novembre 2015 (35)

lundi 30 novembre 2015

La société civile empêchée de COP 21

Défense de la planète

dimanche 29 novembre 2015

Et tant pis

J'étais parti sur un semblant d'idée et avais commencé un dessin. J'imaginais non sans une bonne dose de naïveté vous le présenter dans un billet dès aujourd'hui. Il n'en est pas allé comme prévu et je ne saurais vous en expliquer la raison. Pourtant, cela n'allait pas si mal et ce que je vois me fait dire que ça aurait pu être un chouette dessin. Je ne l'ai pas terminé, je suis parti sur une autre voie qui a conduit à une autre encore. Finalement, rien n'aura été terminé et je me persuade à présent qu'il n'est plus l'heure de finir quelque chose, de démarrer l'ordinateur pour pouvoir numériser un dessin et le publier. Tant pis. C'est comme ça.

samedi 28 novembre 2015

Diesel, chien d'infidèle

Déjà, que les choses soient claires, je préfère très nettement les chats aux chiens. Comme l'avait dit je ne sais plus qui, le premier point qui joue en faveur des chats, c'est qu'il n'existe pas de chat policier. Je n'aime pas beaucoup les policiers, je n'aime pas beaucoup les chiens. Je ne les hais pas non plus. Je me suis dit que Diesel, le chien du RAID était en quelque sorte un chien d'infidèle. Et alors, ma pauvre cervelle accompagnée de ma main débile ont fait le reste. Je n'en suis pas particulièrement fier. Quoique...

Chat pas de Geluck

vendredi 27 novembre 2015

Minute de licence

Que le punk résonne dans tous les foyers !

Et le drapeau qu'il est beau !

anarchie

La France se fout de la gueule de la COP21

chien-diesel.jpg

jeudi 26 novembre 2015

Élan patriotique

C'est demain qu'on verra. Demain, on pourra compter les drapeaux français. Ici, à Azerat, je doute d'en voir beaucoup mais vous qui avez la chance d'habiter près de la civilisation, n'hésitez pas à prendre des photos ! Et si vous prenez des photos, partagez-les, faites-les moi parvenir, je les publierai.
En attendant, les Français sont fin prêts à entonner l'hymne national.

internationale.jpg

mercredi 25 novembre 2015

Déclarer sa flamme

J'ai craqué. A ma décharge, il faut que vous comptiez avec les 8° que j'enregistrai ce matin au réveil. Huit degrés, fussent-il "celsius", ce n'est rien de trop. Dans un premier temps, je me suis fait du café que j'ai tenté de boire chaud. Ça n'a pas été une mince affaire. Ensuite, j'ai branché mon radiateur électrique à bain d'huile, je suis allé faire pipi et caca et j'ai entrepris d'allumer un feu dans la cheminée.
Parce que ma réserve de bois ne me permettra pas de tenir plus de deux jours en se rationnant, j'ai même téléphoné à mon fournisseur habituel pour passer commande de deux stères. Peut-être serai-je livré demain.
Ceci étant, la flambée a été assez efficace pour que je me décide à sortir la main droite de la manche du pull afin de faire un dessin en relation avec mon quotidien. Je ne suis pas mécontent de moi et ça fait déjà une personne heureuse. Ce n'est pas si mal.

Comme un léger refroidissement
Monsieur le président de la République française suggère que tous les Français pourraient pavoiser leur habitation des couleurs de la France. Je suis dans l'embarras parce qu'un drapeau français, je n'ai pas ça dans mon bordel. J'ai beaucoup de choses mais pas de drapeau. Pas un seul. Je pourrais m'en bricoler un avec un bout de tissu et de la peinture mais je me demande si j'en ai juste l'envie.
En 2007, Madame Ségolène Royal suggérait la même chose et proposait que chaque foyer français ait à sa disposition un drapeau national. Il est intéressant de noter que Monsieur Hollande a vécu quelques années avec Madame Ségolène Royal. On pourrait prétendre que l'idée aurait été piquée à son ex par la président de la République.
Je me suis demandé un instant et sans avoir de réponse combien de Français avaient un drapeau français chez lui. Je n'ai pas souvenir d'en connaître un seul parmi les personnes que je peux côtoyer. Si l'idée n'est pas réellement mauvaise en soi, elle est juste peu réaliste.

