décembre 2015 (34)

jeudi 31 décembre 2015

Nouvelle carte

Motocyclette New Year

Tabagerie

mercredi 30 décembre 2015

Une brocante quelque part

Je fais du ménage sur mon disque dur, je vire les photos qui ne servent à rien, principalement. Celle d'aujourd'hui aura sa place sur le blog avant d'en avoir une autre dans la corbeille. Elle a été faite il n'y a pas si longtemps dans une brocante, quelque part en France.

Brocante

mardi 29 décembre 2015

Pensons à monétiser les Goyons

Monet Goyon à Groléjac

lundi 28 décembre 2015

She's got the jack, jack, jack, jack, jack, jack, jack

Du coup, je vais mettre un peu de AC/DC dans la platine pour fêter l'événement, moi. L'affaire débute il y a longtemps. Un bout de la prise d'un casque audio cassée dans un ordinateur portable. On me demande si je peux l'extraire. Premier souci, je n'ai pas le bon outil pour démonter la machine. J'en achète un. Deuxième souci, on a tenté d'extraire le bout de la prise avec une allumette et de la colle. Le bout cassé est resté en place et à présent, il est bien collé contre les bords de la prise. J'essaie plein de trucs, je ne veux pas tout casser. A un moment, je baisse les bras et je pense qu'il va falloir trouver une nouvelle carte, celle qui supporte le port USB, le connecteur d'alimentation et le port audio. Je finis par trouver le bon sur Internet, aux Etats-Unis.
Et là, bon, je me dis que, maintenant que la pièce est trouvée, je peux tenter le tout pour le tout. J'ai usé d'une technique horrible mais ça a fonctionné. Il ne me reste plus qu'à remonter la machine !

Prise jack cassée dans un MacBook Air

dimanche 27 décembre 2015

Hiver fleuri, printemps pourri

Les végétaux sont un peu cons. Pour preuve, les arbres qui bourgeonnent, les fleurs qui éclosent, l'herbe qui perce. Il faudrait leur payer un bon calendrier, les rappeler à l'ordre, leur expliquer que ce n'est pas du tout le bon moment. Ils feront moins les malins, tous ces imbéciles, une fois qu'un bon coup de gel va venir réfréner leurs ardeurs qui ne sont pas de saison !
D'ici quelques jours, on pourra voir fleurir les iris et je ne me souviens pas avoir déjà vu cela. Alors, bien sûr, on va entendre dire que tout cela est à mettre sur le compte de l'activité humaine et des gaz à effet de serre qu'il contribue largement à produire et relâcher dans l'atmosphère. On peut aussi se rassurer en affirmant que ce n'est rien d'autre qu'une péripétie accidentelle due à rien d'humain. Je n'ai ni les compétences ni l'autorité pour dire ce qu'il en est. En attendant, ces températures douces que l'on enregistre dans le sud-ouest de la France depuis quelques semaines me fait font faire des économies de fuel domestique et de bois de chauffage.

Décembre en fleur, printemps en pleurs

samedi 26 décembre 2015

Champignon de lumière

champignon de La Rochère

vendredi 25 décembre 2015

Le retour du rouleau de papier avant que je le range dans une boîte

Rouleau de papier

Des lumières dans Périgueux

Il y a quelques jours, je suis passé par Périgueux. Parce que j'avais un appareil photo et du temps, je me suis dit que je pourrais faire quelques images des illuminations de la vieille ville. Cela fait quelques années que je ne m'étais pas prêté à l'exercice.
J'ai été déçu.Sauf si, bien entendu, ma mémoire me fait défaut, il m'a semblé que l'on avait fait plus d'effort par le passé. J'ai eu de la peine à trouver un sujet à photographier, pour tout dire. Après avoir arpenté presque toutes les rues de la vieille ville, je me suis rabattu sur un bout de la rue Limogeanne et sur la cathédrale.
Peut-être les idées écologiques, les restrictions de budget, les récents attentats, le plan vigipirate et l'état d'urgence ont-ils conduits à revoir ces illuminations à la baisse ? Dans le fond, ce n'est pas grave du tout. Mieux, je serais d'accord pour que l'on arrête de distribuer ces horreurs lumineuses dans les villes et villages. Non parce que franchement, c'est tout de même fort laid, toutes ces guirlandes électriques qui représentent des trucs bidons, non ?
J'ai parcouru les allées tendues de rouge du marché de Noël et de la patinoire dressés sur la place Bugeaud et j'ai hésité à faire une photo. Je ne l'ai pas faite. Peut-être simplement le cœur n'y était pas.

