'oreille, c'est peut-être pathologique à un niveau personnel mais je suppose que je vais avoir du mal à faire voir cet être aux autres.
Il y a beaucoup de choses que je ne suis pas en mesure de comprendre au sujet de ces délires de masse. Des histoires extraordinaires, ça doit exister depuis des temps très anciens. Depuis l'invention de l'imagination, si ça se trouve. La naissance de la science-fiction date peut-être de cette époque lointaine où quelqu'un a cherché à expliquer le tonnerre ou le feu ou la mort. Je ne sais pas si l'imagination existe ailleurs dans le monde animal ou végétal. Je ne sais pas si les autres animaux sont capables d'inventer des histoires. Mais le fait est que nous, nous sommes pourvus de ce don. Pas tous au même niveau, c'est sûr, mais dans l'ensemble, je pense que tout le monde est capable d'inventer des histoires et que tout le monde invente des histoires. A commencer par le rêve. Et donc, il y a très longtemps, l'Homme a commencé à raconter des histoires. Il a inventé des cosmogonies, la littérature, le cinéma et est arrivé l'Internet.
Je ne pense pas qu'il y ait eu des personnes pour croire les histoires de Jules Verne. Auparavant, on pouvait croire celles de l'Église mais alors, celle-ci avait une autorité et le peuple était sciemment gardé dans une ignorance des choses. Ceci dit, tous ne croyaient pas les gens d'église. Dans les fictions revendiquées, en littérature, en théâtre, au cinéma ou dans les contes, un marché est passé avec les personnes qui reçoivent l'histoire. Elles doivent être d'accord pour jouer le jeu, pour éteindre leur esprit critique, pour mettre de côté ce qu'elles savent, ce qu'elles ont appris. C'est une convention. Pareil pour la magie. On sait qu'il y a un truc, on sait que l'on est trompé, mais on l'accepte en connaissance de cause. Une fois le spectacle terminé, on reprend sa raison et l'on ne croira pas que l'on pourra être coupé en deux dans la boîte du prestidigitateur.
Avec Internet, il est devenu très aisé de raconter n'importe quoi, de colporter n'importe quelle idée, de prétendre, de partager. Avant Internet, il y a eu un journal qui s'appelait "Infos du Monde". J'ai connu des personnes qui pensaient que l'enfant chauve-souris existait. Elles n'étaient pas dupe de tout mais pensaient sincèrement qu'il y avait des faits avérés dans cette publication à caractère humoristique. Mais là, sur la toile, ce n'est pas de l'humour. On y trouve les "preuves" de tous les complots ourdis par d'obscures organisations aux buts pas très bien définis. Un coup, ce sont les extra-terrestres, un autre ce sont les francs-maçons ou les communistes ou les Juifs ou les riches ou le cartel des industries pharmaceutiques ou l'ordre des médecins ou encore la corporation des charcutiers-zingueurs. A chaque chose pouvant se passer ici ou ailleurs voire plus loin encore, il y a le complot qu'il faut. C'en est presque rassurant, finalement.
Mais voilà, ce que je ne peux pas concevoir, c'est bien que ces conneries complotistes soient virales. Qu'est-ce qui peut bien se passer dans l'esprit de toutes ces personnes pour les conduire à adhérer aux explications alambiquées des abrutis qui fourmillent sur Internet ? Il vient d'où, ce besoin de croire à l'improbable plus qu'à la banalité évidente ? C'est peut-être un besoin de merveilleux ? Possible. Voir un visage ou un animal dans les nuages ou dans les motifs d'un vieux mur, ça s'appelle la paréidolie. C'est normal, il ne faut pas s'en inquiéter. Il paraît même que c'est lié au darwinisme, que ce serait une aptitude conservée à travers les âges. En gros, c'est l'histoire que l'on aurait plus de chance de survivre en se méfiant des signes les plus anodins qu'en faisant une confiance aveugle à sa bonne étoile en toute situation. Penser voir un tigre aux dents de sabre dans un roncier et s'enfuir, c'est mieux pour sa survie que penser à une illusion d'optique sans importance lorsque l'on voit un troupeau de mammouths se diriger au pas de course vers soi.
