mardi 3 mai 2016

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — 17

Feuiileton collaboratif du mardi

lundi 2 mai 2016

Torpédo-Club Corrézien

Premier mai. Muguet, repos, jour férié, Jehanne d'Arc, défilés syndicaux. Mais aussi bourse du Torpédo-Club Corrézien à Brive. J'ai choisi cette dernière et fait l'impasse sur le reste. En comparaison avec l'édition précédente, celle-ci m'a semblé moins riche en exposants. Je suis passé rapidement sur les allées de la bourse d'échange pour m'intéresser aux véhicules exposés et je vous propose une première sélection rapide de photographies.

Tout à l'arrière et tout à l'avant

Volkswagen Karmann-Ghia et Renault 4cv

SIMCA 1200S

Les Américains de Corrèze

Est-ce ta fête ? Buvons une bière !

dimanche 1 mai 2016

Une poule et son poussin adoptif

Più

piou_59.jpg

% piou_60.jpg

samedi 30 avril 2016

Limoges, c'est pas Capri

Eh non ! Je n'en ai pas fini avec Limoges. Une nouvelle rafale de photos de motocyclettes pour ce dernier samedi d'avril 2016. C'est qu'il y avait de la belle pièce à cette exposition consacrée à la moto française initiée par la FFMC limougeaude. Aujourd'hui, nous allons nous attarder un peu sur le cas de quelques machines d'exception et, pour commencer, nous allons nous intéresser au cas d'une marque des Bouches du Rhône crées par deux frères à qui ils donnèrent leur nom. Nous parlons ici des Nougier, Jean et Henri. Jean est un génie de la mécanique. Il réussit l'exploit de produire des motos de courses qui tiendront la dragée haute à la puissance des usines plus importantes. Je n'en avais jamais vu pour de vrai mais ce n'était pas une marque qui m'était inconnue. J'avais lu pas mal de choses à leur propos. La plus célèbre est certainement la 500cc quatre cylindres. Elle était là. C'est le moteur qui fait la beauté de cette moto avec cette imposante culasse accueillant les deux arbres à cames.

500cc Nougier 4
La 250cc "tournevis" a également largement contribué à la renommée du sorcier de la mécanique qu'était Jean Nougier. Le palmarès de ses motos, Henri au guidon bien souvent, est important. A une époque où les marques françaises ne savaient plus ou ne voulaient plus produire de moto sportive, ces deux là relevaient le défi avec succès. Gloire leur soit rendue !

Nougier 250cc 1946

Restons dans la moto de compétition française avec cette Jonghi 125 ACT "ex Beltoise". Alors, oui, à l'origine de la marque, nous trouvons un ingénieur italien et un dentiste argentin mais la marque est bien française. L'histoire de la marque est assez mouvementée et elle connaîtra plusieurs propriétaires. Si cette marque a produit des machines populaires, elle a aussi eu sa place sur les podium à l'exemple de cette belle représentante de ce qui se faisait de mieux à la fin des années 50.

Jonghi 125 ACT ex Beltoise

Pour moi, c'est la marque française qui a fabriqué les plus belles motos du monde en France. Ce qui est particulièrement remarquable, c'est cette belle pièce de fonderie qui regroupe la colonne de direction, le réservoir et, finalement, la majeure partie du cadre. Je parle là des MGC de Marcel Guiguet. C'est certainement une question de goût mais, vraiment, je les trouve belles. Deux modèles pour aujourd'hui, toutes deux des années 30, une "de course" et une "de route".

MGC de course
Peut-être la plus belle des motos françaises

vendredi 29 avril 2016

Des bougies à pomper

Ce matin, surprise ! Les Shadoks ont l'honneur du doodle de Google pour leur quarante-huitième anniversaire. J'apprends en cherchant à en savoir plus que c'est une jeune graphiste française, Hélène Leroux, qui est à l'origine de cet hommage googueulesque. Et c'est une bonne idée que de mettre ces Shadoks à la une tant il ne faut jamais oublier tout ce que l'on leur doit. Que vivent ces oiseaux idiots et pompeux !

anniversaire Shadok

jeudi 28 avril 2016

De merde

personnage-lampe.png

mercredi 27 avril 2016

Le fond de l'air effraie

Une plume trouvée par Shanti et par hasard qu'elle m'a montrée. A charge pour moi de la photographier. Exercice qui peut sembler simple mais sur lequel j'ai néanmoins butté à plusieurs reprises. Je voulais obtenir la plus grande profondeur de champ avec un volume de netteté acceptable sur l'ensemble de la plume. Il m'a fallu utiliser la technique du focus stacking avec trois images pour réaliser une image acceptable. Pour l'éclairage, il ne fallait pas que le blanc de la plume se confonde avec celui du support. J'ai dû faire usage de caches pour isoler la plume et griser le fond blanc. Le reste est une affaire de développement numérique sur l'ordinateur.

Plume de chouette effraie des clochers

Plume de chouette dans une bouteille

- page 1 de 458

Haut de page