Cathédrale Saint-Front

Rue Limogeanne - Périgueux

jeudi 24 décembre 2015

Ce qu'il y a de chiant, dans les bois, c'est les arbres

Hier, histoire de bien marquer notre attachement à l'idéologie écologiste, mon frère et moi nous sommes allés nous promener avec un beau 4x4 qui consomme facilement ses 17 litres d'essence aux cent kilomètres dans un bois voisin. Alors que nous avions bien progressé, que nous avions franchi la "mare de la mort", que nous avions sans aucun doute écrasé tout un tas d'insectes, que nous avions perturbé le calme de ce lieu de nature, de calme et de verdure, nous nous retrouvâmes face à des arbres qui nous interdisaient d'aller plus loin.
Allions-nous nous résoudre à rebrousser chemin ? Que nenni ! C'est que nous sommes prévoyants. Nous avions pris avec nous une belle tronçonneuse, les réservoirs plein de mélange et d'huile de chaîne. En une petite cinquantaine de minutes, la route était libérée, les arbres découpés en tronçons d'un mètre, rangés sur le bas-côté, dans l'attente que l'on revienne les chercher, que l'on les fende et qu'ils finissent dans la cheminée.
Nous avons remis la tronçonneuse dans la caisse du Land Rover, nous avons démarré et nous avons poursuivi notre promenade.

Là, on ne va pas pouvoir passer

Quelques coups de tronçonneuse après

Quelle déchéance

Déchéance de nationalité

decheance-nationalite_1.jpg

Pour Noël, faut avoir les boules

Blue of London

mercredi 23 décembre 2015

Rouleau déroulé

papier

mardi 22 décembre 2015

Vieilleries bédéesques

Le hasard, c'est tout de même un drôle de truc. J'en ai eu la preuve une fois de plus pas plus tard que tout à l'heure. Il y a quelques jours de cela, mon plus jeune frère m'amène quelques albums de bandessinée que je n'ai pas lus depuis bien longtemps. Ce matin, je décide après un long temps de réflexion d'aller les poser sur la pile des BD, revues et bouquins à lire. Je ne sais pas comment je me débrouille mais voilà que la pile s'écroule, rompant la belle architecture toute faite d'une savante maîtrise de l'équilibre appliquée aux objets du quotidien dont je me suis fait un expert réputé. Pestant et rageant, j'entreprends la reconstitution de ce bel ordonnancement pour redresser la situation et la pile qui doit atteindre le mètre. En attrapant les bouquins, revues et albums, je trouve deux vieux albums, l'un des Aventures d'Astérix le Gaulois et l'autre des Aventures de Tintin et Milou. Là, quelque chose s'allume dans mon cerveau. Une idée ! Le cerveau me raconte qu'il y a un rapprochement à faire entre toutes ces vieilles BD.
Comme on peut le voir sur la photo qui illustre ce billet, ces BD ne sont pas neuves et elles montrent des signes de fatigue indiquant qu'elles ont été lues et relues. D'un côté, nous avons deux albums qui sont des best sellers indiscutables et de l'autre deux albums à la diffusion plus confidentielle. Pour l'album de Jacques Devos, j'ai déjà dit par ailleurs ce que j'en pense. Pour l'album de Georges Grammat, c'est différent. Si mes souvenirs ne me jouent pas de tours, il me semble que c'est moi qui aurais pu l'acheter sur un marché à Conflans-Sainte-Honorine. Je n'en suis pas certain à cent pour cent mais j'ai un souvenir de ce genre. J'aurais acheté deux albums, celui-ci et un de Derib, Les Ahlalàààs. Et pour tout vous dire, l'album de Grammat est parfaitement génial. Je me réjouis déjà de le relire bientôt.
Mais alors, pourquoi certains auteurs ne parviennent pas à percer quand d'autres cartonnent ? En général, il me semble qu'il y a une forme de "justice". Souvent, quoi qu'on en dise, le public est bon juge et ce sont les meilleurs qui restent. Cela n'empêche pas les accidents avec des "bons" qui ne sont pas reconnus et des "mauvais" qui réussissent. Je pense tout de même que le talent et l'intelligence sont récompensés. Que ce soit le couple Goscinny-Uderzo ou que ce soit Hergé, on ne peut pas, selon moi, leur dénier un réel quasi génie. Les albums d'Astérix ou de Tintin conservent aujourd'hui tout leur intérêt et je suppose que les enfants d'aujourd'hui se plongent avec le même appétit dans ces aventures que ceux d'hier.