Le besoin de merveilleux, d'explications magiques, c'est plus excitant que de s'arrêter au plus possible, au plus probable, au plus facilement explicable. Une soucoupe volante, ça a un peu plus de gueule qu'un vulgaire avion ou qu'un phénomène naturel. Penser que si l'on n'a rien vu à tel endroit, c'est juste que les traces ont été effacées, ça vous plonge dans le monde délicieux du merveilleux fantastique ! Cette imagination est un bienfait lorsqu'elle sert la création artistique du peintre, de l'écrivain, du conteur ou du cinéaste. Elle est un vrai problème lorsqu'elle tombe dans la tête d'un détraqué manipulateur paranoïaque. Je pense qu'une légère dose de paranoïa, comme pour la paréidolie, entraîne une certaine dose de méfiance souveraine mais là, c'est autre chose. Je ne suis même pas certain que toutes les affaires colportées sur Internet aient pour origine une personne souffrant d'une pathologie mentale. Je pense qu'il y a des manipulateurs qui agissent pour de troubles raisons. Et du coup, voilà que je suis atteint par l'idée du complot. Mince.
Je ne fréquente pas ces sites Internet. Parfois, je tombe dessus. Il y en a beaucoup. Souvent, pas toujours mais souvent, ces sites sont richement pourvus en annonces publicitaires. Certains de ces sites engrangent vraiment beaucoup de visites et, donc, génèrent pas mal de revenus grâce aux publicités. Le but serait alors de créer le buzz et d'attirer un maximum de gogos en recherche de merveilleux. Je ne fréquente pas ces sites Internet, donc, mais au hasard de mon butinage il m'arrive de tomber sur l'un ou l'autre d'entre eux. Ainsi, j'ai pu apprendre que les pyramides égyptiennes et la plupart des monuments anciens ont des extra-terrestres comme architectes, que l'on peut soigner toutes les maladies (créées en laboratoire d'ailleurs) par le jeûne ou par des thérapies simples à base d'imposition des mains ou de bains de pieds dans une solution à diluer dans dix litres d'eau (en vente sur le site), que notre planète abrite toute une population d'êtres mystérieux dans ses entrailles, que les attentats de Charlie Hebdo ou du Bataclan tout comme la prétendue guerre en Syrie n'ont jamais existé. Et encore, je ne dis rien de ce que j'ai appris à propos de l'histoire montée de toute pièce à propos de la Shoah ou des inepties concernant l'âge de l'Univers et de la falsification de son histoire avec l'invention des divers fossiles (soi-disant trouvés par des archéologues). D'ici à ce que j'apprenne que l'on nous a remplacé notre soleil dans la nuit ou que ce que l'on voit du ciel n'est rien d'autre qu'une grande toile tendue là...
J'ai rencontré diverses personnes gagnées à ces idées. J'ai même tenté de les raisonner un peu, de leur faire prendre conscience de l'absurdité de leurs croyances. Je ne suis pas assez doué pour ça, c'est peine perdue. Il arrive toujours un moment où c'est à moi d'apporter la preuve de la non-existence de l'être de Roswell ou que ce n'est pas le gouvernement qui a tué Cabu... C'est usant.