hollande-pavois.jpg

mardi 24 novembre 2015

De la chnouf chez les bikers bordelais

C'est avec un grand étonnement que j'apprends sur le site du journal Sud-Ouest qu'une douzaine de hell's angels auraient comparu devant le tribunal correctionnel de Bordeaux en charge des "dossiers complexes" pour une affaire de stupéfiants et de motos volées ou extorquées sous la menace.
On apprend aussi que ces hell's angels auraient voulu créer un "chapitre" bordelais pour le sud ouest de cette organisation. La justice n'a-t-elle donc rien de mieux à faire que d'enquiquiner ces braves motards qui ne demandent rien à personne ? Il est pourtant de notoriété publique que le monde de la moto est constitué de personnes simples et inoffensives qui ne font rien d'autre que de pratiquer l'innocent loisir de la promenade à califourchon sur des deux roues motorisés !

Les anges de l'enfer font parler la poudre

lundi 23 novembre 2015

Ouineteure iz comminegue (anglais approximatif)

neige sur Azerat

dimanche 22 novembre 2015

Les mitraillettes sont de sortie

En fin de matinée, j'ai été arrêté par la Gendarmerie Nationale. On a contrôlé mes papiers et on m'a dit que mon permis était bon à être changé. Comme d'habitude, j'ai dit que j'en avais bien conscience et que le ferai. Puisque l'occasion se présentait, on a également procédé à un contrôle d'alcoolémie. Je commence a avoir une certaine habitude, un peu lassante, de toutes ces formalités administratives. Par contre, voir ces gendarmes équipés de mitraillettes, c'est déjà moins habituel.
Je sais ce qui a amené au port de ces armes. J'ai suivi les actualités récentes. Je suppose que l'on ne peut pas totalement écarter le fait qu'une personne en lien avec ces événements pourrait avoir choisi de venir se rafraîchir en terre de Périgord et, ma foi, il est possible qu'en ce cas il serait préférable que les forces de l'ordre soient en mesure de l'intercepter. Du moins, je suppose que c'est le discours que l'on se sera tenu au sein des instances diverses occupées à traquer le malfaiteur.
Ces derniers jours, j'ai entendu que des opérations avaient été menées dans les environs de Périgueux et de Brive-la-Gaillarde, que l'on aurait trouvé des armes et mis en examen des personnes. Est-ce que cela est vrai ou est-ce que cela appartient aux fantasmes des personnes qui ont relaté ces informations, je n'en sais rien et il me semble que ça n'a aucune importance réelle. Ces propos sont des témoignages à plusieurs niveaux, ils sont assez proches de la rumeur, du ragot. Je ne dis pas qu'il est impossible qu'il y ait eu des saisis d'armes en Dordogne ou en Corrèze. Ce que je sais, c'est que je suis allé voir sur le site du journal Sud-Ouest qui fait bien état de plusieurs perquisitions en Dordogne, à Périgueux, Bergerac, Sarlat, Cénac ou Terrasson-Lavilledieu mais qui dit également que tout ceci n'a rien donné qui soit en rapport avec les attentats parisiens. Je suis aussi allé visiter le site Internet du journal La Montagne et là je n'ai strictement rien trouvé du tout.
Alors, je me dis que l'imaginaire tourne à plein régime et que l'on est en train de jouer à voir du terroriste partout. Peut-être même, dans certains esprits, ne peut-on pas simplement imaginer que la province soit moins attirante pour ces personnes que la capitale. Il faut dire que même Bruxelles qui n'est même pas en France a droit à ses islamistes ! Nous, provinciaux des campagnes, nous devons sauver notre honneur, nom d'une pipe !
"Il neigera dans quelques jours", me disait un client récemment. Je l'ai moqué un peu. C'est un paysan qui le lui avait affirmé. Je viens d'aller voir sur le site Internet de Météo France après avoir entendu le bulletin météo de France Inter et il semble possible qu'il y ait bien quelques flocons dans le nord du département demain. Ceci dit, il commence à ne pas faire trop chaud. Je gère des températures qui vont de 10° à 12° ou 13°. Je n'ai toujours pas rentré de bois et de fuel. J'avais dit que je ne chaufferai pas avant décembre. Encore quelques jours à tenir et il faudra bien me résoudre à faire quelque chose.