Bédés

lundi 21 décembre 2015

Pas de fêtes sans embûches

Bûche de Noël

dimanche 20 décembre 2015

Quand ça veut pas, faut pas trop s'enferrer dans l'échec, il faut savoir baisser les bras avec éloquence et se le tenir pour dit, je dis, des fois, quand vraiment, définitivement, ça veut pas

Je ne vais pas vous raconter que j'ai essayé toute la journée. Ce serait un mensonge. Tout de même, j'ai essayé. Comme hier, comme avant hier. J'ai même tenter de changer d'outil en me disant bêtement que le fidèle Pentel utilisé depuis le début des années 80, ce Pentel toujours fidèle au poste qui a bouffé des kilomètres de mine de crayon, ce brave Pentel, donc, puisque c'est de lui dont je parle, aurait pu être le responsable de cette panne. Bien sûr que non ! Il n'y est pour rien et son remplaçant n'a pas été plus efficace.
C'est marrant ces pannes. Elles arrivent sans prévenir. Je vous fais une série de dessins et tout va bien jusqu'au matin suivant où j'ai l'impression d'avoir la tête vide et la main inapte à tracer quoi que ce soit digne d'un peu d'intérêt. Dans ce cas, je ne le sais que trop, il ne faut pas insister trop. Juste un peu histoire d'avoir la conscience en paix mais pas plus. Il faut poser le crayon, jeter le papier au feu et passer à autre chose.
Lorsque j'ai de la chance, je me rabats sur la photo. En ce moment, je n'ai pas trop l'envie d'aller faire des photos en extérieur. C'est bête parce qu'il y a de bien belles images à disposition. Samedi matin, hier pour être précis, entre 9 heures et 10 heures, il y avait une bien belle brume dans la vallée avec juste la cime des arbres qui perçaient dans la purée de pois. Ah les belles photos que ça aurait donné ! J'ai été bête. Je me suis dit que ça pouvait attendre, que la brume serait toujours là après 10 heures. Je t'en fous, oui ! Elle était partie quand j'ai daigné m'intéresser à elle, la bougresse. Volatilisée, la brume matinale. Plus la moindre trace, plus rien, évaporée, la vaporeuse brume. J'en aurais mangé mon béret si j'en avais porté un. Il y a des jours comme ceux là où on comprend combien la photo est faite pour saisir l'instant. Ce n'est pas comme la photo en studio où vous pouvez prendre votre temps, déplacer les éléments. Allez essayer de déplacer une brume matinale dans un autre paysage, vous ! Pas possible. Rien à faire. Elle n'est pas du genre à se laisser embarquer dans un grand sac et à aller enjoliver un autre lieu. Ça ne marche pas comme ça. Elle veut décider de où et quand on la trouvera.
Et donc, pas de brume et pas de dessin. Alors, une photo du coupable, un bête porte-mine de chez Mitsubishi avec des mines de 0,7mm. Ça ne vaut pas le Pentel, je vous le dis pour le cas où vous voudriez vous équiper d'un ustensile de la sorte. Si j'en avais un à conseiller, ce serait le Pentel P205. C'est un outil fiable, bien équilibré, pas trop lourd, fin juste comme il le faut, pas regardant question entretien, pas fragile. Une merveille. Et si vous en trouvez un des toutes premières séries, de celles des années 70 ou du début des années 80, sautez dessus. Vous ne serez pas déçu.

Outil de malheur

samedi 19 décembre 2015

Je ne sais où

Puisque le dessin ne vient pas et que je n'ai pas d'idée de billet, je recycle. Des fouilles entreprises dans le stock de diapositives, j'en extirpe une qui m'interroge. C'est un paysage avec son village et son cours d'eau. Je ne suis pas certain que la photo soit de moi. D'abord, j'ai pensé à une photo de Condat-sur-Vézère mais après étude plus attentive, je n'en suis plus du tout certain. Je ne doute pas que ce soit un village du Périgord et je pense même que l'on aperçoit ce qui pourrait bien être la Vézère. Alors quel village ?