Heureusement, pour contrer ces idées il existe des personnes compétentes et motivées. La tâche est énorme et sans doute malheureusement vouée à l'échec. Depuis quelque temps par exemple, il y a une communauté de sceptiques et de zététiciens qui tentent de casser toutes ces croyances, de combattre le paranormal, de lutter contre les idées nauséabondes ou contraires à la vérité scientifique. Leur arme, justement, c'est la science. Elle n'est pas sans failles, elle ne peut pas tout expliquer (mais ce n'est pas son but), elle a le caractère de vérité... jusqu'à ce qu'elle soit réfutée. Et alors, bien sûr, c'est là la brèche où s'engagent ceux qui sont contre la science. Si la science peut être réfutée, c'est qu'elle n'est pas vraie. On ne peut pas réfuter l'existence de dieu, par exemple. Donc dieu est vrai. CQFD.
Il y a des gens qui pensent que la Lune a une influence sur les naissances ou sur la croissance des carottes ou sur la pousse des cheveux. La science s'est intéressé à cela, a démontré qu'il n'y avait aucun impact sur rien et pourtant, ces gens persistent dans leurs croyances. D'autres pensent que l'eau a une mémoire et se soignent avec des granules de sucre D'autres encore estiment que les astres influent sur leur destinée. Il en est aussi pour croire qu'une voiture rouge roule plus vite qu'une automobile grise ou jaune, que l'industrie motocyclettiste européenne a été tuée par un complot mené par les francs-maçons juifs et nazis du Japon. Finalement, tout cela n'est pas bien grave. Celui qui a besoin de croire croira. On n'y peut rien. Des fois, je me demande en quoi je crois. Il y a forcément des trucs qui traînent dans mon ciboulot et qui ne sont pas très rationnels. Je crois qu'un Macintosh est mieux qu'un PC-Windows, par exemple. En fait, c'est plus que j'ai une expérience plus grande de l'environnement de chez Apple. Je ne suis pas si con que ça non plus. Je ne crois pas que Canon soit meilleur que Nikon. Il se trouve juste que la vie a fait que j'aie eu des objectifs pour Canon au moment où j'ai eu l'idée d'acheter un appareil photo reflex numérique et que je suis reparti sur cette marque par économie et par confort. En quoi je crois, moi ? Je crois que le vin de Bergerac est assez bon pour moi mais je sais que des vins bien meilleurs sont produits ailleurs. Je crois que la vie ne dure qu'un temps. Je crois que la mort n'est rien d'autre que l'arrêt de la vie et qu'il n'y a rien après. Je crois que l'on est un peu dans la merde et que ce n'est rien par rapport à plus tard mais qu'il va nous rester de bons moments à vivre. Je crois que la vie s'arrêtera sur la Terre et que le soleil s'arrêtera de briller et que notre galaxie finira absorbée par un trou noir (enfin peut-être et sans doute pas tout de suite). Je crois qu'il y a tout un tas de mystères inexpliqués qui le resteront pour moi. Je crois qu'il y a une quantité de choses que je ne pourrai jamais comprendre parce que je ne suis pas assez intelligent ou compétent. Je crois qu'il y aura assez peu de personnes pour lire ce billet jusqu'au bout.

