juillet 2013


mardi 30 juillet 2013

Du presque rien


Pas grand chose à raconter, aujourd'hui. Au boulot, nous avons réussi à remettre en route la machine que nous sommes allés chercher l'autre jour. Il y a encore quelques menus réglages à faire, il faut finir de caler la machine, mais ça marche. Maintenant, il va falloir apprendre à l'utiliser et, surtout, comprendre pourquoi elle a été achetée. Ça va sans doute le plus difficile de toute l'opération.

samedi 27 juillet 2013

De quel bois je me chauffe


Il fait chaud. C'est l'été. On annonce de la pluie et des orages pour l'après-midi et la soirée. Ça ne peut faire que du bien.
Hier, je suis passé devant un tas de bois semble-t-il fraîchement coupé qui n'avait pas terminé de mourir si l'on en croit les feuilles et les pousses vertes qui jaillissaient de partout.

Tas de bois pas mort

jeudi 18 juillet 2013

Peinture fraîche


Je me suis amusé à tenter une peinture numérique. Le gros avantage de la peinture numérique sur la peinture à l'huile, c'est qu'elle est propre, qu'elle ne tache pas les doigts, qu'elle est bien plus facile, aussi.
Ce qui serait très amusant, ce serait de tenter de la refaire "pour de la vraie", avec des pinceaux et des brosses sur une toile avec des tubes de belle peinture et les bonnes odeurs de térébenthine et d'huile de lin.

Coquelicot

mardi 16 juillet 2013

Juste pas envie


Pas envie, rien à dire. Il n'y aura pas vraiment de billet aujourd'hui. Demain sera un autre jour et j'aurai peut-être le temps de faire quelque chose pour le blog. Bonne soirée.

dimanche 14 juillet 2013

Sécurité routière, il n'y a pas de limite


La voiture, c'est l'ennemie. Comprenons-nous bien. Je ne veux absolument pas défendre la bagnole et l'automobiliste. Ils peuvent être très cons tous les deux. Je n'aime pas les personnes qui n'ont d'autre sujet de discussion que la bagnole, qui ne vivent que pour elle et par elle. Pour moi, la voiture est un outil bien utile si, dans certaines conditions, indispensable voire irremplaçable.
Si je peux avoir un penchant pour la voiture ancienne, pour l'utilitaire ancien, pour la moto ancienne, tout cela me plaît très bien à l'arrêt. Aucun problème. C'est même plus pratique pour faire des photos. Je peux être attiré par des formes, par des techniques, par une certaine image colportée par des véhicules ; je ne suis pas un amoureux invertébré de la chose. Si l'on me donnait la possibilité de faire ce que je fais avec une voiture d'une autre manière, il n'y aurait pas de problème. Le souci, c'est que l'on a été éduqué dans une société faite pour elle. On a fait des infrastructures, on a poussé l'industrie, on l'a subventionnée, aidée, portée à bout de bras. C'est tout un système que est maintenant en place. A mon avis, pour arriver à une société détachée de l'automobile, il va falloir une ou deux générations et pas mal de travail de la part du corps enseignant.

limitation.jpg

Sciences et technologies avancent chaque jour un peu plus. Si un matin on me dit que la téléportation est prête et disponible à tout un chacun pour un prix minime, n'ayez crainte, je bazarde ma vieille Peugeot !

N'empêche que, dernièrement, Manuel Valls annonçait vouloir réfléchir à une baisse des vitesses autorisées. Sur le fond, je pense qu'il est certain qu'une vitesse basse est un atout pour la lutte contre la pollution et pour la baisse des morts de la route. On dira tout ce que l'on voudra, on ne m'ôtera pas de la tête que l'on a plus de chance de s'arrêter à temps en roulant lentement, que l'on a moins de risque de sortir de la route en usant d'une allure modérée et que l'on pollue moins en consommant moins de carburant. Tout cela, oui, je le pense. Pour autant, ça m'emmerde de devoir me traîner sur la route. Ça m'emmerde copieusement.
Lorsque je roule sur des petites routes en mauvais état comme on sait en avoir par chez nous, c'est déjà un exploit d'atteindre les 70 km/h dont on parle. Lorsque je suis sur une autoroute vide, ça m'ennuie de me traîner à 130 km/h. Pour le coup, souvent, je ne suis plus attentif à rien. Quoi de plus somnifère qu'une autoroute ?
Alors quoi ? On laisse le réseau routier se détériorer, on renoue avec les chemins blancs et les nids de poule et on laisse faire. Voilà ce qu'il faut faire. Là, je peux vous garantir que les excès de vitesse, ça ne sera plus que des mauvais souvenirs et que l'on ne prendra plus sa voiture qu'en cas d'absolue nécessité.