samedi 21 novembre 2015

Même pas peur

Le 8 novembre dernier mourait Gunnar Hansen, interprète de Leatherface dans le film "The Texas Chainsaw Massacre" de Tobe Hooper. Je suis bien d'accord avec vous, on s'en fout. L'image qui suit a été réalisée pour s'amuser dans un jeu où un participant propose une de ses images et où les joueurs s'amusent à faire de la retouche. De l'image d'origine, je n'ai conservé que l'arbre et un peu du ciel. Le reste est un pillage d'images sur Internet pour le personnage, la réutilisation d'une image personnelle pour le paysage, celle d'une numérisation d'une feuille de papier jauni et l'incrustation de la tronçonneuse ancienne prêtée par un copain.

Vive les tronçonneuses

vendredi 20 novembre 2015

Purge de disque dur

C'est bien le problème avec la photo numérique. C'est trop facile de déclencher à tort et à travers et on prend des quantités phénoménales de photographies que l'on stocke sur son disque dur jusqu'à ce que l'on se rende enfin compte du fait que la plupart d'entre-elles sont sans intérêt et que l'on pourrait tout à fait les effacer sans qu'elles ne nous manquent le moins du monde. C'est ainsi que, suite à mon passage à la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, j'ai été pris d'une nouvelle frénésie de déclenchements intempestifs autant qu'inutiles. Si, par chance, je n'y suis pas resté trop longtemps, le mal a eu le temps de faire son œuvre et voilà que je dois faire face à un disque dur tout congestionné d'avoir avalé trop d'images numériques. Il m'arrive de me demander si la science et la médecine réunies ne pourraient pas m'être de quelque secours. Qu'est-ce qui peut bien me pousser à photographier Jean-Pierre Coffe ? Franchement ? Oui, bien sûr, c'est une personnalité connue, une vedette. Voudrais-je signifier par mon acte que j'ai rencontré ou, tout du moins, reconnu le personnage ? Et alors ? Qui ne reconnaîtrait pas l'homme qui ne fait rien pour passer inaperçu ? Quel exploit, vraiment !

Jean-Pierre Coffe
Je vous ai déjà montré une photo de Charline Vanhoenacker et une autre de Bruno Léandri. Je ne me suis pas arrêté là et je n'ai pas hésité un instant à photographier des auteurs de Fluide Glacial. Romain Dutreix et Pluttark, par exemple, mais aussi Hugot ou Claire Bouilhac qui dédicaçait un livre écrit par Mylène Demongeot et illustré par elle. Hugot, je l'ai rencontré dans Hara-Kiri Hebdo au début des années 80. Il dessinait alors la série "les deux mecs" dont l'absurdité me faisait rire aux éclats.

Romain Dutreix
pluttark.jpg
Claire Bouilhac et Mylène Demongeot
Hugot et ses bretelles

jeudi 19 novembre 2015

Lumière d'automne en Périgord

Je n'étais absolument pas parti dans l'intention de faire des photos. Pour autant, c'est une habitude, j'essaie toujours de me déplacer avec un appareil photo pour le cas où il se passerait quelque chose.
J'allais voir un ami et j'étais déjà un peu à la bourre. Sans raison précise, je choisis de passer par là plutôt que d'emprunter la route habituelle. Déjà que je n'étais pas en avance ! Il pleuvait légèrement et je franchis le pont sur la Vézère, à Thonac, lorsque je vois surgir une lumière épatante. Je m'arrête n'importe où, n'importe comment, en vrac. Je prends le boîtier et le seul objectif à ma disposition et je cherche quelque chose à photographier lorsque l'arc-en-ciel paraît. Je n'ai pas beaucoup de temps, je descends le pré qui est là et me dirige vers la rivière.
Du coup, je me dis qu'il est dommage que je n'aie pas pris la route habituelle, je pressens qu'il y aurait eu une photo autrement plus intéressante à faire. Là, le sujet n'est pas des plus intéressants. Un pont assez quelconque mais tout de même un arc-en-ciel. C'est mieux que rien. Je me suis dit que c'était marrant, cet arc qui répond aux arches. Ouais bof, faut bien tenter de justifier l'injustifiable, hein ?