mardi 14 mars 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — 29

d

lundi 13 mars 2017

Un débordement que l'on ne pourra pas imputer à Trump

La légende dit que l'on ne sait pas d'où provient l'eau qui jaillit là. C'est pratique et mystérieux juste comme il le faut. Parfois, la légende cède la place à l'avis autorisé comme celui du monsieur croisé ce jour là venu admirer le puits Bontemps en compagnie de madame. Ils avaient fait la route presque exprès pour voir le phénomène de leurs yeux et avaient amené des provisions en prévisions d'un goûter pris sur place, sur la table posée là par on ne sait qui on ne sait quand. Cette table et ses bancs indiquent que le touriste n'est pas rare en ces lieux.
Moi, je passais par hasard. J'ai vu que l'eau jaillissait et je me suis arrêté pour une photo. Ça a été l'occasion de discuter un peu des mystères de la nature et d'échafauder quelque hypothèse étonnante que je n'ai pas eu le cœur d'aller vérifier. Selon ce monsieur rencontré ce jour, il serait possible qu'un énorme gouffre s'ouvre sous le puits. Pourquoi ? Je n'en sais rien. J'ai fait remarqué que, tout de même, des personnes se sont risqué à bâtir une margelle et qu'ils auraient alors couru un grand risque. Mon argument contradictoire a rapidement été balayé au motif qu'un puits s'ouvrant sur un gouffre, ça existe ailleurs. Où ? On ne me l'a pas dit. Mais pourquoi pas un gouffre sans fond après tout ? Cette hypothèse apporte une pierre aux légendes et mystères de ce puits artésien qui ne coule jamais quand on s'y attend et d'où l'eau jaillit alors qu'il ne pleut plus depuis des jours.
Si l'on ne sait pas exactement de quelles sources vient l'eau qui sort ici, c'est peut-être que l'on n'a ni trop cherché ni trop de temps à consacrer à cela. On sait quels phénomènes conduisent à la création des puits artésiens, il n'y a pas vraiment place au mystère et pas plus à l'explication. Ce doit tout simplement être une conjonction de facteurs qui fait que dans cette région calcaire et karstique l'eau emplit des cavités où se forme une pression qui va conduire à la libération de l'eau à cet endroit à un moment donné. Ceci dit, l'absence de mystère n'empêche pas l'aspect curieux de ce puis imprévisible.
L'an dernier, j'ai guetté le jaillissement durant plusieurs semaines sans que jamais il s'en produise un lors de ma présence. Je ne venais pas vraiment intentionnellement mais passais là lors de mes voyages entre Azerat et Périgueux. Depuis des années, j'espère voir l'eau jaillir et, presque à chaque fois, si tel est le cas, je m'arrête pour faire une photo. Pourtant, le spectacle change peu d'une fois sur l'autre.

Puits Bontemps

dimanche 12 mars 2017

Tant pis pour vous

Vous l'aurez cherché et moi, quand on me cherche, on me trouve. Ainsi, il vous plaît de parler écumoire bouchée et louche à trous. Grand bien vous fasse et je me plie de bonne grâce à votre volonté puisqu'ainsi semble-t-elle être en ces temps sereins qui, il est vrai, n'invitent pas à trop réfléchir à de plus graves et importants sujets. Parce que le bonheur réside dans la capacité à refuser le malheur sous toutes ses formes avec une obstination qui force le respect et que l'état résultant est contagieux, je suis empli de bonheur à mon tour. Heureux de mon lectorat béât, comme à deux doigts de l'épectase, il me faut accéder à son attente et nourrir à ma façon l'intéressant sujet l'occupant depuis hier soir.
Il se trouve que je conserve par devers-moi une louche assez ancienne dont je ne me sers que trop rarement dans le rôle pour elle conçu par des générations d'orfèvres en articles culinaires pensés et manufacturés avec l'amour du travail bien fait et le souci constant de satisfaire la laborieuse ménagère dans la parfaite réalisation de sa mission quotidienne.
Louche, cet ustensile l'est par nature. On peut l'imaginer plongée au cœur d'un potage au cresson conservé à bonne température dans une belle soupière en porcelaine de Gien, prête à remplir sa fonction et à verser dans les belles assiettes creuses des convives leur content de délices potagers sans jamais laisser perler la moindre goutte sur la nappe amidonnée d'une blancheur virginale. La louche est, ne nous y trompons pas, la reine de la table.
La louche est le symbole vivant de l'authenticité et de la distinction. Le fromage de Camembert (Orne) n'est-il pas traditionnellement "moulé à la louche" ? Un fromage moulé à l'écumoire ou façonné à la fourchette à escargot n'aurait pas la même tenue si impeccable, si au-dessus de tout soupçon. La louche est, de tous ceux pouvant composer une ménagère, la pièce représentant le mieux l'esprit du "must to have" en cours à la cour d'Angleterre et ailleurs de par le vaste monde.
Or donc, certains impudents osent par ailleurs soumettre l'idée que l'on pourrait, faute d'écumoire, faire usage d'une louche préalablement percée de trous. C'est sacrilège. Une fois vandalisée, la louche ne pourra jamais plus avoir les honneurs d'une table honnête d'une bonne maison. La maîtresse de maison serait raillée et moquée et cela la conduirait certainement à nourrir une profonde et noire mélancolie à même de ne plus mettre autant de cœur à satisfaire son devoir conjugal. C'est ainsi que l'affront fait à la louche pourrait, j'ose l'affirmer aujourd'hui, conduire à une inversion de la courbe de la natalité et, ainsi, faire perdre à notre beau pays son statut envié de pays riche d'un peuple vigoureux. Que dieu nous protège de cela et apporte sa protection aux belles louches de notre pays.