Village mystère
L'image semble avoir été saisie depuis un point élevé. C'est aussi ce qui m'a fait penser à Condat-sur-Vézère et à la vue que l'on peut avoir sur ce village depuis la roche Chapelane. Des clochers-murs, ce n'est pas ce qui manque en Périgord. J'ai aussi pensé à Saint-Léon-sur-Vézère mais je doute vraiment que ce soit cela. Du coup, je n'ai pas d'idée.

vendredi 18 décembre 2015

La photo argentique n'est pas ridicule

Ce matin, j'ai cherché une photo dans mes archives. J'ai été amené à regarder tout un tas de diapositives anciennes et j'en ai profité pour numériser certaines d'entre-elles. De celles-ci, j'en ai sélectionné une pour le billet d'aujourd'hui.

Le Zenit ne s'en sort pas si mal
Que dire à propos de cette photo ? Je me souviens bien du jour où je l'ai faite. Je sais qu'elle a été prise avec le Zenit E et, probablement, avec le 58mm Helios. Elle est d'une facture bien trop classique à mes yeux, aujourd'hui. A l'époque, nous sommes en 1987, je devais être content d'avoir obtenu une image correctement exposée et plutôt nette. C'est que ce n'était pas là chose gagnée à tous coups !
J'ai bien aimé ce Zenit et je me souviens parfaitement du jour où j'en ai fait l'acquisition. Je considère aujourd'hui qu'il a été mon appareil de formation. J'ai raté une quantité non négligeable de photos avec lui, j'ai aussi beaucoup appris.
Je n'ai pas cassé le cache de la diapositive pour voir quelle pellicule avait été utilisée. J'essaierai de trouver une photo ratée de la même série pour en avoir le cœur net. Ce qui m'a surpris, tout de même, c'est la qualité tout à fait honorable de l'image et de sa bonne tenue dans le temps. Presque trente ans après, l'image est bien là et est tout à fait exploitable. Pour l'étape de la numérisation, j'ai juste corrigé très légèrement la balance des gris et la luminosité. Je n'ai pas forcé sur la correction de la netteté par la suite.
Comme à chaque fois, cette plongée dans les archives argentiques me donne l'envie de me remettre à la vraie photo. Comme à chaque fois, je vais sans doute me dégonfler. C'est que le numérique permet tant de souplesse et de facilité, aussi ! Ce qui est dommage, c'est que j'ai quelques bons boîtiers qui sommeillent. Je pourrais les utiliser un peu. Je vais y réfléchir.

Et sinon, je vous propose un petit jeu. Qui trouvera où cette image a été réalisée ?

jeudi 17 décembre 2015

Le pire billet qu'aura jamais connu ce blog

Aujourd'hui, ne reculant pas devant l'attrait pervers du mauvais goût, j'ai fait une photo d'un écran de PC. J'ai eu peur que le capteur de mon appareil photo rende l'âme, j'ai eu peur que mon Mac en perde ses boulons mais non, l'un et l'autre se sont contenté d'éclater de rire.

copie d'écran

mercredi 16 décembre 2015

Charente-Poitou, tradition du goût

Bercloux, whisky de Charente-Maritime

mardi 15 décembre 2015

Celle-ci, je la remets dans Mc Culloch

C'est une tronçonneuse un peu ancienne. Elle date du début des années 60. De 1963 ou 1964 d'après ce que j'ai pu trouver à son sujet. Elle aurait un moteur de 80cc développant la bagatelle de 9 chevaux. Ce n'est pas rien. Elle est lourde si on se prend à la comparer aux standards actuels. Aucune protection ou frein de chaîne ne viennent assurer le minimum acceptable en terme de sécurité. Peu de matière plastique, beaucoup de métal. Elle appartient au père d'un copain, je n'ai pas cherché à la faire démarrer. Ce pourrait être amusant. Il faudrait comprendre la technique et je n'ai pas de mode d'emploi.

Mc Culloch

lundi 14 décembre 2015

Pour massacrer à la japonaise

Made in Japan

dimanche 13 décembre 2015

Deuxième tour à Azerat

  • Inscrits : 324
  • Votants : 220
  • Blancs : 9
  • Nuls : 3
  • UG - Rousset : 77 voix - 37,01%
  • UD - Calmels : 80 voix - 38,46%
  • FN - Colombier : 51 voix - 24,51%

samedi 12 décembre 2015

Se soulager en glissant un étron brun marine dans l'urne

Aux chiottes le front !