mercredi 10 juillet 2013

C'est mercredi, c'est la vie


C'est un mercredi comme un autre. Ils se ressemblent souvent, les mercredis. Toujours le même nombre d'heures, toujours coincés entre un mardi et un jeudi. Pour moi, le mercredi c'est le jour où on vient chercher mes ordures pour les amener dieu sait où. Ailleurs. Je pose mon sac le mardi soir, au bord de la route ; il n'est plus là le mercredi matin quand je pars au boulot. Des fois, quand je fais de l'insomnie matinale, j'entends le camion. Quand je fais de l'insomnie vespérale, je ne l'entends pas. C'est signe qu'il passe le matin du mercredi. Sauf jours fériés ou autre calamité.
La nuit passée, j'ai cumulé. Insomnie du soir et du matin. J'ai pas dû dormir trop. Pourtant, je n'ai pas souvenir d'avoir entendu le camion. Je deviens peut-être sourd.
Journée chaude, encore aujourd'hui. On s'est tellement plaint de l'hiver qui n'en finissait pas et de l'été qui voulait pas venir qu'on répugne à grogner contre la chaleur. L'autre soir, j'ai eu un moustique. C'est plutôt rare chez moi. Je ne cache pas que je trouve ça aussi bien. Pourtant, il y a de l'eau pas loin, qui stagne plus ou moins, même. Un bonheur pour les larves d'anophèles. Ça devrait pourtant grouilles dans ce bouillon de culture. J'ai eu peur, les premiers temps que j'ai habité Azerat. Peur de me faire pomper le sang à en devenir exangue, vidé, les veines raplapla, le cœur qu'aurait plus rien à envoyer dans les tubes de ma carcasse. Et puis non. Des moustiques, j'en ai même pas cinq à maudire chaque été. Je me suis demandé parce qu'avec l'eau à proximité...
Et j'ai cru comprendre que, peut-être, c'est grâce aux grenouilles et aux chauves-souris qui pullulent par ici. Peut-être qu'elles bouffent tout. Les grenouilles, les chauves-souris, ça pique pas. Je préfère aux moustiques.
Je dors les fenêtres grandes ouvertes. C'est pas la canicule, il fait bon, la nuit. Par contre, j'entends la circulation, surtout quand je ne dors pas. Ou juste d'un œil, à me demander si je vais pas plutôt me lever, allumer la radio, boire un verre d'eau, fumer une cigarette, me lamenter sur mon malheur. Normalement, je me contente d'ouvrir un livre et de lire des pages avant de sentir la fatigue me faire signe.
Mais le mercredi, ce qu'il y a surtout, c'est que je vais donner un coup de main à un type qui veut se faire un site Internet. En gros, je lui fait son site mais il faut pas lui dire. Il veut vraiment que ce soit lui qui le fasse. Moi, j'ai pas d'orgueil de ce côté là. Je m'en fous. Et puis, il paie. Un peu. Mais du coup, je rentre plutôt tard avec la tête comme un melon, pleine de css, de balises html et de problèmes à résoudre ou d'erreurs à réparer. Et alors, j'ai jamais trop d'idée pour le blog. C'est la vie.

lundi 8 juillet 2013

Le Doodle du jour


Ah oui ! Désormais j'oublie tout, aujourd'hui. Ce matin, j'ai découvert le nouveau doodle de Google, un petit jeu rigolo. Vous pouvez encore l'aller voir en cliquant sur l'image ci-dessous.
doodle-07_13.png

samedi 6 juillet 2013

UMP, un doux naufrage


Il n'y a pas si longtemps, avec le feuilleton des élections pour sa présidence, l'UMP nous faisait presque mourir de rire. Aujourd'hui, on frise l'apoplexie avec l'affaire des comptes de campagne des présidentielles à la tête de la République française. Le président mal élu de ce parti pourri jusqu'à la moelle en appelle à la générosité populaire pour sortir la tête de l'eau.
L'UMP fusionnera-t-elle avec le FN ?

Lire la suite...

Dessin en morceaux


Je vais essayer de terminer mon dessin aujourd'hui. Là, j'ai terminé le crayonné commencé hier soir. Je vais passer à l'encrage. Je ne le mettrai pas en couleurs. Du moins, je ne pense pas que je le ferai. On verra. Ce billet sera donc en plusieurs morceaux et s'enrichira à mesure que mon travail avancera. Pour commencer, un détail du dessin en cours. J'aurais pu le montrer dans son entier mais ça aurait cassé l'effet de surprise, me semble-t-il.
cavamieux.jpg
cavamieux2.jpg
cavamieux3.jpg
C'est maintenant que je vais passer aux choses sérieuses et qu'il y a grand risque de tout bousiller. La suite à venir...

Et voilà la chose terminée.
Rubrique littéraire