Ustensile ménager affublé de strabisme XXe siècle

samedi 11 mars 2017

Preuve flagrante d'une mauvaise volonté caractérisée

Je rentre de la banlieue de Périgueux où j'étais pour affaire. Je rentre et n'ai pas envie de démarrer l'autre ordinateur pour choisir une illustration réservée au blog pour les cas où je ne trouve rien de bien affriolant à raconter. Curieusement, je préfère faire la vaisselle qui attend depuis avant-hier soir et me préparer quelque chose à manger pour ce soir. Ce sera un plat de pâtes avec une sorte de vilain ragoût d'agneau cuisiné il y a déjà plusieurs jours de cela.
Pourtant, en revenant et en passant par les petites routes que je préfère souvent aux grandes artères, je me suis arrêté pour faire une photo qui arrivera un jour prochain sur le blog. Là où j'étais, j'ai également déclenché pour quelques images qui promettent d'être bien intéressantes. Il n'est pas sûr qu'elles soient un jour sur le blog, il faut que j'y réfléchisse.
J'étais à côté de Périgueux pour une histoire de site Internet réalisé il y a plusieurs années de cela. La société qui s'est chargé de construire et maintenir ce site a, à mon sens, mal agi. C'est à dire que, déjà, le site n'est pas très joli. Cela est une question de goût, je le concède. Là où je vois un gros problème, c'est que cette société s'est fait payer durant plusieurs années au nom d'une prétendue maintenance alors que, visiblement, rien n'a jamais été fait depuis plus de cinq ans. En quelques mots pesés, on peut dire que mon possible futur client s'est fait avoir.
Il est un peu en colère, ce futur possible client. Ce n'est jamais agréable d'avoir le sentiment d'avoir été pris pour ce dindon de la farce dont on cause. Et d'autant moins que l'on pense avoir été dupé par une personne qui avait toutes les apparences de l'ami fidèle. Moi, je ne savais pas grand chose de tout cela. On me demande une sorte d'analyse et je la fais. Je note quelques problèmes, fais quelques propositions. Mais la société conceptrice du site refuse pour le moment de livrer les codes permettant l'accès à l'interface de gestion du site et à celle de l'hébergeur. On en est un peu là pour le moment. Une possibilité d'avoir à travailler sur un projet intéressant et un prestataire qui y met de la mauvaise volonté. Ce qui prouve que je ne suis pas le seul au monde à pouvoir faire preuve de mauvaise volonté.

vendredi 10 mars 2017

Société Secrète des Adorateurs de la Bière

Aujourd'hui est un grand jour parce que naît la Société Secrète des Adorateurs de la Bière, société tellement secrète que nul ne saura jamais comment la rejoindre ou la contacter. Absente sur la toile du ouèbe du n'internette, muette dans la vie de tous les jours, cette société secrète des réunions qui le sont tout autant à des dates inconnues en des lieux tenus secrets. Lors de la grande réunion annuelle, ses membres se recueillent anonymement et individuellement en un endroit qui leur est propre. Ce peut-être depuis sa cuisine, le bistro du coin, un square ou la grande salle des antiquités égyptiennes du musée de Périgueux. A l'heure dite ou un peu avant ou un peu après, à quelques jours près, chacun boit une ou deux bières en parfaite communion avec l'ensemble des membres dispersés à travers le monde et cela jusqu'en Belgique. Cette société est tellement secrète que je ne peux pas vous dire que j'en suis membre et d'ailleurs, ce n'est pas le cas du tout.
Et maintenant, je vais travailler un peu.