vendredi 11 décembre 2015

Soyez chic et soyez bien habillé pour l'hiver

T-shirts

jeudi 10 décembre 2015

Poids lourd encore

Petit appétit

mercredi 9 décembre 2015

Un poids lourd

camion polluant la campagne

mardi 8 décembre 2015

Steve Pops

Ce n'est peut-être pas l'auteur le plus connu mais il a marqué mon enfance. Quelque part aux tout débuts des années 70, mon grand-frère fait entrer un album de Jacques Devos dans la maison. Il s'agit de "Steve Pops contre Dr Yes". Je suis alors très jeune et je ne saisis pas toutes les allusions aux films de James Bond qui émaillent le récit. Pour autant, je me délecte de cette histoire à un tel point que je la lis et la relis jusqu'à la connaître par cœur.
Il faut attendre le début des années 2000 pour que mon grand-frère trouve le deuxième album de Steve Pops, "Opération Eclair". A mon avis, il est nettement moins bon. Je le lis et il me donne l'envie de relire le premier. L'affaire semble vouloir s'arrêter là. A la fin de ce deuxième album existe bien la promesse d'un troisième mais il semble n'avoir jamais été édité.
En cherchant sur Internet, on finit par apprendre l'histoire de ce troisième album. Jacques Devos l'aurait livré aux éditions Casterman et là, il se serait perdu. Perdu ou volé ? On ne le sait pas. Toujours est-il qu'il a disparu. L'histoire prétend que l'auteur en serait devenu dépressif. On peut le comprendre.
Et puis, en 2015, l'affaire des planches disparues rebondit. Jean-Jacques Devos, le fils de l'auteur, est contacté par courrier électronique. On lui apprend qu'une des planches disparues vient de faire son apparition sur Internet. Ce sont Anne et Gilles Doumerc qui vont jouer un rôle majeur dans cette affaire rocambolesque. Ils vont écumer les ventes publiques, remettre la main sur les planches, créer une police de caractères, scanner les planches manquantes depuis les copies existantes et surtout remonter l'album !
L'éditeur "le coffre à BD" est contacté pour une édition de cet album auquel se joindra les deux premiers ainsi que l'ultime, le quatrième, auquel Jacques Devos avait travaillé. Si le troisième, celui qui avait été perdu est édité encré mais en noir et blanc, le dernier est à l'état de crayonné et d'esquisses.
Que penser de ces deux derniers albums ? Nous ne sommes certainement pas en présence du meilleur de la bande dessinée. Les histoires ne visent pas l'excellence et n'égalent jamais celle du premier album qui reste le meilleur. Cependant, il est très intéressant et fort instructif de lire le dernier album en cela qu'il permet un peu de voir comment un dessinateur monte ses planches avant de passer au dessin définitif. J'ai compris certaines choses. Il n'est pas dit que cela me permettra de devenir bédéiste mais je pense avoir progressé dans la compréhension de la construction d'une histoire et du placement des dessins.

Jacques Devos - Steve Pops

lundi 7 décembre 2015

Il y a comme une âcre odeur de merde qui plane sur le village

Résultats du premier tour des élections régionales 2015 à Azerat

  • Inscrits : 324
  • Abstentions : 128
  • Votants : 196
  • Nuls : 8
  • Blancs : 10
  • Exprimés : 178
  • FN : 56 - 31,46%
  • UD : 52 - 29,21%
  • UG : 43 - 24,16%
  • FG : 8 - 4,49%
  • DLF : 7 - 3,93%
  • FE : 5 - 2,81%
  • VEC : 5 - 2,81%
  • ND : 2 - 1,12%
  • UPR : 0 - 0%
  • LO : 0 - 0%