Pont sur la Vézère à Thonac
Pont sur la Vézère à Thonac

mercredi 18 novembre 2015

Buvons-la avant qu'elle nous accueille

bière

La Peste, elle invente un art martial qu'a raté

La Peste, elle fait du karate

mardi 17 novembre 2015

Buveur de bière

Buveur de bière

Buveur de bière

hop an brau

lundi 16 novembre 2015

Belveyre

Belveyre Nespouls

C'est un bâtiment que j'ai toujours trouvé étrange. Il est à l'entrée du lieu-dit "Belveyre", sur la commune de Nespouls, en Corrèze, juste à côté de l'aéroport mais il est bien plus ancien que ce dernier et ça n'a donc aucun rapport avec lui. Je le vois à chaque fois que je passe par là et je me suis souvent demandé quelle pouvait être son utilité. Il est placé là, sur le plateau. Il est visible de loin. On peut supposer que depuis son dernier étage on peut bénéficier d'un large panorama aussi. De nouveaux bâtiments ont été montés sur le site grillagé et je n'ai jamais vu de réelle activité animer les lieux.
D'après vous, à quoi a bien pu servir cette tour ?

dimanche 15 novembre 2015

28 heures ailleurs

Je suis parti hier en début d'après-midi pour revenir chez moi en cette fin d'après-midi. Je reviens avec des images dans l'appareil photo et le souvenir d'avoir rencontré un couple assez étonnant. Je vous en parlerai peut-être. Ce n'est pas certain.
J'étais ailleurs pour faire des photos que je n'aurais pas pu faire ici et c'est déjà une raison suffisamment pertinente pour que je m'épargne d'en chercher une autre. Si j'avais les moyens de le faire, je m'en irais bien ailleurs totalement. Azerat, c'est un village dont je n'ai pas fini de faire le tour et j'ai la réelle impression que cela ne vaut pas la peine que je m'en donne à le faire. Non, sincèrement, je ne peux pas dire que je sois tombé amoureux de ce village. Toujours est-il que c'est là que j'ai une maison et voilà.
J'aimerais me trouver un endroit vaste où je pourrais mettre mon bazar, manger et dormir. Je n'ai pas besoin d'un endroit luxueux. Pas du tout. Je n'ai pas de goût pour les belles maisons d'habitation. Et ceci même si je ne suis pas aveugle et dénué de goût et si je peux photographier de belles maisons ou applaudir aux travaux réalisés dans une maison pour la rendre belle. C'est simplement que je ne me vois pas vivre dans ces demeures. J'aime le bordel, le chaos, le désordre et la poussière.

Et alors, je rentre chez moi et il n'y fait pas chaud. Je me demande ce que je vais vous donner à manger, je n'ai pas envie de dessiner ou de traiter tout de suite l'une ou l'autre des images enregistrées sur la carte mémoire de l'appareil. Alors, je vais puiser dans mes réserves et vous proposer une photo de Charline Vanhoenacker en séance de dédicace à la récente foire du livre de Brive-la-Gaillarde.

Charline Vanhoenacker à la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde

samedi 14 novembre 2015

Il fallait écouter les experts

Un vendredi 13

Faudra-t-il annuler la COP 21 ?

La COP21 en question

Se faire péter la panse pour la cause

se serrer la ceinture

Ce qu'il leur faut, c'est une bonne guerre

La France en guerre

vendredi 13 novembre 2015

Centre d'Arts Plastiques Contemporains de Bordeaux

CAPC Bordeaux

CAPC Bordeaux

jeudi 12 novembre 2015

Question d'étiquette

Etiquetage des produits des colonies israéliennes

mercredi 11 novembre 2015

De retour d'Alençon

Parti ce matin, tôt, avant la levée du jour mais après le passage du camion poubelle, je suis parti chercher quelque chose avec un copain à Alençon, dans l'Orne. Un peu plus de mille kilomètres et je rentre juste avec simplement rien à vous montrer ou à vous raconter.

mardi 10 novembre 2015

Une photo avec du bois dans de l'eau

Poteaux dans l'eau

lundi 9 novembre 2015

Un Corse encore aise

Bruno Léandri à la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde

dimanche 8 novembre 2015

En volets, les Républicains !