Bières à boire


All You Need is Beer

Pour que plus jamais on prétende qu'importe le flacon

jeudi 9 mars 2017

Un choix cornélien

Liste des personnes ayant recueilli des parrainages pour pouvoir être présentes aux élections présidentielles 2017. Certaines ne se présentent pas.


  • ALLIOT-MARIE Michèle
  • ARTHAUD Nathalie
  • ASSELINEAU François
  • BAROIN François
  • CHEMINADE Jacques
  • DELAFON Olivier
  • DUPONT-AIGNAN Nicolas
  • FAUDOT Bastien
  • FESSARD DE FOUCAULT Bertrand
  • FILLON François
  • GORGES Jean-Pierre
  • GUAINO Henri
  • GUYOT Stéphane
  • HAMON Benoît
  • JADOT Yannick
  • JARDIN Alexandre
  • JUPPE Alain
  • LARROUTUROU Pierre
  • LASSALLE Jean
  • LE PEN Marine
  • MACRON Emmanuel
  • MARCHANDISE Charlotte
  • MARTINEZ Jean-Claude
  • MELENCHON Jean-Luc
  • MIGUET Nicolas
  • MUMBACH Paul
  • NIKONOFF Jacques
  • POUTOU Philippe
  • REGIS Olivier
  • TAUZIN Didier
  • TEMARU Oscar
  • TONIUTTI Emmanuel
  • TRAMBOUZE Bernard
  • TROADEC Christian
  • VERNIER Michel
  • WAECHTER Antoine
  • YADE Rama