Hier, lorsque je suis allé voter, il y avait un attroupement de personnes en bas du bourg, presque au niveau de l'ancienne route nationale. Je me suis dit que c'était assez inhabituel pour que ça signifie quelque chose. Ces personnes semblaient parler entre-elles avec animation et je me suis dit que, peut-être, ces personnes étaient des électeurs du Front National. Il est possible que je ne me sois pas trompé. A Azerat, quelqu'un a écrit sur son fourgon son attente impérieuse de l'arrivée de Marine la Peine au pouvoir et son espoir de voir l'UMPS débarrasser le plancher. A Azerat, je connais quelques électeurs du Front National. Parmi ces personnes, il y en a que j'ai bien connues. A Azerat, nous ne sommes pas loin d'un tiers de votants à avoir glissé le bulletin du Front National dans l'urne. Je trouve cela inquiétant.
Je ne suis pas en mesure d'analyser ces faits. On peut imaginer que l'on vote F-Haine parce que l'on est en colère. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons, peu importe. Je sais que l'un des électeurs probable expliquait son choix par le fait que sa fille ne parvenait pas à trouver de travail, qu'il était submergé par les taxes et impôts de tous genres, que le carburant était trop cher et, accessoirement, que les Arabes avaient des logements facilement, qu'ils touchaient des allocations familiales pléthoriques et tout l'attirail d'arguments haineux à l'encontre d'une part mal définie de la population française. Ce n'est même plus du racisme ou de la xénophobie, c'est juste de la haine parce que c'est nécessaire de haïr quelqu'un pour lui faire porter toutes les responsabilités de son malheur ressenti. C'est pratique et facile.
Le désarroi et le désespoir peut sans doute expliquer le vote F-Haine. Je suis presque prêt à comprendre que l'on veuille dire aux partis politiques "conventionnels" que l'on ne leur donnera plus jamais sa voix. Je veux bien comprendre que l'on regrette une époque idéalisée que l'on imagine plus douce, plus facile. On peut ainsi souhaiter en revenir aux trente glorieuses, à la vie facile, à la vie insouciante, à le vie douce faite de vraies valeurs. J'ai une grande méfiance à l'endroit des personnes qui pensent que c'était mieux avant. Je ne les ai pas connus, ces temps d'avant. J'ai toujours vécu dans mon époque. Je ne suis pas nostalgique. Jamais. Je n'espère rien, je ne regrette rien. Je ne vote pas F-Haine non plus.
Ce que je ne peux pas comprendre, c'est l'espoir que l'on peut mettre entre les mains de ce parti politique. Qu'est-ce que l'on peut bien attendre ? J'ai souvent l'impression que c'est un refus de l'aujourd'hui et du demain qui guide ces électeurs. Je ne pense pas qu'il y ait tant de personnes au F-Haine qui rêvent vraiment d'instaurer une dictature fasciste. Dans ce que j'entends et qui semble revenir, il existe les demandes de revenir à une France "souveraine" qui se prend en mains en dehors de l'Europe et de la mondialisation. Il y a ce que l'on appelle le repli identitaire et le rêve d'une France peuplée de Français d'origine contrôlée.
Dans le même temps, on ne peut pas nier que tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. On sait qu'il y a du chômage, on sait que tout le monde n'est pas aussi riche qu'ils pourraient le souhaiter, on sait que l'on peut avoir un sentiment d'insécurité en regardant les journaux télévisés, en lisant les journaux, en écoutant la radio ou en s'informant par Internet. On sait aussi combien il peut être facile de se laisser embobiner par de fausses informations, combien on peut se laisser emporter par des propos délibérément dirigés. Crier avec les loups. Ce que l'on nous cache, c'est la vérité. Dans tout ça, on va mettre pèle-mêle l'argent des politiques, le train de vie de l'État, les théories du complot diverses et variées. Les récents attentats parisiens prouvent qu'il faut craindre les musulmans et qu'il faut lutter et que patati et patata.
Politiquement, je ne sais plus vraiment où j'en suis. Je veux bien prétendre que le salut viendra d'une vraie politique de gauche mais je n'y crois pas un instant. Je veux bien écouter les discours qui nous disent qu'il faut en finir avec le libéralisme et sortir du capitalisme et tendre vers le communisme. Le libertaire plutôt que le libéralisme. Oui, bien sûr. Je veux bien entendre tout cela mais j'ai du mal à ne pas tordre le nez lorsque ceux qui me balancent ces discours acceptent la mondialisation et le libéralisme lorsque cela les sert.