J'avais plus ou moins prévu de ne pas commettre de billet pour ce dimanche. Je tenais à me réserver pour demain parce que demain, c'est promis, il y aura quelque chose. J'étais en train de regarder les photos faites aujourd'hui et je tombe sur cette image très anecdotique. Je ne sais pas quoi en faire. Je me demande pourquoi j'ai pressé le déclencheur pour cela. Je me demande ce que je vais en faire. Je la jette ? Je la conserve ? Admettons que je la mette sur le blog. Il faudrait trouver quelque chose de rigolo en lien avec cette photo. Je cherche, je ne trouve rien de terrible. Des volets. Bon. Un jeu de mots avec ce mot. Volets de bois vert ? On ne l'aura pas volets ? Ouais, bof. Rien de bon. Tant pis.

volets

samedi 7 novembre 2015

Engin à hélice

Machine à hélice

vendredi 6 novembre 2015

Bien que je ne sois tenu par nulle obligation

Un peu parce que je suis enrhumé, et beaucoup simplement parce que j'ai la flemme et que je n'ai rien préparé, il n'y a pas de "vrai" billet aujourd'hui. Je n'ai même pas envie de démarrer le Mac où je mets les photos. J'aurais sans doute pu vous en trouver une qui n'a pas été exploitée ou qui a été écartée. Trop fainéant pour juste appuyer sur le bouton de démarrage. C'est vous dire le niveau atteint. Tout cela n'est pas grave et vous vous en remettrez. Je tenais juste à vous prévenir qu'il n'y aurait pas de billet. C'est tout.

jeudi 5 novembre 2015

Trous de balle

Et pourquoi ? Qu'est-ce qui peut bien pousser des personnes à sortir leur fusil pour aller faire des trous dans un panneau de signalisation qui n'a rien demandé à personne ? J'aime l'humanité d'un amour vrai. Je me reconnais en elle, j'ai un trop-plein d'empathie pour ses représentants. Il n'en reste pas moins que, parfois, elle me fait me poser des questions. Pourquoi épauler son arme et viser un panneau, tirer à deux reprises, une fois d'un côté et une nouvelle fois de l'autre ? C'est pour s'entraîner ? Je peux comprendre que l'on veuille améliorer la précision de son tir si l'on est chasseur. Je ne me prononce pas sur la chasse. Je peux comprendre que l'on veuille faire mouche du premier coup. Mais est-on obligé d'aller en bord de route pour s'attaquer à un panneau de signalisation routière ? Je veux dire que ce genre de panneaux est judicieusement placé en bord de route ouverte au public. Il y a forcément des véhicules qui vont passer par là à un moment ou à un autre. C'est pour cela que l'on s'embête à placer des panneaux. C'est que l'on cherche à nous renseigner de quelque chose. Ici, on veut nous dire qu'il y a un virage à gauche potentiellement dangereux. C'est payé par nos impôts, c'est utile à tous. Et alors, pourquoi une personne vient jusque là pour tester son arme ? C'est totalement incompréhensible pour moi. J'ai beau faire des efforts, tenter de me mettre dans la tête de la personne qui a fait ça, je n'arrive pas à comprendre la démarche. Si j'avais un fusil et si je voulais m'amuser à tirer dans quelque chose, je trouverais probablement plein de cibles et même des plus intéressantes que celle-ci.
Ou alors, c'est politique. Peut-être qu'il y a un message derrière cet acte. Un message qui dit que jamais on n'ira vers la gauche, ni par devant ni par derrière. Quoi qu'il en soit, j'en reste là avec mes questions et ma perplexité.