Choix

mercredi 8 mars 2017

Brillante déduction

Un médecin qui sait ce qu'il dit

mardi 7 mars 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — 28

Feuiileton collaboratif du mardi

lundi 6 mars 2017

Les belles routes de France

Rallye Touristique

dimanche 5 mars 2017

Fillon, un hommage posthume

La mort d'un héros assassiné par un canard

samedi 4 mars 2017

Plan B from outer space

Un scenario incroyable

vendredi 3 mars 2017

Plan B comme Bordel

A ce qu'il se dit, Juppé se préparerait. Apparemment, il serait finalement disposé à endosser le rôle ingrat du plan B. Comme qui dirait, il serait prêt à faire don de sa personne à la France. C'est de l'abnégation ou je ne m'y connais pas.
D'un autre côté, Fillon, lui, il tient à son statut de plan A. Et je le comprends, Fillon. Ce ne doit pas être simple d'abandonner si près de la ligne d'arrivée. Au mieux, il était en troisième position dans les pronostics de la primaire de la droite. A force de pugnacité et de "Vous imaginez le Général de Gaulle...", il a battu Sarkozy et Juppé et tous les autres. Il pouvait sourire de tous ses sourcils, le Sarthois ! L'Elysée était à portée de vue et il allait pouvoir foutre du libéralisme forcené partout. Il exultait et il y avait de quoi. Belle revanche pour un ex-premier ministre qui était qualifié de "collaborateur" par Sarkozy. Se retrouver à la tête du pouvoir pour un homme plein d'ambition qui doit rêver à ça depuis des décennies et être près de se casser la gueule en pleine course à cause d'un canard, c'est rageant. Du coup, il est assez colère, le Fillon. Il n'admet pas. Il refuse. Il ne se retirera pas.
Par contre, ceux qui se retirent, ce sont ses soutiens qui devinent un futur moins lumineux que promis et qui espèrent ne pas tout perdre en soutenant le plan B Juppé. C'est un peu désespéré, il faut le reconnaître. Et d'un autre côté, comment continuer à soutenir Fillon maintenant qu'il s'enfonce lui-même un peu plus chaque jour ?
Il n'aurait pas raconté que le Canard enchaîné avait menti, il n'aurait pas dit que ce journal palmé agissait sous les ordres de la gauche, il n'aurait pas persisté à dire que Pénélope avait bien travaillé (et dur et fort et sans compter les heures), il n'aurait pas dit qu'il se retirerait s'il était mis en examen, il n'aurait pas dit encore que tout cela était piloté par l'Elysée... Il n'aurait pas accusé les juges d'êtres partiaux, il n'aurait pas appelé à une manifestation contre ces juges au Trocadéro ce dimanche, bon, peut-être était-ce encore jouable mais maintenant, ça promet d'être un peu difficile.
Le plus intéressant, c'est que Fillon se montre sous son vrai visage. C'est un fou. Franchement, ça fait peur de l'imaginer président de la République. On voit que c'est ce genre de personne capable de n'importe quoi juste histoire de ne pas reconnaître avoir perdu. Du genre à déclencher une guerre thermo-nucléaire juste parce qu'un chef d'état lui aurait mal parlé ou aurait refusé un pot de rillettes confectionnées par Pénélope. On le voit colérique, butté, borné, revanchard, menteur, prompt à se dédire. Une sorte de Trump à la française, en quelque sorte.
Heureusement — ou pas — pour lui, il a encore des soutiens indéfectibles. Nadine Morano par exemple. Par contre, même Christine Boutin demande à Fillon d'arrêter ! C'est donc que les choses vont mal chez les Laids Républicains. Et il doit être difficile de soutenir Fillon, de trouver les bons arguments, les bons mots. Pour certains, Fillon doit maintenir sa candidature par respect pour les électeurs des primaires. Pour d'autres, il doit continuer juste parce que c'est lui qui a le meilleur programmes. Pour d'autres encore, il doit aller au bout parce qu'il ne faut pas faiblir face aux attaques dégueulasses de la presse, de la gauche, des juges. C'est maladroit, c'est désespéré, c'est du perdant-perdant.
Je ne sais pas vraiment ce qu'aurait dû faire Fillon pour éviter cette chute catastrophique. Son tort a sans doute été de se présenter lors des primaires comme le candidat propre sans casserole. Evidemment, ça donne envie de gratter un peu, d'aller y voir de plus près. On ne sait pas pour le moment si Pénélope a travaillé ou pas. Par contre, on sait qu'elle a été bien payée. Plus que ce que gagnent les attachés parlementaires habituellement. On peut dire que c'est une peccadille et que ça ne mérite pas un assassinat politique. On peut aussi, au contraire, considérer cela comme suffisamment grave et représentatif du personnage pour justifier la mise à mort. Parce qu'enfin, un type qui vous bassine sur les économies à faire, qui promets aux plus pauvres encore plus de difficultés, qui propose la suppression de centaines de milliers d'emplois chez les fonctionnaires, qui prétend qu'il est nécessaire d'arrêter de gaspiller l'argent de l'état ne peut pas, dans le même temps, rétribuer si grassement ses proches, femme et enfants en premiers. Avant le problème de droit, avant la question d'emplois fictifs, c'est d'honnêteté dont il est question. Honnêteté et parole tenue sont, c'est clair aujourd'hui, des notions étrangères à M. Fillon.
Bien entendu, s'il se maintient malgré tout il y aura tout un tas d'électeurs de droite qui le suivront et il est même possible qu'il parvienne à faire mieux que les candidats de gauche. Mentir, voler, arnaquer, ce sont bien les valeurs qui conviennent aux gens qui pensent à droite. Pour eux, la réussite personnelle passe avant tout, il n'y a pas de place pour la morale. Ils parlent de mérite, il prétendent qu'ils doivent leur réussite au travail mais en réalité, ils la doivent à l'écrasement des autres. Tous les moyens sont bons pour "réussir". Réussir quoi ? Je ne sais pas.