Récemment, sur France Inter, un reportage sur un "activiste vert" contraint à rester chez lui le temps de la COP 21. Il expliquait son engagement écologiste et alter-mondialiste. Il était presque convainquant jusqu'au moment où l'on a pu comprendre qu'il utilisait un téléphone portable, qu'il utilisait une cafetière espresso du genre de celle dont un acteur américain fait la pub à la télévision. Et là, pour moi, ça ne passe pas. Non. On ne peut pas être contre la mondialisation et utiliser ce genre d'appareils. Non c'est non.
Qu'est-ce que je suis prêt à faire pour la planète, pour l'écologie mais aussi pour les hommes qui vivent sur la planète, les animaux et les végétaux, l'écosystème de cette planète Terre, que je ne fais pas déjà ? Bien sûr que l'on peut rêver d'une vie construite autour de l'amour entre les gens et les animaux et les plantes et les volcans. On peut s'asseoir par terre et afficher un sourire béât de bonheur en fumant un pétard. Et youpi ! On peut aussi imaginer que l'on réussisse à vivre sans compétition, que l'on produise sans profit au plus juste des besoins. Une société mondiale sans jamais plus d'argent ou d'économie. On aurait assez d'intelligence et de prescience pour savoir exactement combien il faudrait faire pousser de céréales et produire de véhicules propres et d'énergie renouvelable et de produits pharmaceutiques et combien aussi il faudrait former de médecins et d'enseignants et de cultivateurs et d'écrivains et de chanteurs pour que tout le monde partout dans le monde vive heureux sans avoir froid et faim et soif le tout en pétant la forme et sans souffrir de la vieillesse ou de la maladie ou d'un lumbago. Une société dans laquelle on ne travaillerait (sans se fatiguer) qu'une ou deux heures par jour, dans laquelle on partagerait sa production de légumes (bio) avec ses voisins adorés, dans laquelle les fleurs seraient omniprésentes et dans laquelle l'entraide et la coopération seraient la norme.
Au moins, ce n'est la le F-Haine qui va nous donner des leçons de morale, qui va nous dire qu'il ne faut pas manger les petits animaux et ne pas prendre sa voiture et ne pas polluer et ne pas boire et ne pas fumer et ne pas dire de gros mots. Et j'en arrive à me demander si le succès de ce parti populiste n'est pas à chercher dans cette absence d'injonctions. Mieux que les promesses que l'on a apprit à ne plus croire, l'absence d'interdits ! Enfin du moins pour celles et ceux qui se pensent légitimes à habiter en France ! Malheur pour les autres. Mais les autres, ce sont les autres, non ? Ils ne sont pas comme nous. Ou pas assez comme nous et ça, c'est déjà trop. Être Français, ça se mérite, entend-on. Ouais ! Je mange du cochon, je bois du vin, je respecte les traditions et je suis catholique, je mérite d'être Français ! C'est facile, simple, pratique. En gros, tout ce qui ne va pas, c'est de la faute aux autres. La faute à l'Europe qui veut nous interdire de manger du fromage au lait cru, la faute à l'Europe qui ouvre les frontières aux étrangers, la faute aux Américains, la faute aux Japonais, aux Chinois, aux Arabes, aux Noirs, aux Juifs et aux Francs-Maçons et aux Roux, aux Drogués, aux Pas-comme-nous. Si l'on est dans la droite ligne de ce qui fait qu'un Français est Français, il est certain que le vote F-Haine s'impose par lui-même.
Je pense que le gros des électeurs du Front National est constitué de personnes bêtes. De sales gros cons. Des bons gros cons, parfois. Des personnes aux idées simples et aux aspirations simples. C'est difficile de lutter contre la simplicité. Qu'est-ce que vous voulez répondre à quelqu'un qui vous explique qu'il vote FN parce qu'il aime le fromage au lait cru, vous ? Ou à cet autre qui vous assure qu'il connaît un arabe qui a du travail alors que son rejeton n'en a pas ?
Putain de bordel ! Plus ça va et plus j'en arrive à penser qu'il faudrait éradiquer l'Homme de la surface de cette planète de merde. On efface tout et advienne que pourra. Merde, fait chier.