Dans le panneau

mercredi 4 novembre 2015

Par bonheur, je ne m'appelle pas Lucette

Sans déconner, je ne serais pas dans la merde si notre président décidait de venir prendre le café chez moi. J'ai la chance que l'idée ne lui soit pas passer par la tête et qu'il ait préféré Lucette à moi. Déjà, il aurait fallu faire du ménage pour poser les fleurs et ça n'aurait pas été une mince affaire, je vous prie de me croire. Et puis, je ne sais pas trop si je me serais contenté de lui poser les questions qui ne fâchent pas, celles que l'on m'aurait dit de poser.
Mais le pire, c'est que je n'aurais pas été en état de le recevoir. Depuis avant-hier je le sentais débarquer, le bon gros premier rhume de la saison 2015-2016. La gorge qui gratte, le nez qui coule et quelque chose dans la tête qui tambourine, man ! Des nuits encore plus courtes qu'à l'accoutumée et une soif à pousser à boire de l'eau. Quelle misère. On est bien peu de chose. Par chance, j'ai de l'aspirine. De l'effervescente enrichie à la vitamine C que j'ai achetée chez le pharmacien. Et d'ailleurs, le laboratoire a de la chance que je ne sois pas en forme parce que, je vous le jure, en temps normal j'aurais tapé un scandale qui serait entré dans les annales. La raison de ce courroux refoulé ? J'explique. Jusque là, il y avait des cachets à 1000 mg et d'autres à 500 mg. Ils nous ont inventé des cachets à 330 mg, ces salopards ! 330 milligrammes ? Ça ne ressemble à rien, ça ! Comme si, une fois qu'on avait mis un peu de vitamine C il n'y a plus la place pour une dose complète d'aspirine ! Ça a failli me mettre hors de moi.
J'adore le spectacle du cachet qui fait des bulles dans le verre d'eau. C'est joyeux, je trouve. Ça fait un peu comme si on se soignait au Champagne, le mauvais goût en moins. Les suppositoires, c'est moins festif. Quoique. Ce qui est clair, c'est que ça a moins bon goût. J'aime l'aspirine parce que je trouve que c'est bien plus efficace que les ersatz comme le paracétamol ou l'imposition des mains. L'aspirine, c'est franc du collier. Ça fait le job et ça le fait bien. On raconte par-ci par-là que c'est hyper dangereux, qu'il faut faire hyper gaffe. Mon cul !

Si je m'étais appelé Lucette et si le président était venu boire un café à l'improviste, j'aurais eu l'air malin à l'accompagner avec mon verre pétillant plein d'aspirine et mon nez coulant. J'aurais même pas trop su quoi lui dire. J'aurais hésité sur les questions à poser, je me serais planté, j'aurais eu une sale gueule sur les photos. Et peut-être je lui aurais éternué sur le plastron, au président. Ça aurait fait mauvais genre, à la télé, un président couvert de morve.
J'entends à la radio et à l'instant que Denis Robert sort demain un bouquin intitulé "Mohicans" et qui explique ce que je ressens depuis des années, que les fondateurs de Hara Kiri et de Charlie Hebdo, donc, ont été "volés" par Val et sa bande. C'est un bouquin que je vous recommande chaudement d'acheter. Et si vous ne voulez pas le lire, vous pouvez me le refiler, j'en ferai bon usage.

Encore un bon dessin à la con

mardi 3 novembre 2015

Un peu comme dans le bayou

au bord de l'eau

lundi 2 novembre 2015

Cacophonie du monde du silence

Trial sous-marin

dimanche 1 novembre 2015

Macron, les cabines téléphoniques et autres choses

France Télécom ne va plus avoir à gérer les cabines téléphoniques. Il est vrai que depuis la démocratisation des téléphones mobiles, leur présence n'a plus beaucoup de sens pour beaucoup. Il doit bien rester ici ou là quelques inconditionnels de la cabine publique. Et il existe aussi des lieux où le réseau "ne passe pas". Je n'ai pas utilisé de cabine depuis au moins vingt ans. Elles ne me manqueront pas trop. Et puis, elles n'ont pas le charme de celles de Grande Bretagne, aussi. Je me suis dit qu'il y en a un qui allait être embêté pour se changer et j'ai fait un dessin.
Parce que je me suis réveillé bien tôt et que je n'avais pas grand chose d'autre à faire, j'ai aussi fait deux autres dessins.

Macron et les cabines téléphoniques

Gazelle

Politique de l'autruche

Haut de page