Un soutien à Fillon très perfectible dans la forme

jeudi 2 mars 2017

Moins grave qu'un assassinat politique

On m'a encore demandé de réaliser une illustration vectorielle d'une automobile. La photo qui m'a été communiqué est de mauvaise qualité et d'une taille ridicule. J'ai fait ce que j'ai pu en tentant de trouver d'autres images sur Internet. Le fait est que si le résultat n'est pas terrible il me permet néanmoins de proposer quelque chose sur le blog aujourd'hui encore.

bagnole à la con

mercredi 1 mars 2017

Ce n'est pas très clair

Récapitulons. Si je comprends bien ce qui est en train de se passer, il est très clair que le Parti Socialiste n'est absolument plus à gauche. Du côté de la rue de Solférino on écarte plus d'aborder le sujet du ralliement à Emmanuel Macron qui, c'est lui qui le dit, n'est ni à gauche ni à droite. Donc, pas à gauche, bien au contraire !
On aurait dû se méfier, c'est vrai, avec les propos tenus par Manuel Valls. Il ne cachait pas, lorsqu'il était au gouvernement et avant lors des primaires de la gauche de 2012, sa vision très libérale du monde tel qu'il devrait être. Mais, candide comme je le suis, je me disais que le PS allait suivre son candidat élu bon gré mal gré. Ça aurait fait, au moins, bon joueur. Il ne semble pas que l'on se dirige vers cette option et tout donne à penser qu'un bon nombre de membres du PS va rejoindre Macron et son mouvement "en marche".
Au point où l'on en est, je me demande si Hamon ne devrait pas abandonner pour rejoindre Mélenchon. C'est certainement une décision difficile à prendre mais, par honnêteté, si Hamon est si à gauche qu'il semble le laisser penser, il ne doit pas rester dans cette pétaudière qu'est le PS. Et puisqu'il est hors de question que Mélenchon abandonne, il n'y a guère d'autre solution pour regrouper la gauche.
Les voix de Mélenchon, de Hamon et de Jadot ne permettront sans doute pas à la gauche de gagner les élections présidentielles mais au moins ils auront essayé. De toutes les façons, on peut considérer le PS en état de mort cérébrale et c'est bien fait pour sa gueule et je ne déposerai pas de couronne sur sa tombe. C'est comme ça, chaque chose a une vie et une mort. Le PS peut mourir sans mettre en péril les idées du Socialisme. D'ailleurs, le PS ne les porte plus, ces idées.
Pour les prochaines élections, je suis dans l'expectative. D'un côté, il y a ce vociférant Mélenchon qui continue à m'agacer avec ses propos trop taillés à la hache, de l'autre il y a ce Hamon que je ne connais pas, qui est moins habile que Mélenchon, mais qui tient des propos qui ne sont pas dénués d'intérêt. Je n'ai pas d'autre candidat en vue et il faudra bien choisir à un moment ou à un autre. Déjà, j'ai abandonné l'idée du vote blanc ou de l'abstention. Ce sera l'un de ces deux là. Du moins pour le premier tour parce que pour le deuxième tour (s'il y en a un)...
On sait désormais qu'il est urgent de ne pas écouter les organismes de sondage. Ils se trompent, ils ne savent plus mesurer le peuple. Ce n'est pas de leur faute mais il faut bien en tenir compte. Enfin bon. Pour le moment, les pronostics sont pour un match entre l'extrême-droite de la Peine et le n'importe quoi libéral de Macron. Et là, par contre, c'est abstention ou vote blanc. L'intérêt de l'abstention, c'est bien que l'on ne pourra pas alors me suspecter d'avoir voter pour l'un ou l'autre.


Hier soir, je me suis amusé à cuisiner dans la cheminée. Pourquoi ? Parce que j'avais allumé un feu ! J'ai commencé à faire cuire des haricots lingots à l'eau sur la cuisinière et après je suis passé à la cheminée et à la cocotte en fonte. Des oignons, de l'ail, une carotte, du sel et du poivre, un peu de piment aussi, un talon de jambon cru et du lard fumé en plus d'une boîte de tomates au jus. C'est parti pour deux ou trois heures de cuisson tranquille. Ça ne peut pas être mauvais

Ça mijote

Haut de page