dimanche 6 décembre 2015

Il faut voter

Nouvelles "grandes" régions, premières élections. C'est aujourd'hui le premier tour des élections régionales 2015 parasitées par les appels à faire barrage contre le F-Haine et l'état d'urgence qui fait suite aux attentats de novembre. Lors des dernières élections régionales, la moitié des inscrits ne s'est pas déplacée. Alors, on nous engage à lutter contre la montée du F-Haine et on nous dit qu'il est hyper important d'aller voter. Je vais le faire. J'irai voter et, comme d'habitude, je voterai "à gauche". J'ai tenté de lire les professions de foi et j'ai abandonné. Pourtant, il y en a certaines que j'ai écarté tout de suite sans même chercher à comprendre ce que l'on nous proposait. Quelque part, ce n'est pas intelligent. Peut-être est-ce aussi le signe que je ne considère pas cette élection comme si importante que ça. Il faut reconnaître que la région n'est pas la structure la plus parlante pour le citoyen de base que je suis. Je n'ai pas réellement conscience de ses missions et de son champ d'action. Je sais vaguement qu'elle s'occupe des lycées, de la formation professionnelle et de trucs plus ou moins vagues. Je sais que jusque là la région Aquitaine est dirigée par un président PS. Je n'ai rien à lui reprocher, je ne le connais pas trop, je ne sais pas vraiment ce qu'il a fait, ce qu'il n'a pas fait, ce qu'il aurait dû faire et ne pas faire. Je pense que les électeurs qui vont venir rejoindre cette nouvelle région, les Limousins et les Poitevins, vont avoir encore moins d'avis sur la question.
Il semble que ce soit une évidence que le Poitou et le Limousin rejoignent l'Aquitaine. Apparemment, on ne s'est pas demandé si, des fois, ce ne serait pas l'Aquitaine qui rejoindrait le Poitou ou le Limousin. D'accord, l'Aquitaine a une superficie supérieure aux deux autres régions. Ce doit être la raison. Et quel nom pour cette nouvelle région ? On le saura une fois les élections passées. Peu importe, finalement. Il y a une idée qui m'amuse, pour le nom de cette région, c'est APOIL pour "Aquitaine POItou Limousin". Ce serait étonnant que ça soit retenu. Si je ne connais pas vraiment les rôles des régions, je ne comprends pas vraiment la nécessité de créer ces grandes régions. Je ne proteste pas contre la réunion de plusieurs régions. Je ne fais pas de "racisme" anti Limousins et Poitevins. Je ne dis pas que l'Aquitain est meilleur ou différent. J'ai entendu des voix se demander comment l'habitant de la Creuse pourra se sentir concerné par les décisions prises à Bordeaux. Bon. On peut se demander en quoi le Périgordin partage quelque chose avec le Biarrot. Clairement, la question ne se pose pas là. On va considérer que ces nouvelles régions vont permettre de faire des économies et qu'elles vont permettre une meilleure coordination entre les multiples départements. Mais alors, j'en arrive à me demander pourquoi on ne les supprime tout simplement pas, ces régions. Déjà que l'Aquitaine ne signifiait pas grand chose à mes yeux, cette nouvelle grande région me paraît parfaitement artificielle.
Et donc, là, maintenant, je vais aller voter. Ne comptez pas sur moi pour vous donner des consignes de vote. Bon, bien sûr, ne votez pas à droite ! Faut pas déconner non plus !

Vote utile

samedi 5 décembre 2015

AFKWX-352

Camion

vendredi 4 décembre 2015

La Peste et Dino sans fil

Communications

jeudi 3 décembre 2015

Le pinard, ça devrait être obligatoire

Un dessin qui était pourtant mal parti. Hier, alors que j'essayais d'en faire un autre et que je pataugeais péniblement, j'ai eu l'idée de prendre une nouvelle feuille de papier pour conjurer le sort funeste. Parfois, je fais comme cela. Lorsque je ne parviens pas à mes fins, je passe à autre chose et, pas toujours, ça me permet de me vider la tête et de revenir à la première idée et de la mener à bien. Cette fois-ci, j'ai eu l'idée de me changer les idées avec une 2cv. Mais ça n'a pas marché du premier coup. Impossible de dessiner cette putain de bagnole ! Nom de dieu. Ce n'est pourtant pas si difficile de dessiner cette voiture ! J'avais un problème, voilà que je devais faire face à un nouveau. Ce n'est pas bien malin. Je me suis agacé, j'ai gommé, j'ai pesté et râlé. J'ai tout effacé et je suis reparti de zéro. Quelques traits, quelques courbes et la forme générale apparaissait enfin ! Et là, une idée chassant l'autre, un dessin est apparu. Et je me suis pris au jeu et j'ai ajouté ceci et cela, une barrique et une maison, du texte et des détails. Cette fois, le dessin prenait réellement forme et je m'amusais à laisser le crayon le faire apparaître. Alors que ce n'était vraiment pas le but premier, j'ai décidé de le terminer tout à fait et puis je suis allé jusqu'à prendre le pinceau et l'encre de chine et alors que je le terminais je m'apercevais qu'il était déjà l'heure de penser à faire cuire le poulet.
Il n'est sans doute pas nécessaire de préciser que je n'ai pas fait le dessin que je devais faire ?

2cv et vinasse
2cv et vinasse

mercredi 2 décembre 2015

Si ça a de grandes oreilles, ça ne peut être qu'un âne

Ceci n'est pas un lapin

mardi 1 décembre 2015

Les lapins

C'est Sax/Cat qui a dégainé le premier. Deux lapins sortis de son chapeau ! Shanti le suit de peu avec un joli lapin qui se cache derrière une carotte. Ensuite, viennent Arielle et son ravissant lapin jardinier, Liaan et son magnifique lapin à trottinette et Tournesol qui nous demande si son lapin est là pour un casting. Bravo à tous !

lapin chapeau

lapin chapeau

lapin carottes

lapin jardinier

lapin trottinette

Lapin

Haut de page